Tour d'Europe

1/8 Ligue des Champions / Ligue Europa – Ne jamais vendre la peau du Renard avant de l’avoir tué

Incroyable Leicester. (crédit : uefa.com)

Pour sa 1ère qualification en Ligue des Champions, Leicester a réussi à créer l’exploit face à une redoutable équipe du FC Séville, avec Ranieri à l’aller. Arsenal nous a encore fait le coup de la panne pendant que City se heurtait au Rocher et qu’United s’amusait à chasser l’ours russe.

Ligue des Champions : Leicester dernier représentant anglais

Le prix de l’homme le plus médiatisé du mois de mars est attribué à … Mr Wenger. (crédit : 8 fact football)

Bayern Munich 5-1/5-1 Arsenal

Deux défaites 5-1, une déroute tactique qui a fait monter le mécontentement des fans d’Arsenal demandant la démission d’Arsène Wenger mais aussi du board. Lors du match aller, Arsenal avait tout de même réussi à tenir tête au Bayern jusqu’à la mi-temps (1-1) mais lors que Koscielny (2-1) est sorti sur blessure, les Londoniens se sont fait manger dans tous les compartiments de jeu par les Bavarois menés par un Thiago Alcantara d’un très haut niveau. Le travail défensif du duo Xhaka-Coquelin a été remarqué par sa faiblesse et son impossibilité à protéger la défense. Lors du match retour, les supporters d’Arsenal pouvaient espérer à une remontada tout en scandant des “Wenger Out” aux abords du stade. Ce match à l’Emirates a été bon de la part des Gunners, menant même au score grâce à une frappe de Walcott qui a transpercé les filets de Neuer, ils se sont montrés conquérants, une attitude que l’on avait pas vu depuis très longtemps de la part de l’équipe du Nord de Londres. Au retour du vestiaire, Arsenal concède un penalty pour un contact sur Lewandowski, l’arbitre M.Sidoropoulos sort la biscotte pour ensuite changer d’avis après avoir suivi la décision du 5ème arbitre. A la décharge d’Arsène Wenger, c’est bien l’arbitre qui change le cours du match même s’il ne doit en aucun cas s’en servir d’excuse. Après ce fait, les Gunners ont totalement changé le match, les supporters chantant “Stan Kroenke casse-toi de notre club” quand ils n’avaient pas quitté l’enceinte du stade. Sale soirée pour Arsène Wenger qui n’arrive pas à se qualifier pour les Quarts de la Ligue des Champions pour la 9ème année consécutive, face à une équipe du Bayern Munich beaucoup trop forte, au contraire du champion d’Angleterre en titre.

Séville 2-1/0-2 Leicester

Si la magie n’opère plus cette saison en championnat, c’est parce qu’elle demeure en Ligue des Champions. Au Stade Ramón Sánchez Pizjuán, les Foxes se sont fait chahuter par les qualités techniques des joueurs sévillans. Pour ce qui fut le dernier match de Claudio Ranieri en Ligue des Champions à la tête de Leicester, c’est Jamie Vardy qui a réduit l’écart sur un magnifique service de Danny Drinkwater (2-1) un but qui nous renvoie tout droit à la saison dernière. Alors qu’on ne donnait pas de la peau des renards, les Foxes ont montré qu’on pouvait toujours compter sur eux, surtout quand des équipes comme Arsenal et Tottenham ne réussissent pas à le faire. Au King Power Stadium, Craig Shakespeare qui assure l’intérim jsuqu’à la fin de la saison avait coeur à finir le travail de Claudio Ranieri lors du match aller. Lex Foxes laissent le ballon aux Sevillistas et procèdent en contre dans un 4-4-2 avec un milieu Ndidi-Drinkwater très percutant qui ne laisse pas beaucoup d’espace et frustre les Andalous. La frustration est également venue de Kasper Schmeichel auteur d’un match digne de celui de son père venu assister au match de son fils qui a même repoussé un penalty de N’Zonzi, proud dad. L’autre fait de la soirée c’est le carton rouge de Samir Nasri suite à une altercation et un “gentil” coup de tête sur Jamie Vardy qui ne s’est pas gêné pour simuler façon Materazzi. Les Foxes s’en sortent bien et méritent tout de même de se qualifier quant à leur prestation sur les deux matchs. A noter que captain Morgan est devenu le premier joueur jamaïcain de l’histoire à marquer en Ligue des Champions après avoir ouvert le score, Bob Marley peut en être fier. Désormais dernier représentant anglais en Quarts de Finale, est-ce que Leicester peut “faire une Leicester” ?

