Focus

Florin Andone, l’esthète roumain à l’assaut de la Premier League

De nationalité roumaine, Florin Andone s’est néanmoins bien plus illustré en Espagne, sur et en dehors des terrains. Figure attachante en Espagne, victime du scepticisme en Roumanie, nous nous penchons aujourd’hui sur son parcours, à l’aube de sa nouvelle étape de sa carrière à Brighton.

Andone, le plus espagnol des roumains

Florin Andone naît à Botoșani le 11 avril 1993, une ville moyenne à la frontière de la Moldavie. Très tôt, le jeune Florin montre une prédisposition pour le football et intègre le club local de la ville. Mais sa carrière en junior au sein du territoire roumain s’arrêtera de façon abrupte après le décès tragique de son père. Sa mère, par la suite rencontrera un autre homme (lui aussi roumain) et décideront d’aller s’installer en Espagne afin d’offrir un meilleur cadre de vie à Florin. Celui-ci n’a alors que douze ans. Déraciné de sa Roumanie natale, Florin Andone reprendra le football dès son arrivée en Espagne tout d’abord dans le club de Vinaros, puis de Castellon et enfin fera un passage d’un an chez les jeunes de Villarreal. L’attachement a son pays d’accueil fut tel qu’il se considère aujourd’hui bien plus comme espagnol que comme roumain, comme Florin Andone l’indique dans une interview donnée à Footballski.fr :

“Je considère l’Espagne comme mon pays, et je suis très content d’être ici. Concernant la Roumanie, je n’ai pratiquement aucun lien avec le pays. La seule chose qui me lie aujourd’hui à la Roumanie, c’est la sélection nationale.” 

Une honnêteté qui est loin de ravir les supporters de la sélection roumaine. Néanmoins côté espagnol, l’assimilation de Florin est totale. Les supporters du club de Cordoba, où Florin Andone joua de 2014 à 2016 ont totalement adopté le joueur, qui fit les beaux jours de son équipe manquant de peu la montée en Liga en 2016.

Après ce revers en Liga Adelante, Florin Andone valide finalement son ticket pour la Liga en signant auprès du Deportivo La Corogne. Et les résultats sont corrects, sans être exceptionnels. Avec 18 buts en 69 matchs, Florin Andone s’est imposé comme l’attaquant phare de l’équipe, s’offrant même le luxe de marquer face au grand Real Madrid. Son départ de l’Espagne pour l’Angleterre marque un tournant important pour sa carrière ainsi que sa vie personnelle, vivant ainsi son second déracinement de sa carrière. Néanmoins, les choses sont moins roses côté sélection nationale.

Cordoba Andone lunettes
Florin Andone arborant une paire de lunettes de soleil en guise de célébration à Cordoba | CordobaDeporte

Andone en Roumanie : l’espoir en déchéance

Si Florin Andone a su s’imposer dans toutes les équipes qu’il a parcouru, nous ne pouvons en dire de même avec la sélection roumaine. Là où celui-ci aurait pu profiter d’un champ libre à son poste avec la fin de carrière internationale de Claudiu Keșerü, Andone peine à se montrer décisif avec la “Națională“, ne marquant qu’un seul et unique but dans ses vingt-et-une sélections. Ses performances médiocres ont poussé le nouveau sélectionneur Cosmin Contra à préférer des joueurs du championnat roumain, ayant laissé hors de la feuille de match Florin Andone pour les deux derniers matchs amicaux (deux victoires face à Israël et à la Suède). Si une nouvelle chance sera bien évidemment laissée au nouveau joueur de Brighton, Florin Andone sonne comme un espoir décevant pour les supporters roumains, qui y voient peut-être un manque d’intérêt de la part du joueur pourtant si brillant vis-à-vis du niveau du championnat roumain. Cette arrivée en Premier League de Florin Andone lui redonnera une nouvelle chance de faire ses preuves sous les trois couleurs roumaines.

Florin Andone après son unique but en maillot de la sélection roumaine | DigiSport.ro

Florin Andone, une personne vraie

Humainement, tous ceux qui ont eu la chance de passer du temps auprès de Florin Andone en ressortent la même chose : quelqu’un d’honnête, authentique et agréable. Ses interviews sont des odes à l’honnêteté, ce qui peut parfois surprendre sur certains points et le desservir dans l’opinion publique :

“Je regarde très peu de football. Moi ce qui m’intéresse, c’est de jouer. Je manque rarement les clasico, mais je ne regarde pas les Levante – Rayo Vallecano, cela ne m’intéresse pas. (…) En grandissant, tu te rends compte que ces équipes que tu supportes ne t’apportent rien de concret. C’est pas eux qui vont te permettre de manger, c’est toi et ton travail qui te permettent de vivre, l’équipe dans laquelle tu joues. Quand tu es petit, tu te dis “wow” à tout : “wow le Real, wow le Barça“… Tu te berces énormément d’illusions. Mais quand tu es plus âgé, ce n’est plus la même chose.”

Les supporters apprécieront.

Andone chien fiesta
Florin Andone en charmante compagnie fêtant ses 25 ans | Twitter personnel

Pourtant, Florin Andone est un joueur travailleur, sérieux et âpre à la tâche. Il lui a fallu hausser son niveau de jeu pour intégrer le Deportivo, et nul doute qu’il fera ce qu’il faut pour s’imposer face aux attaquants pourtant bien en place de Brighton and Hove Albion.

L’auteur

Hadrien

Hadrien

Liverpool Football Club par la naissance, souvent aperçu dans les bars parisiens louant les qualités intrinsèques de Dirk Kuyt et les coups de tête de Ian Rush. Très peu objectif envers Manchester United, rarement habillé après les buts de Salah. Pour le reste, il fait ses études à la Sorbonne et se passionne pour le football roumain.