Tour d'Europe

Ligue des Champions – Acte final : espoirs déchus ?

Liverpool pouvait remporter sa 6ème Ligue des Champions, mais les Reds devait détrôner le Real Madrid du sommet de l’Europe, une chose qui paraissait faisable et pourtant, les madrilènes n’ont jamais montré une once de fébrilité.

Reds contre Blancos

Il y a un siècle, débutait la Révolution Rouge qui a avait vu la victoire des “Rouges” face aux blancs. 100 ans plus tard, à Kiev se déroulait une bataille sur terrain vert qui a été longtemps indécise. Les Reds ont joué leur jeu, pressing haut, heavy metal et rythme des passes soutenu qui a repoussé le Real sur les côtés. Mais contrairement à Manchester City qui ne savait plus quoi faire, le Real a su utiliser la largeur du terrain. Le milieu à 4 des madrilènes était destiné à aspirer les Reds au niveau de Casemiro pour ensuite exploiter les espaces dans le dos des deux latéraux de Liverpool. Cependant, on ne voyait pas une équipe prend l’ascendant sur l’autre, bien qu’après une entrée timide dans son match, les madrilènes ont petit à petit pris pied dans cette bataille.

Ce qui aura sûrement changer ce match, c’est la sortie de Mo Salah sur blessure puis celle de Daniel Carvajal. Cela a impacté les scousers, d’abord par l’impact émotionnel de la sortie du Pharaon puis la blessure des Reds qui a refroidi les Reds. Après ces deux faits de jeu, on a jamais retrouvé la même intensité qu’en début de match. Malgré cela, on avait l’impression que les joueurs de Liverpool pouvaient le faire, et pourtant…

La Bale de match

Score nul et vierge au retour des vestiaires, le match a penché en faveur du Real sur un malheureux coup du sort pour le portier allemand de Liverpool. Lorsque la relance de la main heurte le bout du pied de Karim Benzema, c’est le cours de la partie qui prend une toute autre allure. Le Real a démontré sa supériorité et son expérience sur un Liverpool candide.

Les larmes de Loris Karius. (Source : liverpoolecho.co.uk)
Les larmes de Loris Karius. (Source : liverpoolecho.co.uk)

Ce n’est pas l’égalisation de Sadio Mané qui a empêché les Blancos de douter, et encore moins la formidable retournée de Gareth Bale quelques secondes après son entrée en jeu. Liverpool ne reviendra jamais au score et encore moins au niveau, sombrant petit à petit dans une rencontre qui semblait pouvoir être gagnée. Le second but de Gareth Bale sur une faute de mains de Loris Karius -encore lui- n’allait pas arranger les choses.

Ce n’est peut-être pas la sortie sur blessure de Mo Salah qui a sonné le glas des Reds, on avait vu Liverpool jouer son jeu sans l’égyptien face à Manchester City. Cette fois, le calme que dégageait cette équipe du Real Madrid n’a laissé aucune chance aux joueurs de Liverpool accélérer le rythme du match. Cette victoire du Real Madrid est logique, Liverpool n’y pouvait rien.

L’avenir de Liverpool ?

Au-delà des erreurs de Loris Karius et de la déroute des joueurs de Liverpool, ces dernières portent en eux un espoir sur des jours meilleurs. Cette saison, l’équipe de Liverpool est la plus jeune équipe de Premier League, ainsi que la 3ème en Ligue des Champions, il ne fait aucun doute qu’on reverra cette équipe à ce niveau les prochaine saisons. Ce jeu “heavy metal” a enthousiasmé tous les amateurs de football, est porteur d’un renouveau dans le football. Ce soir Alan Kennedy n’était pas là pour donner la victoire, mais on ne peut que penser que ce Liverpool va encore grandir et mûrir pour devenir un grand d’Europe. Ce n’est que le début du cycle, ce parcours est déjà une belle preuve du renouveau de Liverpool et le meilleur est ) venir.

Tous les voyants sont au vert du côté d’Anfield Road et les Reds reviendront plus forts la saison prochaine.

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.