Tactically

Tottenham puni par Crystal Palace

Crystal Palace (13ème) recevait Tottenham (1er) dans un Selhurst Park garni de 2000 supporters pour la première fois de la saison. Les Spurs leaders surprises après 11 journées pouvaient mettre la pression sur Liverpool en prenant 3pts d’avance, mais aussi profiter du nul de Chelsea contre Everton pour reléguer les Blues à 5pts. Les Eagles, eux, cherchaient à enchainer après une victoire record à l’extérieur le week-end dernier sur la pelouse de West Brom (1-5). Analyse tactique.

Les Compositions

Roy Hodgson alignait le même onze que le weekend dernier à West Brom avec notamment le duo Eze-Zaha. Coté Tottenham, Tanguy Ndombele était de retour dans le onze après avoir manqué le derby contre Arsenal, il y a un semaine. Serge Aurier, un temps incertain, était lui aussi aligné à droite.

Le Match

Palace en place

Dans un match opposant deux équipes ayant pour principale force les attaques rapides, on pouvait se demander qui de Crystal Palace (43,7% de possession/moy. depuis le début de saison) ou Tottenham (50,7%) allait dicter le rythme de la rencontre. Ce sont finalement les hommes de Mourinho qui se sont rapidement installés chez des Eagles regroupés dans leur moitié de terrain. Mais on a très vite vu la volonté de Roy Hogdson de bloquer l’axe du terrain et d’empêcher les Spurs de jouer de manière verticale comme ils ont l’habitude de le faire avec les courses de Son coordonnées aux décrochages de Kane, ou les prises de balles et la capacité déconcertante qu’a Ndombele à toujours jouer vers l’avant.

Parfaite illustration de l’animation défensive des Eagles avec ces deux lignes de 4 compacts et basses obligeant Ndombele (ici avec le ballon) à décrocher pour participer au jeu et empêchant Son de partir dans la profondeur.

Si Son n’a pas pu exploiter la profondeur, Kane a lui eu du mal à être trouvé entre les lignes, preuve que l’animation de Palace était cohérente. Seulement 24% des attaques des Spurs furent axiales en première mi-temps, ce qui montre bien la compacité du bloc de Roy Hodgson. Autre fait notable dans le jeu sans ballon des Eagles, le positionnement des ailiers (Schlupp et Eze) bloquant les lignes de passes vers Son et Bergwijn, souvent à l’intérieur, afin encore une fois d’empêcher Tottenham de trouver des relais dans l’entrejeu.

Eze est proche de Bergwijn afin d’empêcher la passe intérieure. Schlupp fait la même chose à l’opposé en empêchant Son d’être trouvé dans une position axiale.

La Solution Reguilon-Aurier

Tottenham va donc abandonner ses circuits de passes traditionnels et se servir de ses latéraux pour s’approcher de la surface de Guaita. En densifiant son entrejeu, Roy Hodgson abandonne les couloirs, laissant de la liberté à Reguilon et Aurier.

Illustration des espaces libres dans les couloirs, le positionnement axial de Son et Bergwijn permet de laisser le latéral à l’opposé seul

En première mi-temps, parmi les trois joueurs ayant touché le plus de ballons, on retrouve Reguilon (1er/52 ballons touchés) et Aurier (3ème/40 ballons touchés), preuve que les Spurs ont usé des espaces laissés libres par Crystal Palace dans les couloirs. Et une fois les latéraux avec le ballon, les décalages dans l’axe ont été trouvés et les offensifs ont pu toucher des ballons entre les lignes grâce à des passes intérieurs ou des centres.

Voici la heatmap combinée de Reguilon et Aurier durant la première période montrant leur positionnement très haut sur le terrain offrant des solutions dans la largeur aux Spurs.

Cette disponibilité des latéraux coté Tottenham a aussi été rendue possible par la compensation dans le positionnement du double-pivot Hojbjerg-Sissoko. On a régulièrement vu un des deux redescendre au niveau de Dier et Alderweireld pour créer une base à trois. Un mouvement bien connu dans le football moderne permettant aux latéraux de se placer plus haut et aux ailiers d’occuper les half-spaces.

Hojbjerg redescend pour devenir le troisième défenseur, ce qui permet à Sissoko de se placer dans l’intervale entre Zaha et Benteke. Reguilon et Aurier peuvent eux se positionner plus haut sur le terrain tandis que les quatre offensifs exploitent l’espace entre la défense et le milieu des Eagles.

C’est quand les latéraux touchent le ballon que les Spurs vont pouvoir trouver des relais à l’intérieur et éliminer le milieu de Palace. Souvent avec un temps d’avance lors des changements de cotés, les hommes de Mourinho ont pu casser des lignes, non pas grâce à un passe axiale ou une course comme on pouvait le voir depuis plusieurs semaines, mais en contournant le bloc des Eagles.

On a vu beaucoup de proximité entre les offensifs de Tottenham permettant de redoubler les passes et de se sortir des petits espaces. Chaque fois que Reguilon et Aurier ont touché le ballon suite à un reversement, une solution axiale est apparue que ce soit par une projection de Ndombele ou par un décrochage de Kane. Ensuite, les différences se font faites grâce aux talents des Spurs, que ce soit par un dribble de Son, une percussion de Ndombele ou une passe de Kane. Sur le but de l’attaquant anglais, on retrouve toutes les phases de jeu expliquées précédemment.

