English Football LeagueUKulture

Le Remembrance Day et les héros de Leyton Orient

Le club de Leyton Orient et ses supporters ont un lien historique avec la France. 41 membres du club ont participé à la Première Guerre Mondiale, et 3 d’entre-eux sont morts. Le football britannique en a été fortement touché, et le Remembrance Day est l’occasion annuelle de commémorer les héros du Royaume.

L’Hommage des stades

Les deux premiers weekends de Novembre sont l’occasion pour le football anglais, de rendre hommage aux héros de guerres. Deux weekends durant, les commémorations se multiplient pour le Remembrance Day (Jour du Souvenir), qui, comme en France, a lieu le 11 Novembre. Cette journée est dédiée à tous ceux qui se sont battus ou sont morts pour leur pays. La Football Association (FA) l’a étendu sur les deux premières semaines de Novembre afin de permettre à chaque club de recevoir une fois.

Remembrance Day à Fratton Park (Portsmouth)

À travers des moments intenses de recueillements ainsi que des chaleureuses minutes d’applaudissements, le public se recueille respectueusement sous le son des clairons. Les couronnes de coquelicots, vendues par des bénévoles au profit de la Royal British Legion, parsèment les stades, les maillots des joueurs et les vestes des supporters. Chaque joueur porte le « poppy », coquelicot symbolique de la première guerre mondiale chez les britanniques (plus largement élargi aux autres guerres dans le Commonwealth), sur le torse de son maillot.

Le club de Fleetwood, présente ses maillots ornés du poppy
Le club de Fleetwood présentant ses maillots ornés du poppy

Le Football entre en guerre

La bataille de la Somme, en 1916, marque le début de l’alliance franco-britannique au combat. Elle a été l’une des batailles les plus violentes et meurtrières de la première guerre mondiale, mais aussi de l’Histoire, avec plus d’un million de morts, blessés et disparus entre Juillet et Novembre 1916.

La moitié fera partie de l’armée Britannique. C’est l’une des raisons pour laquelle le Remembrance Day est si important outre Manche. De nombreux monuments sont d’ailleurs érigés dans le Nord de la France, et nombreux sont les britanniques à traverser la Mer du Nord pour rendre hommages à leurs anciens combattants.

Champ de coquelicots, planté sur un emplacement de la bataille de la Somme
Champ de coquelicots, planté sur un emplacement de la bataille de la Somme 

Parmi eux, l’on trouve une délégation de supporters du Leyton Orient Football Club. Le club de l’Est londonien est l’un des plus concernés par la Grande Guerre en Angleterre. Il est le premier à envoyer massivement des membres sur le front, et a été très impliqué dans la bataille de la Somme – quarante et un membres de l’équipe et du personnel du Clapton Orient (ancien nom du club) avaient rejoint le 17ème bataillon du Régiment du Middlesex.

En Avril 1915, lors du dernier match de la saison avant leur départ (le championnat anglais a été suspendu de 1915 à 1919), contre Leicester Fosse, plus de vingt mille personnes se sont déplacées pour soutenir l’équipe. Après la victoire du Clapton Orient, 2-0, une parade d’adieu célébra les futurs soldats, qui avaient revêtu leur uniforme pour l’occasion. 

Au cours de la bataille de la Somme , trois joueurs du club ont donné leur vie pour  la royauté et le pays: Richard McFadden, George Scott et William Jonas. Bien qu’ils soient les seuls employés du Clapton Orient morts au cours de la Première Guerre mondiale, de nombreux autres ont subi des blessures, ne leur permettant pas de reprendre leur carrière de footballeur à leur retour.

Les Héros de Clapton Orient et du football

Richard Mc Fadden était attaquant au Clapton Orient. Il fut le meilleur buteur du club durant quatre saisons consécutives, de 1911 à 1915, avec un total 66 buts en 137 matchs sous les couleurs du club. Avant la Première Guerre Mondiale, l’attaquant avait déjà sauvé la vie d’un garçon qui se noyait dans une rivière, et celle d’un homme dans un immeuble en feu. 

Durant la bataille de la Somme, il assiste à la mort de son ami d’enfance, et coéquipier, William Jonas. Blessé quelques semaines plus tard, il revient au front, remportant une médaille militaire pour sa bravoure, mais se blesse à nouveau gravement. Il décédera de ses blessures en Octobre 1916. De nombreux clubs de football du pays ont fait part dans leur programme de la mort de Mc Fadden: 

« Dans la vie civile, il était un héros et il s’est révélé être un héros sur le champ de bataille»

Manchester Football Chronicle

William Jonas quand à lui, avait rejoint le club sous les conseils de son ami Mc Fadden, après avoir marqué 68 buts en deux saisons aux Havanna Rovers. Il était considéré comme le « David Beckham » de l’époque, lui qui recevait une cinquantaine de lettres de fans par semaine. Jonas est resté pris au piège dans une tranchée avec son coéquipier et ami, Mc Fadden, alors qu’ils se battaient dans la forêt de Delville en Juillet 1916. Il dit au revoir à son ami, avant de sauter hors de la tranchée et a été tué sur le coup.

George Scott, finalement, était un joueur polyvalent, ayant joué plus de 200 matchs pour le club en sept saisons. Lors de la bataille, Scott fut blessé puis fait prisonnier. Il mourut dans un hôpital militaire allemand en Aout 1916.

