Tour d'Europe

C1 – Regard sur les tirages au sort de la plus cool des compétitions

city ldc

C’est tombé, le hasard du tirage au sort a livré son verdict, les ambassadeurs du foot anglais savent qui ils affronteront pour le compte des phases de poule, première étape pour la route jusqu’à Cardiff. Du gros match et de l’intérêt en perspective. Etat des lieux avec beaucoup de conditionnels.

Groupe A : Arsenal, une place pour deux.

A priori, pas vraiment de danger pour les Gunners, ça va se jouer avec Paris pour la première place. Le champion de Suisse sortant, le F.C Bâle, semble être promis à la 3ème place et Ludogorets sera condamné à déjouer tous les pronostics pour tenter d’exister, en bon patron du foot bulgare qu’il est. Ils avaient bien faire chier Liverpool y’a 2 ans. Si Arsenal ne déconne pas, ça devrait passer, finir 2ème, se farcir le Bayern ou le Barça en huitièmes et sortir. Tu connais l’histoire. 2006, c’est trop loin, Lehmann qui sort le péno de Riquelme en demi, c’est trop loin, le but d’Henry à Bernabeu, aussi.

Groupe C : Manchester City et le révélateur catalan.

Pour City, l’Europe, c’est le gros test pour poursuivre la progression d’un club aux ambitions démesurées. L’Europe c’est la vitrine parfaite, figurer grand, beau et fort aux yeux du Vieux Continent. Tout ça après avoir pillé le Steaua en barrage, un rendez-vous grave devenu formalité. Enfin, City avec Pep, ça devient tout de suite encore plus sérieux. Tu as déjà coché les deux rendez-vous face à Barcelone, les retrouvailles entre Guardiola et son premier laboratoire d’idées donnent une envergure un peu plus démente à l’affiche. Ce sera grand quoiqu’il arrive, une antithèse de la Ligue 1 made in 0-0. Une énorme épreuve dont on a hâte de tirer les enseignements. Monchenglabach et le Celtic de Rodgers devraient se contenter de miettes. Ce groupe risque d’être le festival du buts et de la fessée.

Groupe G: Leicester, toute première fois.

C’est l’inconnu, la nouvelle dimension. On sait pas encore comment Leicester va gérer tout ça, surtout quand on voit le début de saison. Des interrogations planent et la mise en route parait difficile. Sur le papier, ça parait jouable même si tout laisse à croire que Porto se détache du groupe, habitué de disputer l’Europe. Le champion du Danemark, le FC Copenhague, et de Belgique, le FC Bruges de Michel Preud’homme, ne lâcheront pas le bifteck. Faudra être prêt. Un groupe « inpronostiquable », sur lequel tu perdras de l’argent.

Groupe E : Tottenham, un tirage clément ?

Alors, ça pouvait être pire mais ce sera pas de la tarte non plus. Bon, le groupe est homogène et même si Tottenham et le Bayer Leverkusen dépassent un peu du panier, la prudence doit être de mise. Monaco n’impressionne pas, nous ennuie à mourir mais est capable de faire des résultats. Jouer le CSKA, chez eux, n’augure pas forcément de garanties, le décalage, les conditions climatiques, ça peut vite devenir un déplacement à la con. Tottenham va devoir être costaud pour sortir en tête du groupe pour continuer de grandir. 

Un mot sur les tirages de l’Europa League. United a hérité d’un groupe largement à sa portée. Fenerbahçe, le Feyenoord Rotterdam et le Zorya Luhansk, un club ukrainien. Manchester United aura pour objectif de rafler la coupe et laver l’affront de la non présence en C1. l’autre représentant anglais, Southampton, jouera l’Inter Milan, le Sparta Prague et l’Hapoel Béer Shava, champion en titre d’Israël. Méfiance là aussi.

En attendant le 13 avec les débuts de la C1 et le 29 avec la sortie de FIFA 17, vivement la rentrée, vivement Septembre.

— Mhedi M.

Article précédent

Vers un circuit fermé : la "Super League" ?

Article suivant

Watford, un progetto ambizioso

L’auteur

Mhedi

Mhedi

Ne jure que par le foot et sa majesté Zinedine Zidane, et a d’ailleurs considéré ses belles années de fac validées à 10 comme une vraie réussite. Voulait être ornithologue, en passe de devenir éclusier professionnel. Aime le beau jeu, la pizza 4 fromages, Laurent Baffie et la vie en général. Adore procrastiner, une qualité qui passe toujours bien dans un C.V. A grandi dans l’Yonne mais n’en porte aucune séquelle, et du coup, voue un culte à Guy Roux, Luigi Pieroni et Bonaventure Kalou. Aimerait voir Tony Pullis entrainer le Barça, histoire de rigoler.