Tour d'Europe

Vers un circuit fermé : la “Super League” ?

uefa_superleague_main_logo_20150224_1231275023

L’idée d’un championnat européen composé des plus gros budgets germe depuis quelques années dans les têtes des dirigeants de l’UEFA. C’est le fantasme des clubs les plus fortunés comme le Real Madrid dirigé par Florentino Perez, Vous vous en souvenez du G14, ces patrons des plus gros clubs européens, ligués, qui pensaient pouvoir faire pression sur l’UEFA afin de creuser davantage le fossé entre le haut et le bas de la hiérarchie européenne. Il y a une volonté de créer un entre-soi et de sceller les disparités financières mais également sportives, et les qualifications pour cette Super League ne se feraient plus en fonction du classement du championnat national mais bien en fonction des performances dans ce championnat supra-national. Condamnant les les petites divisions à un rôle de seconde zone voire totalement effacé.

Pogback mais pas back to Champion's League.
Pogback mais pas back to the Champion’s League.

Limites du modèle actuel des compétitions continentales ?

Cette saison, Chelsea, Liverpool et Manchester United ont énormément dépensé, cependant, ces trois clubs ne participeront pas à la Ligue des Champions. Mais ce n’est plus un problème de revenu qui se pose aujourd’hui, les clubs de Premier League ont connu une augmentation des droits TV sans précédente grâce à des contrats en or. Face à ce revenu, celui de la Ligue des Champions parait moindre, en plus d’être chiante à cause des restrictions budgétaire. De ce point de vue, la Ligue des Champions pour un club anglais ne représente que la gloire et une exposition médiatique considérable mais restant une compétition loin d’être rentable surtout quand ces clubs dépensent de plus en plus.

Vers une ligue consanguine

Wesh alors ? Attention à de nouveaux changements à partir de 2018.
Wesh alors ? Attention à de nouveaux changements à partir de 2018.

Cette idée de ligue des superpuissances refait surface en voyant United, Liverpool, Chelsea ou encore le Milan AC en Italie. On aurait ce championnat qui supplanterait la Ligue des Champions, bien que l’idée de jouer ce championnat en week-end fait également parler de lui. Ne parlons pas de politique (parce qu’on est pas Minute Papillon) mais cette idée d’intégration européenne par le sport pourrait aisément trouver ses soutiens politiques face aux europhobes ou au choc du Brexit. Imaginez une compétition équivalente à un championnat national mais à échelle européenne.

Cependant, loin de cette vision de bisounours qu’on pourrait se faire de ce championnat européen, il y a des enjeux économiques colossaux, ce club fermé pourrait tuer l’intérêt des championnat voire de leur donner des structures nouvelles, voire de nouvelles affiliations pour certains clubs, bref, un grand chamboulement qui ne servirait qu’au gros. Les clubs ne disputeraient plus des compétitions continentales au mérite mais bien par leur manne financière.

Le contre à la Super League

Lyonnais souviens-toi de cette nuit chypriote en 2012... On ne reverra plus jamais cela.
Lyonnais souviens-toi de cette nuit chypriote en 2012… On ne reverra plus jamais cela.

Michel Platini, président entre 2007 et 2015 jusqu’à son éviction suite au scandale de corruption, avait tout de même favorisé les clubs issus des petites nations. La refonte de la C1 et de la C3 a permis a des clubs d’émerger et de connaître des moments de gloire en Ligue des Champions (ou encore l’émergence des clubs des pays de l’Est). Il y a eu également un nouveau système d’attribution en Ligue Europa par le biais du classement du Fair-play ou encore le Fair-play financier, en vigueur depuis 2011 afin de dissuader les clubs participants à des compétitions continentales de trop dépenser.

Platoche c’était sûrement uns des derniers remparts face au foot-business, et, avec l’élection du 14 septembre qui aura lieu à Athènes, certains ont déjà émis des idées comme d’accorder 4 places qualificatives aux 4 premiers championnats du classement européen pour repousser les partisans de la Super League. D’autres propositions auront lieu le 4 et 5 à Genève en vue de répondre aux attentes de l’ECA (L’Association Européenne des Clubs) mais également de dévoiler les projets des 3 candidats qui veulent devenir calife.

En bref, tout cela va avantager les gros clubs d’un championnat face aux autres clubs des championnats moins bien cotés, mais également créer un écart au sein des clubs du même championnat, aussi bien économiquement que sportivement. On est dans la merde.

Article précédent

Le best of de Joey Barton, cet apôtre de la non-violence

Article suivant

C1 - Regard sur les tirages au sort de la plus cool des compétitions

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.