Tactically

Jorginho, Il Maestro

Maurizio Sarri arrivé cet été à Chelsea a ramené avec lui un cadeau en provenance de Naples, l’italiano-brésilien Jorginho, recrue phare du club Londonien lors du mercato estival. Déjà très important dans le système de son entraîneur en Italie, l’influence de son milieu sur le jeu de son équipe reste inchangée malgré son transfert. Analyse d’une des clefs de Chelsea cette saison, il maestro Jorginho. 

Jorginho officie comme pointe basse du triangle au milieu, derrière Kanté et Kovacic généralement, le tout dans le système favori de Sarri, le 4-3-3.

Individuellement, l’italien est un joueur à l’aise techniquement, qui joue avec ses pieds, mais surtout avec sa tête. Constamment le corps orienté vers le ballon grâce à une excellente capacité de concentration, Jorginho est un 6 qui fait rêver toutes les équipes ou presque qui ont pour projet de jeu une possession haute. La caractéristique première du milieu des Blues est son jeu de passes courtes. Avec la moyenne la plus haute de passes effectuées par match en Europe (107 moyenne), il multiplie les passes courtes en une touche afin de fluidifier et d’accélérer le jeu de son équipe. Sa capacité à lever la tête avant de recevoir le ballon lui permet de savoir où et comment jouer avant même d’avoir la balle entre les pieds. Sa technique et sa vista font de lui la véritable plaque tournante de Chelsea cette saison. Capable à la fois d’effectuer une transversale (qu’il ne fait que très rarement) de 40 mètres ou bien d’inventer une passe à ras de terre fracturant les lignes adverses, Jorginho est un maître à jouer très complet.

D’autant plus que le milieu italien a aussi des qualités sans ballon. Une débauche d’énergie conséquente avec une capacité parfois à jouer assez haut avec le ballon durant les séquences d’attaques placées de Chelsea (voir ci-dessous), ce qui ne l’empêche pas d’avoir un repli défensif efficace facilitant les transitions de Chelsea, car il ne faut pas oublier que Jorginho occupe la position de milieu défensif (bien qu’il n’en soit pas un littéralement).

Capture1(Chelsea ici en situation d’attaque placée à 35-40 mètres des buts adverses avec Jorginho libre “grâce” à Hazard, tout en levant la tête avant de recevoir le ballon.)

Défendre n’est évidemment pas sa qualité première, ce qui en soit ne pose pas de réel problème à Chelsea dû à leur style de jeu où ils ne sont que très rarement en position de défendre bas devant leur but. Surtout, il est entouré de joueurs tels que Kanté ou même Kovacic, qui eux sont capables de récupérer la balle dans les pieds de l’adversaire. À souligner que Jorginho n’est évidemment pas un piètre défenseur, puisqu’au vu de son positionnement sur le terrain c’est évidemment impossible, mais qu’il peut être maladroit ou bien se faire bouger physiquement. À ce propos, beaucoup redoutait l’intégration de l’italien en Premier League notamment physiquement, cependant comme énoncé précédemment l’italien dispose d’une capacité à éviter les duels assez impressionnante. N’étant que très rarement en position de défendre bas et portant le ballon que très peu de temps, les contacts rudes se font rares. De plus Chelsea est une équipe qui joue presque exclusivement au sol, ce qui lui évite d’avoir à courir pour le ballon dans les airs, chose dans laquelle il n’est pas forcément à l’aise.

Enfin, comment parler des qualités individuelles de Jorginho sans parler de son leadership et de sa présence sur le terrain. Le milieu est le vrai relais de Maurizio Sarri, chose assez logique au vu de son positionnement et de la connaissance qu’il a de son entraîneur. Constamment en train d’aiguiller ses partenaires par la voix ou par les gestes (comme cette séquence incroyable au coup d’envoi face à Newcastle), Jorginho a un véritable impact “mental” sur cette équipe.

Collectivement, le milieu italien est un maillon indispensable de la chaîne. Chelsea étant une équipe avec un jeu court et rapide vers l’avant, Jorginho se fond donc parfaitement dans le collectif. Souvent positionné entre les attaquants et les milieux (voir ci-dessous), l’italien dispose d’une excellente capacité de placement et de déplacement. Clairement identifié comme la plaque tournante de Chelsea, Jorginho est souvent marqué et isolé, cependant il dispose d’une facilité à se défaire du marquage et à se positionner dans les espaces, ce qui facilite la construction des Blues puisque tous les ballons ou presque passent par lui.

Capture3

Le Chelsea de Sarri est donc une équipe de position qui remonte le terrain via des passes courtes. Jorginho est un maître dans ce domaine là. Beaucoup de milieux dans son style ont tendance à ralentir le jeu et à ne pas oser jouer vers l’avant. Lui n’a pas ce problème. Avec une majorité de passes vers l’avant, souvent très justes (91% de passes réussies en moyenne en Premier League), l’italien sait jouer vite, chose très compliquée et de plus en plus rare dans le football actuel. Sa capacité à jouer en une touche permet donc aux Blues de créer un déséquilibre chez l’adversaire assez facilement.

Le milieu de 26 ans facilite aussi beaucoup l’occupation de la moitié de terrain adverse, chose que Chelsea a pour habitude de faire cette année. Clairement fait pour jouer dans une équipe qui porte et garde le ballon haut sur le terrain, Jorginho offre très souvent une solution à ses coéquipiers en retrait afin de permettre au bloc de pouvoir garder ce positionnement haut sur le terrain. Lui peut leur offrir un relais, notamment avec Hazard quand ce dernier se décide à percuter, il peut aussi plus rarement délivrer une passe qui vise à casser la ligne défensive adverse, ou bien tout simplement servir d’appui afin de faire circuler le ballon pour déplacer sur la largeur un bloc bas afin de trouver une ouverture. Exemple sur cette séquence: https://streamable.com/s/hxcfq/kjdpac

On peut ainsi voir qu’il permet au bloc des Blues de garder et même d’asseoir une position haute sur le terrain qui a pour but de déboucher sur un décalage, souvent grâce à une bonne relation entre Jorginho et Hazard. C’est pour cela qu’il accompagne les offensives adverses, plutôt que Kanté par exemple qui lui est dans l’incapacité de proposer ce genre de séquence, et ce n’est évidemment pas ce que lui demande Maurizio Sarri.

Jorginho sert aussi très souvent d’appui au milieu de terrain, dans une séquence que l’on voit assez souvent à Chelsea cette année ou même les années précédentes du côté de Naples. Cette dernière consiste à s’appuyer en retrait sur Jorginho, ainsi les attaquants se projettent dans le dos des milieux et l’italien lui a pour but de les servir dans la course afin que ces derniers arrivent lancés face à une défense pas forcément en place au vue de la vitesse de construction, ce qui créer un danger immédiat, comme ce but face au PAOK en Europa League.

L’italien n’est évidemment pas exempté du pressing demandé par le coach. Comme tous ses coéquipiers, il s’affaire à presser son vis-à-vis à la perte et est plutôt efficace dans ce domaine là grâce à une générosité dans l’effort qui passe souvent inaperçu tant son voisin français excelle dans ce domaine.

Ainsi, Jorginho est un formidable joueur qui pense beaucoup en jouant et facilite le jeu de son équipe. Avec un profil individuel parfaitement adapté à l’identité collective de Chelsea l’italien semble être la recrue parfaite pour le projet de jeu de Maurizio Sarri,. Longtemps dans “l’ombre” à Naples, lui et son entraîneur qui le connaît par cœur auront toute la saison de Premier League pour montrer à l’Europe ce dont-ils sont capables.

L’auteur

Matthias

Matthias

Autant analyste que Marcelo, aussi vivant que Bielsa. Matthias, étudiant de 20 ans amoureux du football dans sa globalité et de ses secrets grâce au paternel. J’espère vous les révéler grâce à mes heures passées à observer le rectangle vert et ses protagonistes.