Tour d'Europe

Day 3 – Ligue des Champions – Entre histoire et désillusion

cvkwlcfwcaakjsi
Arsenal taille patron. (crédit : Champions League)

Cette troisième journée de Champions League fut très particulière pour les clubs anglais. On revient sur Leicester qui ne finit pas de nous surprendre, sur Tottenham qui ramène un bon point d’Allemagne, sur Manchester City qui se prend une branlée et sur Arsenal qui impressionne.

Leicester 1-0 Copenhagen (Mahrez 40’)

cvfjifowyaa7ufv
Leicester entre dans l’histoire, une nouvelle fois … (crédit : Champions League)

Ce n’était pas glorieux mais l’essentiel est là. Contre l’équipe danoise de Copenhague, les Foxes avaient pour ambition de ramener de nouveau trois points et d’entrer dans l’histoire. Ce ne fût pas aussi facile que l’on pensait, puisque l’adversaire était tenace et même dangereux. Ce sont bien les Danois qui dominent la rencontre et Leicester peine à garde la possession et à être dangereux. Peu de choses à se mettre sous la dent avant que Mahrez, sur une passe de Slimani, ouvre le score à la 40ème minute, contre le cours du jeu. C’est un but qui arrive au moment parfait. Copenhague se montre dangereux mais n’inquiète pas assez la défense des Foxes. Le score en restera là, on s’est un peu emmerdé devant le match mais une chose est à noter : c’est la première fois qu’un club anglais, dès sa première participation à la Ligue des Champions, gagne ses trois premiers matchs. Le club compte 5 points d’avance et se rapproche déjà d’une qualification en 1/8. Historique Leicester.

Leverkusen 0-0 Tottenham

cvfknbtweaaexnu
Lloris impérial pour Tottenham. (crédit : Champions League)

Dès les premières minutes, on s’est dit qu’il y allait avoir des buts : les deux équipes pressaient haut et l’intensité était très forte. Et bien on s’est trompé, ou presque. Le match était assez débridé, les deux équipes avaient pour ambition certaine de gagner ce match. Tottenham, en première mi-temps, se montre le plus dangereux mais peine, une nouvelle fois, à la finition. L’absence de Kane se fait tout de même sentir malgré les bonnes performances de Son. Puis le scénario s’inverse considérablement en seconde mi-temps. Leverkusen se montre ultra dangereux, tire à 13 reprises au but contre … 0 frappes des Spurs. C’était chaud, bouillant même, mais Lloris sort un match impeccable qui repousse les tentatives des Allemands. Finalement, un match nul qui fait le bonheur des Londoniens par rapport au scénario du match. Au classement, le groupe E est plus que jamais serré puisque Monaco est en tête avec 5 points devant Tottenham 4 points, Leverkusen 3 points et CSKA Moscou 2 points.

Barcelone 4-0 Manchester City (Messi 17’, 61’, 69’, Neymar 89’)

cvj_y2xweaagqhs
Le tournant du match … (crédit : Champions League)

On ne s’attendait pas à ça, même au début du match. Manchester City effectuait un gros pressing, Guardiola avait compris que la clef était là. Les Citizens se procuraient quelques occasions mais le gardien barcelonais était irréprochable. Mais, 17ème minute, Messi ouvre le score sur une glissade de Fernandinho, intenable. C’est un coup sur la tête pour les Sky Blues mais ils ne lâchent rien, d’autant plus que Barcelone subit deux blessures en première mi-temps (Alba et Pique). À la mi-temps, tout est encore possible et l’espoir est permis. Mais rien ne se passe comme prévu … 53ème, incroyable scène : Bravo dégage mal le ballon, Suarez tente un lob et Bravo utilise ses mains hors de la surface pour détourner le ballon. Carton rouge direct, la théorie du complot peut démarrer. Oui, des articles affirment que l’ancien pensionnaire barcelonais aurait aidé les adversaires. Mais biensûr. Bref, à dix, Man City peine considérablement. Barcelone déroule : Messi s’offre un triplé à la 61ème et 69ème, Mathieu prend un deuxième jaune mais cela ne change rien, Neymar, malgré un pénalty manqué, enfonce un peu plus Guardiola et ses hommes en fin de match. 4 à 0, ça fait très mal.

Arsenal 6-0 Ludogorets (Sanchez 12’, Walcott 42’, Oxlade 46’, Ozil 56’, 83’, 87’)

cvkuvdyweaafzp4
Premier ballon pour Mesut Ozil grâce à son hat-trick magistral. (crédit : Champions League)

Il faisait bon vivre à Londres ce mercredi soir. On attendait Wenger à faire tourner face à un adversaire supposé plus faible, mais il semblerait que l’alsacien apprenne de ses erreurs, voulant garder une certaine dynamique qui rend irrésistibles les Gunners. Ospina, Gibbs et Coquelin entrent dans le XI au détriment de Cech, Xhaka et Monreal. La magie de l’attaque des Gunners a parlé : Sanchez a été fantastique, Ozil dans le jeu satisfaisant mais devant le but incroyable, Oxlade a fait parler de lui sur le terrain après l’avoir fait hors du terrain, Walcott confirme sa grande forme cette saison. Bref, le score reflète parfaitement la domination des Gunners face à une équipe vaillante, intéressante mais impuissante. L’Emirates Stadium devient une forteresse cette saison et Wenger peut enfin compter sur une équipe stable, subissant moins de blessures et avec, surtout, un attaquant mobile : Sanchez. Ce dernier bénéficie d’une liberté créative qui libère des espaces pour Walcott et surtout Ozil, réalisant son premier triplé de sa carrière. Franchement, il n’y a rien à dire sur la prestation, deux errements défensifs peut-être mais qui n’ont rien coûté. Arsenal est dans une confiance exceptionnelle et trouve un équilibre très satisfaisant.

Résultats

cve_oivw8aqcazq

cvkhm6owyaeio4n

Article précédent

J8 - Entre la pluie et le beau temps

Article suivant

J9 - Âpre championnat

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.