Tactically

Match nul dans tous les sens du terme entre l’Angleterre et l’Écosse…

L’affiche paraissait alléchante sur le papier, mais la réalité du terrain a pris le dessus. Pourtant, c’est un derby entre deux grandes nations de l’histoire de ce sport qui se présentait ce vendredi soir à Wembley. À l’arrivée, un score vierge de 0-0 qui fait les affaires des Écossais avant les deux dernières rencontres du groupe.

Les XI de départ

Peu de surprise dans le onze des Three Lions si ce n’est les titularisations de Luke Shaw et de Reece James. Kalvin Phillips est aligné pour la deuxième fois de suite après sa belle performance face à la Croatie. En face, pas moins de quatre changements par rapport à la défaite contre la République Tchèque puisque Liam Cooper, Jack Hendry, Ryan Christie et Stuart Armstrong sont sur le banc. Respectivement remplacés par Kieran Tierney, Billy Gilmour, Lyndon Dykes et Callum McGregor.

Des Three Lions en manque d’idées

Malgré un 4-2-3-1 pressenti, c’est un 4-3-3 qui se fait voir côté Anglais, et ce, dès le début de la rencontre. Avec un Declan Rice dans un rôle de sentinelle, c’est Kalvin Phillips qui est amené à jouer plus haut qu’il ne le fait à Leeds comme lors du premier match face à la Croatie. Après dix premières minutes, les hommes de Southgate tiennent le ballon, sans pour autant mettre en danger la cage de David Marshall. Mais ce sera sur un corner parfaitement bien frappé par Mason Mount à la 11ème minute que John Stones viendra écraser sa tête contre le poteau adverse. Dans la foulée, Scott McTominay – repositionné en défense centrale – perd le ballon à l’entrée de sa surface, ce qui laisse le temps à Raheem Sterling d’ajuster son centre vers Mount, en vain.

Puis, à la 29ème minute, c’est Reece James qui à son tour trouve un bon centre en direction d’Harry Kane. Sa tête est complètement ratée, comme sa première demi-heure à vrai dire. L’Anglais est méconnaissable. Lui qui est si impactant chez les Spurs, se fait discret, trop discret à la pointe de l’attaque pour mettre en danger la défense Écossaise. Pour faire simple : Kane aura touché 17 ballons (dont 10 en 1ère MT), en aura perdu 8, et se fera sortir à la 72ème minute. Un camouflet terrible pour le meilleur buteur de la Coupe du monde 2018 en Russie.

Le réveil des Écossais ne sonne que quelques secondes après ce manqué d’Harry Kane. Kieran Tierney déborde, élimine Reece James et adresse une galette vers Stephen O’Donnell. Le défenseur de Motherwell reprend le ballon d’une superbe reprise de volée mais Pickford s’interpose. Après 45 minutes, l’équipe de Steve Clarke n’a pas grand-chose à se reprocher. Les Anglais ne sont pas menaçants, et hormis quelques combinaisons intéressantes entre le numéro 19 des Blues et Raheem Sterling, c’est un score nul et vierge qui se profile à la pause.

L’Écosse en embuscade

À la suite d’une première mi-temps plutôt décevante, on se dit que la deuxième ne peut être pire. L’Angleterre, alors premier du groupe, entame bien cette seconde période par l’intermédiaire de Mount. Celui-ci trouve un angle de frappe, mais Marshall s’élance bien et repousse le ballon en corner. De son côté, l’Écosse est solidaire et continue à respecter à la lettre son dispositif tactique. Tout le monde sait ce qu’il a à faire, et le jeune prodige Billy Gilmour épate par son intelligence de jeu pour sa première cape en tant que titulaire. Il faut dire que les attaques anglaises ne sont pas vraiment variées et n’inquiètent pas des Écossais, qui plus est quand elle joue à cinq défenseurs en phase sans ballon.

Les hommes de Steve Clarke le sentent, il y a un coup à faire ici à Wembley. À l’heure de jeu et de nouveau suite à un corner bien frappé, Reece James sauve les siens en enlevant le ballon de Dykes qui partait au fond des filets du portier des Toffees. À la 77ème minute, c’est l’attaquant de Southampton Che Adams qui se met en évidence à l’aide d’une frappe surpuissante, trop puissante puisqu’elle s’élève au-dessus ou presque du stade de Wembley.

Le match ne s’emballe pas, et aucune des deux équipes ne parvient à prendre le dessus sur son adversaire. Malgré leurs entrées conjointes, Jack Grealish et Marcus Rashford sont inoffensifs, à l’instar du trio offensif titulaire au coup d’envoi. C’est donc sur un match nul 0-0 que l’Angleterre et l’Écosse se quittent. Mathématiquement, c’est un point important que prend l’Écosse qui jouera sa qualification ce mardi 22 juin contre la Croatie. Le point de vue n’est pas le même côté Anglais, qui certes, viennent probablement de se qualifier pour les 1/8èmes de finale, mais qui n’auront absolument rien montré durant la majeure partie du temps. Souvent critiqué pour son jeu stéréotypé ces derniers mois, Gareth Southgate pourrait être vite sous le feu des critiques si la manière n’est pas là contre la République Tchèque lors du dernier match à Wembley.

Billy Gilmour en mode “MVP”

Pas forcément annoncé titulaire au coup d’envoi, le natif de Glasgow a réussi à conquérir le cœur de beaucoup de supporters Écossais ce soir. Mieux, celui de nombreux fans de football. En effet, celui qui ne mesure qu’un mètre soixante-dix a dominé le milieu Anglais de bout en bout. Fin techniquement, calme avec le ballon et doté d’une belle qualité de passe, Billy Gilmour a fait de Wembley son jardin. Entouré de soldats comme Scott McTominay ou l’infatigable John McGinn, Gilmour s’est lui aussi montré très combatif. Ce qui explique grandement ses deux tacles réussis et ses six ballons grattés pendant la partie.

Gilmour en mode MVP
Billy Gilmour (20 ans) avec le trophée de “MOTM” face à l’Angleterre. Crédits : Goal.com

Joueur qui a réussi le plus de passes pour l’Écosse avec 91% de précision, le jeune milieu de terrain des Blues a sans doute validé sa place de titulaire pour le prochain match face à la Croatie. Après avoir été couronné d’une Ligue des Champions quelques semaines avant, Gilmour ne s’arrête plus de brûler les étapes. La suite ? Une qualification en 1/8èmes de finale, chose que l’Écosse n’a encore jamais faite dans son histoire… Pour cela, il ne faudra rien d’autre que la victoire.

Article précédent

L’Ecosse à l’attaque de l’Euro.

Article suivant

Kieffer Moore, la rage de vaincre

L’auteur

Noah Thouery

Noah Thouery