Tour d'Europe

Day 5 – Et dire qu’il reste encore une journée après ça…

Les anglais brillent en Ligue des Champions et se morfondent en Europa League. Alors qu’on est proche du 100% en EL, Arsenal est certes premier dans un groupe pas si facile alors qu’Everton fait un parcours classique d’un club de Premier League. Non sérieusement, on est pressé d’être à la journée suivante.

FC Cologne 1-0 Arsenal FC

Suite à une double-confrontation soporifique contre l’Etoile Rouge de Belgrade -si on enlève le but du magnifique Giroud– Arsenal pouvait sceller sa première place dans son groupe E en cas de victoire lors de la 5ème journée. Après avoir plumé le cockerel de Tottenham lors du North London Derby, il fallait attraper le bouc de Cologne pendant le Podolskisco, mais cette fois avec l’équipe de l’Europa League… Encore une fois, Arsenal n’a rien montré offensivement, c’est même Coquelin qui a eu l’occasion la plus chaude en heurtant les montant et puis plus rien. Le péno pour les allemands vient d’un penalty plutôt difficile à siffler même si la faute étaient présente, ce qui a enclenché un chant horrible de la part du public de Cologne, merci les oreilles ! Si on peut retenir des points positifs c’est Maitland-Niles qui continue de progresser en montrant son volume de jeu et par sa percussion mais son travail était saboté par ses coéquipiers. Holding est aussi de plus en plus propre, défensivement comme à la relance, ça fait plaisir à voir vu la copie d’Arsenal qui a été très mauvais. Bref, vivement le prochain tour pour avoir des vrais matchs et une véritable envie de la part des joueurs.

Everton FC 1-5 Atalanta Bergame

Un match que personne n’avait envie de regarder, que ce soit les supporters d’Everton ou les commentateurs de Bein Sports. Les Toffees qui affrontaient le leader du Groupe E n’avaient plus rien à espérer, et ça s’est vu, on entendant que les supporters italiens chanter et les joueurs jouer. On ne sait pas ce qu’on pourrait vous dire tant les joueurs d’Everton ont traversé la partie à l’image de Sandro Ramirez fantomatique en dehors de son but (le 1er depuis son arrivée à Everton), Ashley Williams qui continue à se forger une réputation de hard man en Europe, le seul qu’on a vraiment vu à son avantage -ou presque- c’était Kevin Mirallas, mais encore une fois trop seul pour faire la différence. Là où on pourrait se consoler de victoires pour l’honneur et sortir de cette compétition la tête haute, mais non, Everton nous aide pas et on a du mal à voir quels sont les effets positifs de David Unsworth en Europa League après une victoire miraculeuse contre Watford et un match nul morne (2-2) face à Crystal Palace, rien n’est rassurant et on ne sait pas trop où on va pour l’instant. On espère de tout coeur que cela change très rapidement. En attendant on va encore se farcir un autre match, espérons qu’ils gagneront se match pour l’honneur après cette grosse fessée.

Everton
C’est la chienlit ! (Source : @LivEchoEFC)

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.