FocusNon League Football

Bury, un an après, l’espoir d’une ville

Alors que les supporters retrouvent peu à peu les stades de football et leurs clubs après de longs mois d’absence, Bury vit toujours une situation délicate depuis la disparition du club de football de la ville à la fin de l’été 2019 – le Bury Football Club.

Pour l’amour d’un club

Un lundi matin de Février. Après avoir arpenté la région tout le week-end pour voir des matchs à Derby (Championship), à York (National League North) ou encore à Burnley (Premier League), je dois prendre mon vol retour pour Paris au départ de Manchester.

Après avoir passé la nuit à Bury, dans le Grand Manchester, j’en profite pour aller au stade de la ville, de bon matin. À Gigg Lane. Le parking du stade est vide, la boutique du club est fermée. Il reste juste une affiche promotionnelle sur les maillots domicile et extérieur du Bury FC à 10 pounds. Ceux de la saison précédente. Quelques jeunes arrivent un à un à l’école accolée au stade – The Football College. 

Hommages rendus au club à Gigg Lane
Hommages rendus au club à Gigg Lane. De nombreuses écharpes et drapeaux fleurissent devant le stade

Une voiture se gare alors sur le parking, un homme en sort et ouvre la porte d’accès aux bureaux du stade, c’est un employé. Il ne vient pas pour faire les comptes du week-end. Il n’y a pas eu de match. L’équipe locale n’a pas joué, ni à Gigg Lane, ni à l’extérieur. Et c’est devenu une habitude. En effet, Bury n’a plus de club de Football depuis août 2019 et son exclusion de l’English Football League.

On s’en rend d’ailleurs compte face à la devanture de Gigg Lane. Plusieurs centaines de drapeaux, écharpes, maillots, messages, ou autres reliques sont encore accrochés aux grilles. Plusieurs mois après le drame. Ils sont venus de Bury, de toute l’Angleterre, ou même de l’étranger. Ils ont été déposés par des supporters de tous bords : le destin de Bury a été un choc en Angleterre. C’est la première fois depuis 1992 qu’un club est exclu de l’EFL. Trois mois plus tôt, on fêtait l’accession du club au troisième échelon du football anglais. Les fans de Bury sont passés du rêve au cauchemar. Ils ont perdu leur club.

Comment en est-on arrivé là ? Qu’est devenu le football à Bury un an après que le club ait disparu du paysage footballistique anglais ? Et comment les supporters voient-ils l’avenir désormais, entre un club laissé pour mort et pendant que certains entreprennent de créer un nouveau club – « Le Bury AFC », symbole d’une renaissance ?

Bury, dans la légende de la FA Cup  

Située dans le Grand Manchester, la ville de Bury compte 60 000 habitants. Dans une région où les clubs de football sont légion, Bury a su trouver une place dans le monde professionnel avec une équipe stabilisée dans les divisions de l’EFL (2-3-4èmes échelons). Le Bury Football Club, a été créé en 1885. Il fait partie des premiers clubs professionnels anglais. 

Il connait son heure de gloire au début du siècle dernier, en remportant deux fois la FA Cup, en 1900 et en 1903. Avec notamment un large score de 6-0 contre Derby County, dont le résultat constitue toujours un record pour une finale de FA Cup. Il a fallu attendre 2019, et la victoire de Manchester City sur Watford, sur le même score, pour que le record soit égalé. 

Le meilleur classement du club restera une quatrième place dans l’élite du football anglais, en 1925-1926.

Ballon du match de la finale de FA Cup 1903 remportée par Bury
Ballon du match de la finale de FA Cup 1903 remportée par Bury

Parmi les personnalités passées par le club, Neil Warnock a fait une pige de dix huit mois en 1998-1999. L’actuel entraîneur de Middlesbrough FC n’en garde d’ailleurs pas un bon souvenir. Il a déclaré quelques années plus tard au Bury Times que c’était la pire période de sa carrière, car il passait beaucoup de temps à gérer des conflits internes. Aussi, sur le terrain, Colin Bell a débuté sa carrière professionnelle à Bury (1962-1966). Avant de partir jouer près de 500 (489) matchs à Manchester City pour un total de 151 buts, un joli total pour le milieu de terrain.

Bill Shankly recrutera le défenseur Alec Lindsay, avec qui il remportera la Coupe des Clubs Champions à deux reprises.  L’avant centre de nationalité anglaise, Mike Sheron, marquera son premier but lors d’un furtif prêt à Bury. Avant de se faire connaître à Manchester City, Norwich, Queens Park Rangers ou Stoke. En fin de saison 2018-2019, les supporters sont heureux, Bury remonte en League One à l’issue d’une saison où l’équipe termine seconde de sa division. Mais un nouveau match débute, en coulisses…

Steve Dale, sacré personnage

Décembre 2018, Steve Dale rachète le Bury Football Club pour une modique somme : un pound symbolique. Le club va mal. Les salaires sont payés en retard, les dettes s’accumulent à causes de différents prêts sollicités… Stewart Day, le propriétaire du club jusqu’alors, est en difficulté. Nombre de ses entreprises faisant face à des problèmes financiers. Steve Dale, lui, a l’habitude de reprendre des sociétés en détresse financière et de gagner de l’argent en vendant leurs actifs. Bury devient sa nouvelle cible.

Il l’annonce dès son arrivée: « Nous ne sommes pas des magiciens, le club est en désordre et nous allons le reprendre en main, mais si les gens attendent de grandes choses, vous n’aurez rien de tout ça de ma part ». Mais quelques mois plus tard, le nouveau propriétaire annonce avoir besoin de 1,6 million de livres pour payer les salaires et dettes, jusqu’à la fin de la saison. L’homme ne veut pas mettre la main à la poche et n’investit pas. Le club est à nouveau en vente.

Des messages à l'encontre de Steve Dale fleurissent sur les grilles de Gigg Lane
Des messages à l’encontre de Steve Dale fleurissent sur les grilles de Gigg Lane

Sur le terrain, pourtant, Bury se porte bien. Et, bien que les joueurs aient mis la pression auprès de leur direction afin d’obtenir un accord sur les salaires avant de jouer un match, l’équipe obtient la montée en League One en fin de saison 2018-2019. C’est une bataille judiciaire qui commence alors. Quatre groupes feront des offres pour racheter le club, dont une offre publique d’achat du C & N Sporting Risk Limited, prête à se finaliser. Il n’en est finalement rien, faute d’accord avec Steve Dale.

“Je ne suis jamais allé à Bury. Alors vous savez, pour moi, partir de Bury et ne jamais revenir, c’est une chose très facile à faire”


Steve Dale, propriétaire du club, sur la BBC Radio 5 Live le 24 août 2019.

Entre déclarations provocatrices, du style « Je ne savais même pas qu’il y avait un club de football à Bury », et un projet néant, sans aucun investissement, Steve Dale est devenu l’homme le plus détesté de la ville. Les diverses protestations et demandes des supporters afin que l’homme d’affaires vende le club n’y feront rien. Steve Dale ne lâchera pas. Et souhaite tirer de la vente un maximum de profit.

Ms Hart, l’ancienne directrice du club et fille de Joy Hart, un ancien joueur emblématique du club, s’est faite remarquer par une action symbolique fin août 2019, en s’enchaînant aux grilles du stade. Elle a prévu de réitérer l’action pour l’anniversaire de la disparition.

L'ancienne directrice du club s'était enchaînée aux grilles du stade il y a un an
L’ancienne directrice du club s’était enchaînée aux grilles du stade il y a un an en guise de protestation

Elle déclare dans le journal local :  « Je veux juste que le football revienne à Gigg Lane dans les prochaines saisons, même si nous sommes en septième division.  Nous avons besoin du Bury Football Club. J’ai une longue histoire avec le club et c’est déchirant de le voir comme ça, mais je ne suis pas la seule. Ce sont tous les fans, les entreprises locales, les magasins, tout le monde… »

Elle a aussi pris pour cible le président Steve Dale, affirmant que son inaction avait fait tomber le club dans la situation désastreuse actuelle. « Nous sommes un club qui existe depuis 1885 et c’est diabolique pour nous d’être dans cette situation. Il y a beaucoup de clubs énormes autour de nous, mais nous n’avons tout simplement pas les moyens de combattre cet homme. » L’English Football League, après avoir repoussé plusieurs fois le délai, statue sur la situation du club le 27 août 2019 : le Bury FC est exclu de la compétition pour la saison à venir. Le ministre des sports britannique, Nigel Adams, déclare : « C’est un jour sombre pour le football anglais ». Le club tentera, mais ne parviendra pas à intégrer une division amateur, les championnats ayant déjà repris.

Bury devient le premier club à être exclu de l’EFL depuis Maidstone United en 1992. Et c’est donc une saison blanche qui se profile. Rien ne s’arrangera, avec un propriétaire ne cherchant pas réellement de solution pour sauver le club. 

Gigg Lane est toujours entretenu, comme si un match allait s'y jouer
Gigg Lane est toujours entretenu, comme si un match de Football League allait se jouer dans les prochains jours

Ce lundi matin de février, cet employé du club pourrait rester chez lui. Il n’est plus payé. Mais il continue de venir, chaque jour, pour entretenir le stade. Pour l’amour de son club. Tout comme sa collègue, qui vient gérer quelques formalités administratives. Car officiellement, le club n’est pas mort. Alors, quel avenir pour le football à Bury ?