Monaco renversant, Man City renversé. (crédit : francetvsport)

Manchester City 5-3/1-3 Monaco

Un match fou jusqu’à la dernière minute ! Face à une des meilleures attaques du Top 5 Européen, les Citizens ont sorti ce qui est devenu leur match référence. Le match débutant très bien avec un Leroy Sané en feu, les Citizens n’arrivent cependant pas à concrétiser leur domination face à des monégasques qui procèdent par contre-attaques. Il faudra attendre près de la demi-heure de jeu pour voir Sané offrir le but à Sterling. C’est à partir de ce moment que le match s’emballe, Monaco accélère et la défense des Citizens n’arrive pas à suivre la cadence et se font mener au score à la pose, avec un but du jeune prodige Mbappé. Beaucoup plus consistants en seconde période (avec un Caballero qui arrête un penalty de Falcao) ils égalisent mais Monaco ne lâche rien et repasse devant au tableau d’affichage grâce à un superbe lob de Falcao. C’est lors des 20 dernières minutes que City montre toute sa force, il aura fallu de Sané et Sterling étincelants, un Kun Aguero des grands soirs et même un John Stones dans la liste des buteurs. 5-3 le score incroyable à la fin du match et City se déplaçait au Stade Louis II avec cet avantage. Match qui fut une déroute tactique pour Guardiola, dominés pendant toute la première période, les Citizens n’ont pas tiré une seule fois aux buts lors du premier acte. Dès les premières minutes tu match, Mbappé marque le premier but et montre à City que se qualifier ne sera en aucun cas facile. Pressés très haut, dominés dans les airs, bloqués sur les ailes, Manchester City est forcé à défendre et le fait très mal. A l’image du second but de Fabinho, John Stones est seul pour défendre face à Lemar et Mendy côté gauche qui combinent sans se faire presser, le meneur de jeu lance le latéral qui trouve le brésilien en retrait, la défense de City n’a rien pu faire (2-0). Au retour des vestiaires, City montre un tout autre visage et semble résolu à attaquer, le bloc du milieu de terrain monte d’un cran et on harcèle les côtés. Plusieurs sommations de la part des Citizens qui entrent dans leur match au fil des minutes et ne laissent aucun espace aux locaux. Aguero n’arrive pas à mettre les occasions au fond alors qu’un Sané toujours en feu. Le but viendra finalement de l’allemand, sur une magnifique passe en profondeur de KDB, Sterling tire, le ballon est dévié vers Sané qui n’a plus qu’à la mettre au fond. City était qualifié mais il aura fallu une erreur défensive (encore) pour laisser Tiémoué Bakayoko mettre sa tête d’argent au fond des filets. 3-1, les Citizens sortent de la compétition avec des regrets parce qu’ils ne se sont pas mis au niveau des attentes de la Ligue des Champions. Triste soirée, Guardiola n’avait jamais été éliminé aussi rapidement de la Ligue des Champions auparavant.

Ligue Europa : La qualification pour la Ligue des Champions en vue ?

“Tu disais quoi ? Qu’on s’en fiche de l’Europa League ? C’est ça ?” (crédit : BBCSport)

Rostov 1-1/0-1 Manchester United

Quand un club anglais se déplace en Russie désormais il faut prendre ses précautions et suivre les directives des autorités locales. Lorsque Tottenham s’était déplacé à Moscou pour affronter le CSKA, on avait pu sentir cette tension, à Rostov c’est différent. Les supporters russes ont accueilli les Mancuniens avec des plaids afin de lutter contre le terrible climat russe là où ne pousse que des betteraves. On aurait pu en faire pousser sur la pelouse de Rostov, c’était le champ du voisin que tu retrouves dans la demeure familiale au fin fond de l’Auvergne. Mourinho avait décidé d’aligner une défense à trois qui a totalement verrouillé les arrières et a permis au grand Zlatan de s’exprimer. Un milieu Pogba-Fellaini qui aime le défi physique et une pointe à deux avec Ibra un peu plus avancé que Mkhitaryan tournant autour du Suédois. C’est d’ailleurs sur une passe de ce dernier que l’Arménien va trouver le chemin des filets, mais United aurait pu alourdir le score si le terrain avait été meilleur. C’est même grâce à ce désavantage que les russes vont égaliser en seconde période par le biais de Bukharov en seconde mi-temps. Match tout de même solide bien que ne reflétant pas le résultat (1-1) Young et Fellaini ressortis du placard plutôt intéressants et un Smalling leader de la défense entouré de Rojo et Jones. Une semaine plus tard et une défaite en Cup face à Chelsea, United doit se qualifier pour le prochain tour et ainsi espérer une qualification en Ligue des Champions en cas de victoire finale si celle par le championnat est impossible. Un match retour qui débute calmement mais qui s’emballe au fur et à mesure que les Mancuniens entrent dans leur match et fassent parler leur supériorité technique sur une vraie pelouse. Un Mata en véritable leader technique sur chacune des actions mais des finisseurs trop maladroits à l’image du lob raté de Mkhitaryan lancé par l’espagnol. En face les Russes sont dominés et ne parviennent à entrevoir les buts de Romero qu’en seconde période très timidement grâce à un excellent Eric Bailly. Le but vient d’un centre de l’arménien, une Madjer (ratée) de Zlatan pour Juan Mata en embuscade juste derrière lui, belle action venue d’une récupération au milieu de terrain. Les autres moments forts de ce match sont la banane de Rojo, le geste technique de Fellaini (oui c’est magique) et la blessure de Pogba, on espérant le voir jouer en Equipe de France. Man Utd se qualifie pour les Quarts sans être réaliste, oui c’est comme quand tu rentres bourré chez toi et que tu n’arrives pas à rentrer la clé dans la serrure, tu vois ce moment chiant ?

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.