Tottenham a arrêté de jouer

Ça avait déjà été le cas le weekend dernier, Tottenham a arrêté de jouer après avoir ouvert le score. En deuxième période, le rapport de force s’est inversé. Comme le montre le comparatif de la heatmap de la première mi-temps avec celle de la seconde, les Spurs ont accepté de reculer et de subir en espérant pouvoir garder leur court avantage.

On a retrouvé l’animation défensive de ce début de saison avec un 4-4-2 bas et un jeu de transition rapide. Souvent critiquée depuis le début de saison pour justement fermer le jeu quand elle a l’avantage, l’équipe de José Mourinho maîtrise parfaitement son sujet quand il s’agit de défendre ensemble. On sent que chaque joueur connait parfaitement son rôle et le terrain est parfaitement quadrillé. En effet, un des avantages du 4-4-2 est que sans ballon, ce dispositif n’a pas d’égal dans l’occupation du terrain. Les Spurs laissent très peu d’espaces et coordonnent parfaitement leurs déplacements. Le double-pivot dans l’animation de Mourinho joue le rôle de compensateur, chaque fois que le latéral adverse touche le ballon, le latéral des Spurs sort le cadrer (Aurier sur Van Aanholt et Reguilon sur Clyne). Cette sortie de la ligne de défense est compensée par un milieu de terrain (Sissoko coté droit et Hojbjerg coté gauche) afin de fermer les half-spaces et d’empêcher une passe entre le latéral et le défenseur central. L’ailier vient lui fermer la passe intérieurz.

Aurier sort sur Van Aanholt pour le cadrer, Sissoko vient lui fermer le half-space pour empêcher la passe vers Eze qui s’était projeté. Bergwijn, lui, empêche la passe axiale.

Les Eagles récompensés

Dès l’entame de match, on a senti les hommes de Roy Hodgson en jambes, surement motivés par la présence des 2000 supporters qui ont donné de la voix tout au long du match. Dangereux en contre-attaques mais aussi par des combinaisons aux abord de la surface d’Hugo Lloris, les Eagles ont pu compter sur un trio Eze-Zaha-Benteke très complémentaire. Même s’il a connu des passages à vide durant la rencontre, ce dernier a fait parler sa qualité de pivot, servant souvent d’appui à ses coéquipiers. Zaha a lui fait parler sa qualité de percussion et a su se montrer dangereux. Si l’on peut reprocher à ces deux là d’avoir aussi beaucoup raté, on ne peut pas en dire autant d’Eberechi Eze qui lui a brillé jusqu’à sa sortie (remplacé à la 89ème minute par Townsend). D’une élégance rare, il a montré dès la 2ème minute son incroyable touché de balle déposant Aurier et s’emmenant le ballon le long de la ligne de touche après l’avoir laissé passer entre ses jambes. Dans tous les bons coups, il est en l’espace de trois mois devenu le chef d’orchestre de cette équipe des Eagles. Permettant à Zaha de jouer beaucoup plus proche du but adverse, il est toujours très juste dans ses choix et efficace techniquement donnant l’impression de tout voir avant tout le monde. Souvent positionné dans l’half-space gauche il a dynamité les attaques de son équipe.

Illustration d’une phase de jeu que l’on a beaucoup vu en seconde période côté Palace avec de nombreuses courses vers l’avant pour exploiter les espaces, ce qui a facilité les transmissions vers Zaha et Benteke, décrochant pour servir de point d’appui à leur équipe. Ici Eze se retourne et trouve un relai avec Zaha.

Poussant pour revenir, les Eagles ont totalement dominé cette seconde période frappant 8 fois au but entre la 45ème et le but égalisateur à la 81ème minute de jeu. Forts sur les seconds ballons, les hommes de Roy Hodgson ont récupéré la balle de plus en plus haut au fil du match, grâce à un pressing agressif au milieu de terrain et un bloc qui défendait en avançant.

Proches du porteur et plus forts dans les duels, les Eagles ont pris le dessus en seconde période

Capables de verticaliser leur jeu grâce aux mouvements de Benteke et Zaha, les coéquipiers de l’ivoirien se sont logiquement vus récompensés grâce à un but Schlupp suite à un coup franc d’Eze mal repoussé par Lloris. Un but égalisateur mérité au vu des expected goals (1,97 xG pour Crystal Palace contre 1,44 pout Tottenham). Les Spurs tenteront en vain d’arracher la victoire dans les dernières minutes en accélérant, preuve qu’ils ont eux-mêmes accepté de subir en seconde période. Malgré ce match nul, Tottenham garde sa première place et reste sur 10 matchs sans défaite toutes compétitions confondues avant de se déplacer à Anfield, mercredi, pour affronter Liverpool. Les Eagles, eux, prennent un point mérité avant d’aller à West Ham.

Article précédent

Non, le but de Denis Law n’a pas relégué MU

Article suivant

Lourdes Celtic FC, le miracle Conor McGregor

L’auteur

RaphAvrt

RaphAvrt