Tactically

Liverpool – Leicester, duel d’organisations

Liverpool accueillait Leicester à Anfield dans la cadre de la 8ème journée de Premier League. Avec aucun point perdu en championnat, les hommes de J.Klopp affrontaient des Foxes en pleine bourre (3e du championnat au coup d’envoi). Rapide retour sur ce match avec quelques clés tactiques.

Des schémas sans grande surprise

Liverpool n’a effectué que deux changements par rapport à la réception de Salzbourg en Ligue des Champions. Milner récupérait le brassard de capitaine et la place d’Henderson au milieu de terrain tandis que Lovren remplaçait Joe Gomez aux cotés de Van Dijk en défense centrale. Leicester enregistrait de son coté le retour de Maddison, aligné coté gauche dans le 4-1-4-1 de B.Rodgers.

Le match

Une entame serrée mais rouge

Des marquages individuels bien en place au milieu.

Durant l’entame de match, la sensation que les équipes se craignent est palpable. On refuse de laisser jouer l’adversaire avec, des deux côtés, un pressing quasi tout-terrain très intense et un marquage individuel au milieu du terrain (Ndidi monte très haut sur Fabinho et inversement). Offensivement il y a une constante recherche de la verticalité avec un jeu très direct. Tout cela a pour conséquence de nombreuses erreurs techniques notamment dans les transmissions (69% de passes réussies pour Liverpool contre 55% pour Leicester après 10 minutes de jeu). Face à ces difficultés dans la construction, les deux équipes multiplient les longs ballons en profondeur, que ce soit vers Vardy du côté Leicester ou vers Salah (qui débute le match en position axiale) côté Liverpool.

Un espace entre les lignes créé par le marquage individuel de Ndidi.

Les rares offensives sont pour Liverpool et interviennent lorsqu’un joueur offensif profite du pressing de Ndidi sur Fabinho pour se placer entre le milieu de terrain et la défense de Leicester.

Globalement, les joueurs de Liverpool auront la maîtrise du début de match avec plus de 64% de possession de balle. Presque aucun ballon n’est disputé dans le premier tiers des Reds, qui ne se montrent cependant pas dangereux. Les Foxes, quant à eux, sont incapables d’approcher la surface d’Adrian (0 ballon joué dans les 30 derniers mètres lors des 10 premières minutes)

Une efficacité redoutable en 1ère Période

Les joueurs de Klopp vont progressivement s’installer dans le camp de Leicester, et mettre en place leurs principes de jeu habituels avec Robertson et TAA très hauts sur le terrain. Cela permet à Mané et Salah de se placer dans l’axe, proches de Firmino. C’est justement par l’initiative de ses latéraux que Liverpool va se montrer dangereux. Les Reds mettent en place leurs circuits de passes : les latéraux cherchent la passe vers l’intérieur (Firmino) ou des courses dans l’half-space latéral/défenseur central. Comme à leur habitude, Trent Alexander-Arnold et Robertson sont très actifs – ils seront respectivement le 1er et le 3ème joueur à avoir touché le plus de ballons durant ce match (112 pour l’anglais contre 86 pour l’Écossais).

À partir de la 25ème minute, les Foxes vont progressivement sortir de leur camp et se montrer plus entreprenants. En phase offensive, on observe un 4-3-3 asymétrique avec Tielemans proche de Ndidi dans ce qui ressemble presque à un double pivot – probablement dans le but de permettre à Maddison d’être dans une position plus axiale et ainsi libérer le couloir pour Chilwell. Cependant, ces phases de jeu n’ont été que trop rarement observées pour réellement inquiéter Adrian.

Liverpool va alors reculer, Robertson et TAA se portant beaucoup moins vers l’avant, ce dernier ayant même besoin de l’aide défensive de Mané sur certaines phases de jeu, afin de contrer les montées répétées de Chilwell. Les Reds vont alterner entre attaques placées et contre-attaques, par l’intermédiaire du trio offensif et vont finalement profiter d’un pressing haut de Leicester pour ouvrir le score, alors qu’ils semblaient moins bien depuis quelques minutes. Suite à une relance d’Adrian, les Reds vont aspirer les Foxes, grâce à un jeu court parfaitement réalisé et éliminer la totalité de l’équipe en 4 passes. Milner lance alors Mané d’une passe millimétrée qui s’en va crucifier Schmeichel en profitant d’une mauvaise lecture d’Evans (1-0, 40ème minute).

