Tour d'Europe

Day 4 – This is Halloween !

Les anglais invaincus, il fallait que cela cesse et c’est Chelsea qui a succombé mardi soir, c’était Halloween et on a crié d’effroi pendant que le pauvre Mile Svilar hurlait de douleur. Alors que Liverpool se promenait dans son jardin, Man City et Tottenham bataillaient sans relâche pour la qualification.

AS Roma 3-0 Chelsea

Eden Hazard.
Eden Hazard n’a rien pu faire face à la Roma… (Source :https://www.chelseafc.com)

Après un match aller 3-3 à Stamford Bridge et un Chelsea petits bras, on pensait voir Chelsea continuer et se rassurer avec le retour annoncé de N’Golo Kanté. On a rapidement été déçu, Kanté pas sur la feuille de match, pire, c’est au bout de 39 secondes que Stephan El Shaarawy décide de mettre un bon pointard dans les cages de Thibaut Courtois. But qui annonce la couleur du match, une défense apathique, un Rüdiger qui faisait un coucou à mamie dans les tribunes, David Luiz jamais bien positionné, Cahill perdu. Il y a eu aussi ce milieu de la Roma qui a ouvert la formation des Blues en deux, Bakayoko et Fabregas n’ont rien fait à part regarder Strootman faire un match de folie et Diego Perotti mettre une olive à El Shaarawy pour son doublé avant d’inscrire lui-même son golazo. Trois buts similaires, une défense aux abois, un milieu inexistant et un Chelsea perdu sans repère. Quand Drinkwater est entré en jeu à la place du fantomatique Fabregas à la 71ème minute, et on a cru voir un semblant de stabilisation dans l’entrejeu, trop tard. Une défaite 3-0 méritée, Chelsea n’a rien montré ce soir-là à l’Olimpico. Avec toutes ces lacunes au milieu de terrain, on attend plus que jamais le retour de la doublette gagnante Kanté-Drinkwater, souviens-toi, il y a deux ans…

Manchester United 2-0 SL Benfica

Scott McTominay
Scott McTominay, retenez ce nom ! (Source : @ManUtd)

3/3, 9 points sur 9 possible, c’est le bilan des Red Devils avant la réception du Benfica Lisbonne. Mourinho a décidé de faire tourner en faisant 6 changements par rapport au match face aux Spurs, en incluant le jeune Scott McTominay au milieu de terrain mais pas du duo Rashford-Martial que tout le monde désire. Ce ne fut certes pas une partie facile face à un Benfica bon dernier mais pas si mauvais dans le jeu, c’est même sur une nouveau coup du sort du pauvre Mile Svilar, plus jeune joueur à évoluer en Ligue des Champions, il devient aussi le plus jeune joueur à marquer contre son camp dans cette compétition. Espérons que cela ne le stoppera pas dans sa progression parce qu’il a tout de même arrêté un penalty d’Anthony Martial à la 13ème minute. Man Utd a tout de même montré quelques signes de faiblesses et quelques errements défensifs, heureusement que les attaquants portugais étaient trop maladroits et David De Gea en grande forme. Avec 4 victoires en autant de matchs, Mourinho ne s’est pas montré pour autant ravi : même avec ces 4 victoires, Man Utd n’est toujours pas qualifié pour les huitièmes (le CSKA Moscou a gagné 2-1 sur la pelouse du FC Bâle). On espère quand même le voir fanfaronner lors de la prochaine journée…

Liverpool 3-0 NK Maribor

Daniel Sturridge
101 buts, ça se fait Dany ! (Source : Facebook de Liverpool FC)

Il y a deux semaines, les Reds signaient une victoire 7-0 en Slovènie face au Maribor, synonyme de record de buts sur un match à l’extérieur pour un club anglais dans la compétition. On a eu un Liverpool qui s’est crée des occasions et a parfaitement neutralisé les attaquants du Maribor, mais timide, trop timide, jusqu’à l’ouverture du score par Mo Salah sur un beau centre d’Alexander-Arnold. Même avec ce but, on a pas eu droit à un Liverpool des grands soirs, un penalty de Milner raté et de nombreuses occasions vendangées. Il a fallu attendre l’heure de jeu et une belle possession pour voir Emre Can concrétiser une belle action, lovely. Le dernier but vient de Daniel Sturridge entré en jeu en fin de match. Match correct mais sans plus de la part des Reds dans l’ensemble. A noter que c’était la première titularisation d’Oxlade-Chamberlain à Anfield et aussi en Ligue des Champions depuis qu’il a rejoint Liverpool.

