Footoir

Football Leaks : une Super League en vue ?

Les nouveaux Football Leaks, révélés notamment par l’EIC et le Spiegel, apportent des éléments quant à une éventuelle “Super League” européenne et à ses conséquences. Résumé.

Tout d’abord, cette idée de ligue, initiée par 4 grands clubs (Bayern/Barça/Real/Juventus), a pour but d’accroître le poids des écuries européennes majeures, notamment d’un point de vue financier, en quittant les compétitions européennes, voir même l’UEFA. Le projet, qui a été rejoint par d’autres clubs comme Manchester United, Arsenal et l’AC Milan, envisage en effet un partage direct entre clubs des revenus, liés aux droits télévisuels et aux contrats de sponsoring, du championnat.

Même si l’idée en elle-même n’est pas franchement nouvelle, Charlie Stillitano (un organisateur de tournois aux USA) l’a soufflée au Real Madrid – un championnat de 18 équipes (les 17 clubs les plus diffusés + 1 qualifié) et 34 matchs, se jouant les Mardis, Mercredis et Samedis. Le championnat apporterait des revenus largement supérieurs à ceux de la C1, et surtout pourrait tripler les revenus totaux des clubs.Il s’en est alors suivi la création du fameux cartel.

Même si l’on ne sait pas vraiment si les clubs concernés comptent quitter leurs championnats respectifs (en plus des coupes européennes), le Bayern (avec à sa tête M.Gerlinger) a commencé en 2016 à étudier un éventuel retrait de Bundesliga, sur le plan légal, tout en communiquant sur les évolutions à apporter aux compétitions existantes avec la ECA et l’UEFA.Légalement, un retrait des compétitions européennes ne peut être empêché puisque les clubs n’ont pas eu à signer le mémorandum d’entente entre l’ECA et l’UEFA (2015).

Sur le plan “national”, certaines conditions dans les contrats liées directement aux championnats (cas du Bayern) et l’obligation de fournir les joueurs aux sélections sont des obstacles. En 2016, 5 clubs de Premier League – Arsenal, Chelsea, Liverpool Manchester United et Manchester City – se sont rencontrés à ce sujet (rencontre révélée à l’époque par les médias britanniques, les forçant à plus de discrétion). Des rencontres Real-Bayern ont aussi eu lieu.

Un premier projet fut présenté par Stillitano lors d’une réunion générale, avec plusieurs interrogations : les modalités de qualification/relégation ; quitter ou non les championnats nationaux ; ce que l’UEFA pourrait faire pour empêcher la création de la ligue. Entre enclencher le processus, et faire pression sur l’UEFA, le Bayern (Gerlinger), le Barça (R.Sanllehi) et la Juventus (S.Bertola) ont choisi la deuxième solution. Aux réunions de l’ECA, une troisième compétition gérée par l’UEFA était mentionnée, et non une Super League. En rassurant les clubs plus modestes et en créant une société de gestion de droits pour la Super League, le cartel a pu continuer à exercer son influence sur l’UEFA. À coups d’ultimatums, ils voulaient imposer leurs conditions.

Ces conditions étant entre autres : réduire le nombre de participants à la C1, augmenter la part des “historiques”/”grands” dans la distribution des revenus, programmer des matchs les week-ends, avoir un pouvoir décisionnel auprès de l’UEFA. Face aux hésitations de l’UEFA, le projet de ligue a pris de l’ampleur avec des accords sur le format (16 membres permanents) et la distribution des revenus.Il ne restait qu’à s’accorder sur le marketing, et à en informer l’UEFA, les fédérations et les clubs choisis.

Cependant, 3 clubs parmi le groupe de 7 (Arsenal, United, AC Milan), se sont momentanément retirés en Juin 2016, tandis que les 4 autres ont réussi à obtenir de l’UEFA, la dernière réforme de la C1 (entrée en vigueur lors de la saison 2018/19)… avantageant les clubs dominants. Mais la plus grande avancée du cartel, reste la présence de Gerlinger, Sanllehi et Bertola parmi les 4 dirigeants de la firme “UEFA Club Competitions”, leur octroyant l’accès aux comptes détaillés, et contrats (droits télés et sponsoring) de l’UEFA pendant 3 ans. Bien que des associations de protection des intérêts des 28 ligues européennes, s’y soient opposés, les conditions du cartel ont été remplies. L’idée de Super League a donc été, à nouveau, mise de côté… du moins officiellement.

En Novembre 2018, le projet “renaît” sous une forme différente – 11 membres fondateurs, quittant l’UEFA (dès 2021) et ne pouvant être relégués de la “European Super League” pendant 20 ans. 5 clubs invités. Pour un total de 16 équipes. (leur liste ci-dessous en photo)

Une entreprise espagnole serait alors créée pour gérer totalement la ligue. Il y aurait une phase de groupes, puis une phase éliminatoire. Une seconde ligue, permettant d’accéder à la première, serait aussi envisagée. Dans cette firme, les clubs fondateurs se partageraient des parts. 18,77% pour le Real. 17,61% pour le Barça. 12,58% pour Manchester United. 8,29% pour le Bayern, notamment.À ce jour, plusieurs clubs ont démenti/nié le projet (Real, BVB, Bayern, Barça, United, PSG, Juventus).

Source :  https://t.co/kSFf8oBhHR

L’auteur

William

William