Bury AFC, entre espoir de nouveau club ou renaissance

La joie fut de courte durée, l’intersaison intenable. Le dernier coup de sifflet n’a pas retenti. Bury n’a pas eu l’occasion de faire ses adieux. Le club, ses supporters et dirigeants ont disputé une dernière bataille, un dernier match. Il ne s’est pas joué sur le terrain, mais en coulisses. Le Bury FC a lutté, le Bury FC a perdu, le Bury FC n’est plus. 

La disparition du club a créé un véritable choc au Royaume Uni. Des soutiens de tous horizons se sont manifestés. Des maillots, des écharpes, ou autres messages couvrent les grilles d’entrée de Gigg Lane. Un soutien de supporters venus de tous horizons : des deux clubs de Manchester (Glazer), de Barnsley, du Portugal, de Burnley, de Wigan, ou du voisin Oldham… Signe que l’appartenance à un club local est très considérée au Royaume-Uni.

Aussi, un groupe de supporters a décidé de créer un club. Un club phoenix, mais qui n’en est en fait pas réellement un. En effet, le club de Bury n’étant pas officiellement mort, ce dernier s’apparente plutôt à un nouveau club. Un club créé « par les fans, pour les fans ». Présidé par Chris Murray, il a pour objectif de faire revivre le football à Bury après un an de disette. Après un projet nommé “Phoenix Club”, l’officialisation a lieu en mars : le club se nommera Bury Association Football Club. Un nom ressemblant, des couleurs identiques, … tout est fait pour rappeler le Bury FC. 

Le logo du Bury AFC
Le premier logo du Bury AFC

Le club va intégrer la North West Counties League Division One North en 2020-2021, une division régionale au dixième échelon du football anglais. Le championnat débutera en octobre, mais le premier match de l’histoire du club a eu lieu ce 26 août, avec une nette victoire 5-0 face à Daisy Hill FC.

Cette saison, l’équipe jouera au Neuven Stadium de Radcliffe, trois miles au sud de Bury. Le Bury A.F.C. compte à ce jour plus de 650 membres et plus de 17000 followers sur Twitter, signe que le projet trouve son public.

“C’est formidable que quelqu’un essaie de faire quelque chose et de faire revenir le football, mais ce n’est pas le Bury Football Club. Pas pour moi, en tout cas”

Hoyland, ancien joueur des Shakers, à propos du Bury AFC

Le projet divise. Certains veulent le suivre, d’autres non, d’avis que tant que le Bury FC n’est pas mort, ils peuvent y croire. « C’est formidable que quelqu’un essaie de faire quelque chose et de le faire démarrer, mais ce n’est pas le Bury Football Club. Pas pour moi, en tout cas », a déclaré Jamie Hoyland, 54 ans, qui a joué 172 matches de championnat en quatre ans passés au club.

Il ajoute : “Je ne pense pas que tout Bury va regarder le Bury A.F.C., Gigg Lane est toujours là. S’il n’était plus là, vous pourriez penser que le club n’existe plus. Mais tant qu’il y a quelque chose là-bas, un stade et un terrain, le Bury Football Club est toujours en vie pour moi. L’autre club va jouer à Radcliffe, j’espère que les gens vont le suivre et obtenir leur dose de football, mais pour moi, le Bury Football Club est le Bury Football Club ».

Du coté du Bury Football Club, on espère toujours… Forever Bury est une association créée en 2002 lorsque Bury avait déjà failli disparaître à cause de difficultés financières. Son action avait permis de faire payer les salaires grâce aux dons récoltés. Depuis, l’association a obtenu une voix au conseil d’administration du club. Aujourd’hui, elle cherche une solution pour aider le club à retrouver une place sur les terrains anglais. Et souhaite se tourner vers l’AFC uniquement en cas d’issue tragique.

Le club s’est dernièrement vu refuser une réintégration en National League pour la saison à venir. Cependant, une ouverture pourrait avoir lieu en 2021-2022 si toutes les conditions sont réunies. Le propriétaire promet de faire le nécessaire afin de retrouver une activité. Une nouvelle promesse non tenue par Steve Dale ?

“Nous ne sommes pas encore morts. Nous n’attendons qu’un seul homme. Il doit y avoir quelqu’un, quelque part, qui peut nous aider à ramener ce merveilleux club à sa place.”

Ms Hart, ancienne directrice du club

Dans tous les cas, et en attendant une issue définitive pour le Bury FC, le football va enfin renaître à Bury. À travers une nouvelle histoire, un nouveau club, qui a tout à construire dès cette saison : le Bury AFC.

Article précédent

Preview PL 2020/2021 : Crystal Palace, l'année de tous les dangers

Article suivant

Preview PL 2020-21 : Everton veut retrouver l'Europe

L’auteur

Maxime

Maxime

Passionné par les histoires, les stades et les atmosphères de football britannique.
«Il n’y a pas d’endroit où l’homme n’est plus heureux que dans un stade» Albert Camus
Twitter: @maximeb7