SSC Napoli 2-4 Manchester City

El Kun
Mesdames et messieurs, laissez-nous vous présenter le meilleur buteur de l’histoire de Man City. (Source : @ManCityFra)

Quel match on a eu droit à l’Etihad Stadium entre deux tacticiens comme Guardiola et Sarri, ce match retour nous promettait encore 90 minutes de pur bonheur mais sans les ceintures à San Paolo. Et les amoureux du beau jeu et de la tactique avaient tous les yeux rivés vers Naples ce soir-là, il ne fallait pas être cardiaque tant l’atmosphère et le fil du match fut à couper le souffle. C’est Lorenzo Insigne qui ouvre le score sur un modèle de passes, les défenseurs de City étaient à la rue dès que les napolitains accéléraient le ballon et ça a été très dur pour les hommes de Pep. Notamment par le génie de Sarri (et on pèse nos mots) qui a réussi à endiguer le jeu de possession de Guardiola, mais c’est Man City en face, et ce qui a été pour le moins surprenant, c’est que les 4 buts de City sont venus de coups de pieds arrêtés ou de contre, on est loin de l’action construite et longuement menée que Pep met en place. C’est aussi ça la force de Man City, pouvoir marquer à tous moments et avec tous ses joueurs, car c’est avec Otamendi puis Stones (ce dernier aurait pu égaliser si sa tête ne s’était pas écrasée sur la barre) que les Cityzens ont égalisé puis doublé les locaux au score. 2-1 comme à l’aller mais c’était sans compter l’égalisation de Jorginho sur un peno à la 62ème minute. Mais le Kun était là pour l’histoire, sur une contre-attaque, le désormais illustre argentin marque un but importantissime pour Man City et devient le meilleur buteur de l’histoire de son équipe ! Le quatrième et dernier but vient de Raheem Sterling dans les arrêts de jeu qui met fin à tout suspens… City l’emporte et se qualifie pour les huitièmes dans un match qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, mais c’est bien les anglais qui gagnent. Quel match en tous cas, on a hâte aussi de revoir le Napoli continuer dans la compétition parce que cette équipe fait énormément plaisir à voir jouer.

Tottenham 3-1 Real Madrid

Un nul “héroïque” au Bernabeu, on a pas tarit d’éloges cette équipe de Tottenham qui est allée chercher le nul à Madrid qui plongeait l’équipe entraînée par Zizou dans un début de doute qui s’est aggravé après leur défaite face aux catalans du Girona sur fond de crise politique. Quelle victoire des Spurs, la manière et l’attitude était là, Pochettino a encore une fois démontré son génie, d’une part en montrant qu’il savait adapter son équipe selon l’adversaire mais aussi dans la mentalité, très défensive pour l’occasion. Un doublé renversant de Dele Alli et un but de Christian Eriksen sur une contre-attaque d’école menée par Harry Kane, voilà ce qu’est Tottenham cette saison. Les Spurs ont tenu et contenu les Merengues dans ce match – tout comme à l’aller – et c’est même avec la sortie d’Alderweireld où on pensait que la défense allait flancher que les londoniens ont ouvert le score. Ce qui a été déterminant c’est la cohérence entre les choix tactiques et des joueurs de la part de  Pochettino, défensif on l’a dit, les Madrilènes ont longtemps eu le ballon, une domination stérile qui était matérialisée par ce mouvement de pendule lors de la préparation des actions, trop basse, trop lente, trop facile pour des Spurs bien en place. Cela a été une véritable démonstration de force de la part de Tottenham qui ont enfoncé le Real Madrid dans la crise et se qualifient, d’une belle manière, pour les huitièmes de finale, et on a envie de les revoir briller dans cette compétition !

Harry Winks
Il y en a un qui est entrain d’éclore à Tottenham et c’est Harry Winks. (Source : @SpursOfficial)
Article précédent

Arsenal, la Guerre des Boards

Article suivant

Day 4 - Typique des clubs anglais

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.