Les trois joueurs faisaient ainsi partie du 17ème bataillon du Middlesex Regiment, bataillon d’infanterie de l’armée britannique. Une grande partie de ce régiment était formée de joueurs professionnels de football, d’où son surnom de « Bataillon du Football ». À noter que le 23ème Bataillon du Middlesex Regiment, créé un peu plus tard, deviendra le second Bataillon du Football.

Parmi les soldats ayant combattu pour le 17e bataillon, le sous-lieutenant Walter Tull a été, probablement, le premier officier d’infanterie noir de l’armée britannique.

Sans oublier, Alan Roderick Haig-Brown. Un officier de l’armée britannique et écrivain, qui commandait le corps de formation des officiers chargés des carabiniers avant de se battre pendant la Première Guerre mondiale. C’était un ancien joueur de Clapton Orient, où il avait joué avant la professionnalisation du club. Il fut tué en Mars 1918 lors d’une offensive allemande.

A la fin de la guerre, le championnat anglais de football reprit. Seulement cinq joueurs de Clapton Orient ayant participé au front, furent aptes à reprendre la compétition. D’autres personnalités du football ont perdu la vie dans le bataillon. Notamment Norman Wood, de Stockport Country, ou Allen Foster de Reading. West Ham perdra cinq joueurs, Newcastle sept, Tottenham onze. Environ 500 soldats du bataillon sont morts parmi les 600 engagés.

Tout le football anglais a été touché. Quelques lignes n’apparaissent pas dans le palmarès du championnat d’Angleterre. Mais le football a vécu une période importante de son histoire durant la Première Guerre Mondiale. Ses innombrables représentants présents au front lui ont fait honneur, en héros.

En 2010, le Président de la Football League, Greg Clarke (actuel Vice Président de la FIFA) s’est déplacé en France pour inaugurer le monument de Longueval, dans la Somme, monument en hommage au Bataillon des Footballeurs. Des membres de la Fédération des supporters de football et des représentants de plus de vingts clubs y ont assisté. Le financement ayant été obtenu grâce aux dons de fans.

Un autre monument, cette fois-ci en hommage aux trois joueurs de Clapton Orient décédés lors de la bataille de la Somme, a été dévoilé en 2011, et plus de 200 supporters de Leyton Orient ont pris part à la cérémonie.

O’s Somme Memorial Fund

Steve Jenkins, l’actuel président adjoint du Leyton Orient Supporters Club, est aussi le président du O’s Somme Memorial Fund, une association consacrée à la mémoire et aux projets, dédiés à la commémoration des héros de Clapton Orient.

Régulièrement, des rassemblements ont lieu et des cérémonies sont organisées pour célébrer les héros. Tous les ans, ou dès que l’occasion se présente, l’association organise des déplacements en France. Les bus de supporters, ou de familles du personnel historique de Clapton Orient, relient les différents points de batailles et monuments du Nord de la France. Pour se remémorer. À l’instar ce voyage organisé en 2018, avec un symbole à chaque étape:

  • Passage à Notre Dame de Lorette et Vimy, près de Lens
  • Mémorial de Thiepval pour William Jonas
  • Le cimetière britannique de St Souplet pour George Scott
  • Le monument du Bataillon des Footballeurs à Longueval
  • La tombe de Richard Mc Fadden, à Couin
  • Le monument hommage de Clapton Orient, à Flers.
Brisbane Road
Brisbane Road

Si vous avez l’occasion de passer à Brisbane Road et dans son pub attenant au stade, vous pourrez y admirer les reliques, cadres et hommages aux héros de Clapton Orient.  Peut-être aurez-vous l’occasion de rencontrer Steve ou l’un de ses comparses, qui ne manqueront pas de vous conter l’histoire du club et des héros de Clapton.

Vous pourrez assurément discuter (autour d’une pinte) de l’actualité du club, et du soutien infaillible des supporters de Leyton Orient. Leur club est l’un de ceux qui a connu le plus de matchs en divisions professionnelles anglaise, avant de connaitre une crise ces dernières années l’ayant mené en Non League.

Près de 5000 personnes assistaient toujours aux matchs, malgré les résultats décevants. Un club historique ne meurt pas. C’est pourquoi Leyton Orient vient de retrouver la Football League cette saison. Ils vous raconteront leur combat pour être représentatifs dans les choix de la nouvelle direction du club.

Les supporters de Leyton échangent aussi beaucoup avec les écossais de Heart of Midlothian FC, club qui a aussi été fortement impacté en sacrifiant son effectif pendant la guerre, avec sept joueurs décédés. Les associations de supporters s’échangent régulièrement couronnes de fleurs et messages de sympathie, et prennent aussi part aux commémorations ensemble, pour rapprocher les liens. Pour ne pas oublier. 

L’histoire du club a été l’objet de multiples oeuvres – Steve Jenkins a écrit « They took the lead » sur l’histoire et l’héroïsme des joueurs d’Orient pendant la Première Guerre Mondiale, tandis qu’en 2016, Michael Head présentait « The Greater Game » une pièce de théâtre inspirée de ce dernier.

De magnifiques hommages.

Article précédent

Le come-back des Swans ?

Article suivant

Cet article est le plus récent.

L’auteur

Maxime

Maxime

Passionné par les histoires, les stades et les ambiances de football britannique.
«Il n’y a pas d’endroit où l’homme n’est plus heureux que dans un stade» Albert Camus