Prise de risque pour attirer l’adversaire avec un jeu en une touche et des passes courtes. Résistance au pressing avec pour conséquence l’élimination de 6 joueurs. Création d’espaces plus haut sur le terrain (seuls 4 joueurs de champ de Leicester occupent les 3 derniers quarts du terrain). Prise de risque pour progresser sur le terrain – 2 passes verticales consécutives et une prise d’initiative : une passe de 40 mètres de Milner avec son mauvais pied. Telle est la recette d’une efficacité redoutable conclue en but.

Une rencontre relancée

Au retour des vestiaires, on retrouve la même intensité qu’en début de match. Leicester maintenant mené, se découvre et offre des possibilités de contre à Liverpool comparables à celle ayant mené à l’ouverture du score. Les Reds attirent les Foxes et parviennent à se sortir de leur pressing en gagnant les duels et les seconds ballons. Cependant, ils sont maladroits et manquent des occasions de faire le break (par exemple, Salah à la 46ème qui bute sur Schmeichel).

Les champions d’Europe procèdent également par des attaques placées mais manquent de patience et finissent par rendre le ballon aux visiteurs, qui eux commettent beaucoup trop d’erreurs techniques pour pouvoir espérer embêter Adrian et ses partenaires (seulement 60% de passes réussies lors des 10 premières minutes de la seconde période, dues notamment à la bonne organisation défensive et au pressing coordonné de Liverpool). Le début de deuxième période étant aussi très haché (6 fautes en 7 minutes), les Foxes semblent frustrés de ne pas réussir à développer du jeu.

Le temps passe et les joueurs de Liverpool ne parviennent pas à se mettre à l’abri malgré plusieurs situations intéressantes (7 tirs) face à une équipe de Leicester fébrile, qui reste cependant à un but de l’égalisation et menaçante sur certaines phases.

Les Reds se dirigent donc vers une 8ème victoire en 8 journées. J.Klopp se permet même de faire sortir Wijnaldum (remplacé par Henderson) ainsi que Firmino (remplacé par Origi). Cependant, Liverpool recule et se fait surprendre suite à deux grosses erreurs de placement de Fabinho et VVD. Une construction de 16 passes et à la finition Maddison qui propulse le ballon au fond des filets face à un Adrian particulièrement fébrile. Ça fait 1-1 et tout est à refaire pour Liverpool. On note ainsi sur ce but, de multiples erreurs du côté des Reds.

Fabinho doit faire 5 mètres sur sa gauche afin d’empêcher la passe vers Ayoze Perez, qui n’a ici qu’à se retourner. La passe non interceptée d’Albrighton va éliminer toute une ligne (4 joueurs) de Liverpool.

Puis, Van Dijk doit faire deux pas sur sa gauche afin de fermer la passe vers Maddison qui fait l’appel dans son dos. De même, Lovren pouvait lui aussi effectuer un déplacement fermant l’axe. La passe vers Maddison serait alors devenue impossible pour A.Perez.

Victoire des Reds à l’arrachée

Les Reds vont alors pousser dans les 10 dernières minutes et c’est finalement au bout du suspense, sur un ballon qui semblait perdu par Origi, que Mané va obtenir un penalty confirmé par la VAR. Suite à une incompréhension avec son gardien, Albrighton se fait prendre le ballon par l’ailier sénégalais et commet la faute. Milner se charge du penalty et prend Schmeichel, parti sur sa droite, à contre-pied

Sur cette fin de match, les locaux peuvent remercier Mané, mais aussi Origi auteur d’une très belle entrée, dans la mesure où la bataille tactique avec Leicester fut intense. Liverpool poursuit son sans-faute en championnat tandis que Leicester concède sa deuxième défaite de la saison et se retrouve au pied du podium, à 10 points de leurs adversaires du jour.

Article précédent

Royaume-Uni vs Europe Épisode 2 : mi-figue, mi-raisin

Article suivant

La Premier League en auto-stop

L’auteur

Elastico

Elastico