English Football LeagueTactically

Illan Meslier et Marcelo Bielsa, ou comment utiliser son gardien pour détruire le pressing ?

Le football anglais regorge d’entraîneurs à la vision du football ambitieuse et passionnante à décrypter. Marcelo Bielsa et son Leeds United en font partie, entre autres. Mais parfois, plus qu’une longue analyse d’équipe, l’étude d’un joueur de l’effectif est souvent le meilleur reflet de la vision de son entraîneur et de tous ceux qui ont participé à sa “révélation”.

Ainsi, le match de FA Cup joué (et perdu) par Leeds contre Arsenal est, pour l’observateur passionné, très intéressant, tant pour l’exigence technique et tactique du projet de jeu des Whites, que pour la qualité d’effectif requise à sa réalisation. Le jeune portier Illan Meslier qui, à travers son jeu au pied, a su lancer des actions et bonifier la créativité de l’équipe, en est le symbole. Décryptage du jeu au pied de sa première titularisation.

Illan Meslier en quelques mots

A l’image des jeunes qui sortent des études à la recherche de stages, le C.V d’Illan Meslier peut paraître léger au premier abord. Et pourtant…

Né en 2000, il fait son parcours dans la région bretonne et intègre le centre de formation du FC Lorient dès l’âge de 9 ans. Cette signature au réputé centre des Merlus est un véritable gage de qualité dans le paysage footballistique français.

En effet, celui-ci a la chance d’être dirigé par un Régis Le Bris, présent depuis un certain nombre d’années et défendant une idée du football protagoniste. Il est dans sa tâche assisté par une équipe d’éducateurs partageant pour beaucoup sa vision, à l’image d’un Thierry Guillou, désormais au SM Caen mais passé longuement par le FCL.

Illan Meslier franchit les différents paliers avec réussit,e jusqu’aux portes du groupe professionnel. Il est d’ailleurs convoqué dans les effectifs des différentes équipes de France Espoirs (U18, U19, U20 et U21).

Concurrencé par Paul Nardi cette saison, il prend le risque de s’expatrier à l’étranger, à Leeds, pour continuer son apprentissage auprès de l’expérimenté Kiko Casilla, mais surtout de l’immense Marcelo Bielsa. C’est dans ce contexte qu’il fut titularisé pour la première fois, en ce 6 Janvier 2020.

Marcelo Bielsa a accordé à Illan Meslier sa confiance. (Crédits: Icon Sport)

Dans ce grand match face à Arsenal (au sein duquel évolue Mattéo Guendouzi, autre ancien pensionnaire du centre de formation du FC Lorient), son rôle tactique est central. Comme l’a perçu Bielsa et son staff, Mikel Arteta va chercher à presser haut la ligne défensive des Whites.

Dans ce contexte, pour pouvoir développer un football construit, Meslier sait que ses coéquipiers et son coach attendent de lui qu’il se montre disponible afin d’être une solution de passe et une plate-forme de relance face à la pression adverse. Illan Meslier a-t-il réussi sa mission ?

Jeu au pied – comment détruire le pressing adverse

Marcelo Bielsa et Mikel Arteta partagent un principe commun que l’on peut résumer de la sorte: dans le football, il y a toujours une équipe qui utilise plus le ballon et l’autre qui court après. Tous les deux ne souhaitent pas être l’équipe qui court après la sphère mais l’équipe qui confisque celle-ci.

Cela passe par une phase de récupération très travaillée. Dès lors, il s’agit de presser, à minima par séquence, et de placer ses joueurs hauts sur le terrain, non pas dans une posture attentiste mais dans une posture protagoniste. L’objectif n’est pas de défendre mais “d’attaquer la défense” !

Cela donne des matchs très relevés, très intenses dans lesquels l’une des clefs tactiques consiste à l’élimination du pressing adverse. C’est là que le rôle du gardien, et particulièrement d’Illan Meslier, prend tout son sens.

Face à Özil et Lacazette placés en premiers harceleurs, Leeds utilise sa supériorité numérique en 4 contre 2, dont Meslier, pour former un diamant et conserver le cuir en jouant sur la largeur du terrain.

Par l’intermédiaire de son défenseur central Berardi, Leeds attire le bloc adverse sur un côté. Philipps, milieu central, perçoit qu’Arsenal est en position pour les enfermer et décide de s’appuyer sur son gardien en 1 touche.

La lecture de la situation est parfaite pour Meslier. Le bloc des Gunners est sorti à droite, Nelson vient de s’incorporer à cette première ligne pour presser l’autre défenseur central de Leeds : l’homme libre se situe donc dans son dos. Il s’agit maintenant pour le jeune portier de pouvoir transformer cette idée en réalisation technique, en réussissant une passe mi-longue.

