Tour d'Europe

Ligue Europa – Acte 3, scène 1 : le régal d’Arsenal

Après avoir éliminé l’AC Milan en 1/8ème de finale, Arsenal fait face au CSKA Moscou pour les 1/4 de finale de la compétition européenne. Ce match aller nous a réservé un scénario presque parfait pour les Gunners, rendant une excellente copie qui leur permet d’avoir un pied en demi.

Le Wenger-ball était de retour ce jeudi en Europa League. Alignant l’équipe type avec Lacazette et Petr Cech titulaires, Arsène Wenger et ses hommes n’ont fait qu’une bouchée de l’adversaire du soir, le CSKA Moscou. Un départ parfait par l’ouverture du score d’un Aaron Ramsey des grands soirs au bout de 10 minutes de jeu après un mouvement collectif digne des Gunners. Cependant, l’erreur défensive est aussi digne des Gunners : relance ratée de Mustafi et faute de Koscielny à l’entrée de la surface, le coup franc est concrétisé de la plus belle des manières par Golovin cinq minutes après l’ouverture du score.

À 1-1, les Gunners se mettent dans une situation compliquée en vue du match retour. Mais c’était sans compter sur un Mesut Ozil absolument incroyable qui permet à Lacazette de convertir un penalty à la 22ème minute. Quelques minutes plus tard, un but de toute beauté d’Aaron Ramsey :

https://twitter.com/GodSaveTheFoot/status/981979058803232769

Un super service du numéro 11 allemand et un éclat de génie du Gallois, plus rien ne résiste aux Gunners. Lacazette enfonce le clou en inscrivant le quatrième but à la 35ème minute. Au retour des vestiaires, Arsenal mène 4 à 1 dans une ambiance peu à la hauteur du niveau affiché des hommes de Wenger. La deuxième période est un tout autre match, les Gunners gèrent face à un adversaire impuissant et dépassé. Pas grand chose à se mettre sous la dent si ce n’est quelques occasions manquées par les locaux.

Score final : 4-1. Les Gunners parviennent s’imposer de belle manière et avec un avantage significatif en attendant le match retour la semaine prochaine. On constate un regain de confiance comme l’avait dit Arsène Wenger en conférence de presse, une sortie de crise permise par un parcours européen qui promet. Du beau jeu, des joueurs concernés, certes du déchet technique par moment mais c’est de bonne augure pour la suite du parcours en Europa League.

Article précédent

Ligue des Champions : Acte 2 - Scène 1, un duel fratricide

Article suivant

Le "power shift" à Londres

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Ne jure que par Arsenal et appellera sa fille Mesut quoi qu’il arrive, heureusement pour elle qu’il est moins fan de Coquelin ou Monréal « Nacho, viens manger ». Il a le niveau de Petr Cech à la batterie, aux buts, il est plus Ali Ahamada. Salarié de l’éducation nationale, son rêve est d’apprendre à Franck Ribéry que la table de multiplication n’est pas un truc sur lequel on mange. Il aimerait vendre Arsène Wenger à la brocante de Gavarret-sur-Aulouste, une commune du Gers.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *