Tour d'Europe

Day 1 – Europa League – Here we are !

csbtggew8aenpls
Le grand écart de Manchester United, décevant pour leur première en Europa League. (Crédit : Europa League)

Au lendemain de la Ligue des Champions, l’heure est à l’Europa League. Considérer celle-ci comme la Ligue des Champions des pauvres est peut-être exagéré. Certes, des clubs moindres y participent, mais la compétition nous propose des matchs de haute volée. Chez les anglais, West Ham avait échoué au barrage de qualification, mais Manchester United et Southampton sont bien là. Ils étaient sur les pelouses ce jeudi soir, alors allons voir ce qu’ils nous ont proposé.

Feyenoord 1-0 Manchester United (Vilhena 79’)

csensb_wcaa0tkw
Jouer simple Paul, tu connais ? (Crédit : Manchester United)

Oui oui, tu ne rêves pas, Manchester United a perdu aux Pays-Bas contre les coéquipiers de Kuyt. Mais après tout, Mourinho a raison : « Ce n’est pas une compétition que Manchester United veut. Ce n’est pas une compétition que je veux et que les joueurs veulent. » N’importe quoi. Il ajoutait « Nous voulons gagner l’Europa League » en interview d’avant match. Et bien c’est bien parti. En réalité, il y a probablement un problème de motivation véhiculé par ses propos et on a bien ressenti cela lors de ce match. C’était un non-match, les supporters le ressentent ainsi. Alors, on peut nous expliquer pourquoi les Mancuniens font les divas et ne réussissent pas à gagner ce premier match de poule ? La composition d’équipe était adéquate au turn over mais semblait armée pour gagner facilement aux Provinces-Unies. Patatra, deuxième défaite d’affilée pour Mourinho après un début de saison satisfaisant. Le match en lui même manquait d’intensité, de tranchant. Manchester United a tiré 16 fois au but pour seulement 2 tirs cadrés. Jones, le gardien de Feyenoord, avait le temps de jouer à Pokemon Go dans le stade. Le concept de Pogba en 10, Rojo qui déprime de la mort de Pablo Escobar dans Narcos, des joueurs peu impliqués (sauf Damian). Punition, puisqu’à l’approche des dix dernières minutes, Feyenoord exploite les espaces et plante le but qui scelle finalement la victoire aux hollandais. Bref, négliger une telle compétition est un peu honteux vis-à-vis des supporters, non ? Déception, mais passons.

Southampton 3-0 Sparta Prague (C. Austin 5’, 27’, Rodriguez 92’)

csbk1dnwcaadfcf
Charlie Austin, héros du soir pour la première des Saints en Europa League. (Crédit : SkySports)

La nuit, maintenant le jour. Les Saints, à l’opposé des Mancuniens, nous ont offert un très beau spectacle. Charlie Austin, dès la 5ème minute, libère les siens sur penalty et lance le match  sur les chapeaux de roues. Les anglais dominent leur sujet, en se méfiant des Tchèques redoutables chez eux et difficiles à joueur en compétition européenne. Mais c’est sans compter sur un Charlie Austin des grands soirs pour planter le deuxième but à la demi-heure de jeu. Le match s’équilibre, les Saints résistent bien et plante définitivement le clou à la toute fin de match par le remplaçant du héros du soir, Jay Rodriguez. Claude Puel est soulagé, le travail paie enfin après la malchance et les désillusions du championnat. On est bien content pour lui et pour cette équipe qui a de bonnes prétentions de jeu, une formation des jeunes toujours aussi efficace et un recrutement pour le moins cohérent. La première mi-temps était de haut niveau, la seconde était de la gestion. Boufal a apprécié en tribunes et l’Europa League démarre impeccablement pour les Saints.

Vous l’aurez compris, c’est le jour et la nuit entre les Reds Devils et Southampton. Mais il reste 5 matchs de poule : à Southampton de confirmer et d’être régulier, à Manchester United de redresser la barre au plus vite. En attendant, le championnat reprend.

Résultats en Europa League (Crédits : UEFA) :

csbhxgqwiaecght

csbhxgpwyaiznwf

Article précédent

Day 1 - Ligue des Champions - Let’s go !

Article suivant

Bournemouth : une équipe pas si en mousse.

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.