Pour capitaliser le temps d’avance obtenu grâce à sa très bonne lecture du jeu, celle-ci permettant d’initier un décalage dans le camp adverse, et face à la pression de Nelson qui revient, le jeune gardien de 19 ans a dû réaliser la passe parfaite. C’est chose faite comme l’image en témoigne.

Deuxième séquence où le jeune gardien fait usage de son talent dans un registre proche.

Situation relativement similaire ici avec Arsenal qui cherche à presser haut dans le camp adverse dès qu’une passe latérale est enclenchée. Malgré la demande du bras de Philipps d’orienter directement la sphère vers son gardien, Berardi va prendre le risque de s’appuyer sur Philipps.

Cette passe à l’intérieur très risquée est loin d’être anodine car elle permet d’aspirer pour de bon le bloc d’Arsenal à l’image de la situation précédente.

La pression est accrue mais l’objectif tactique est réussi : aspirer la 1ère ligne et s’appuyer sur le jeu au pied du gardien pour créer un décalage par-dessus celle-ci pour un latéral placé plus haut à droite ou à gauche.

Pour son premier match officiel, le gardien formé à Lorient dispose d’une grande responsabilité puisque la qualité de ses passes conditionne le reste de l’action. Il continue de briller avec une nouvelle passe réussie, cette fois-ci en 1 touche de balle.

L’homme libre à été trouvé dans un espace libéré : Leeds va pouvoir créer du danger dans le camp adverse.

Une 3ème séquence sera intéressante, car elle montrera la capacité du gardien à absorber la pression pour, une nouvelle fois créer le décalage.

Meslier vient de recevoir le ballon de son latéral droit, il contrôle celui-ci mais ne se précipite pas pour le renvoyer. Pourtant, Lacazette a déjà entamé une course de harcèlement.

Serait-ce une provocation ? Au lieu d’accélérer dans sa gestuelle, le jeune portier oriente ses épaules dans la zone qui l’intéresse mais surtout stoppe le ballon de la semelle. Lacazette en est surpris, abasourdi, et marque un temps d’arrêt dans sa course avant de reprendre. Par ce biais le gardien prend vraiment le temps de fixer.

Derrière c’est un modèle de réalisation technique sous la pression : le corps est déjà orienté dans la direction voulue. Lacazette, malgré sa présence à quelques centimètres est en réalité loin de pouvoir récupérer la sphère : le pied d’appui, la cuisse jusqu’au bras constituent des obstacles. Le ballon est placé à distance raisonnable de l’international français.

Ces détails ne sont pas anodins au plus haut niveau car ils donnent juste le temps qu’il faut à l’ancien gardien lorientais pour ajuster une passe précise alors que le bloc des Gunners est aspiré.

Une dernière configuration majeure s’est présentée à l’ex-lorientais – le jeu long pour l’homme libre directement dans le camp adverse.

Sur cette séquence, on retrouve presque exactement la même situation de jeu que celle déjà évoquée : un bloc aspiré d’un côté et un gardien utilisé comme ressource. Seulement la réponse technique apportée est différente : il choisit non pas le jeu « mi-long » mais la passe directement dans le camp adverse.

Dans ce registre aussi la réalisation technique est parfaite. Dès lors, malgré la présence d’un adversaire très proche, cela laisse la possibilité à Harrison de contrôler avec un peu de temps.

Le contrôle d’Harrison sublime cette relance. Il est effectué de l’extérieur du pied gauche, dans le sens contraire de la course de son défenseur et vers un espace libre. L’association de ces deux gestes techniques réussis permet à Leeds d’effacer la pression d’Arsenal.

Conclusion

Au-delà de sa performance très intéressante balle au pied, un chiffre souligne aussi la qualité de son match dans un aspect plus classique : 16 frappes d’Arsenal, 6 cadrés, 6 arrêts dont 4 dans la surface de réparation (le but provenant d’une situation gag où sa responsabilité est difficilement envisageable).

Une première plus que réussie pour Illan Meslier. (Crédits: Icon Sport)

Les observateurs aiment comparer Illan Meslier à Thibault Courtois surtout lorsqu’ils regardent son envergure et sa taille qui s’élève à 1m96. Même si l’on souhaite une carrière aussi belle à ce jeune portier, notons dès maintenant que le jeune international français dispose d’ores et déjà d’un jeu au pied très intéressant.

Tout l’enjeu pour lui sera la continuité. Effectivement, un dicton résume l’idée force concernant ce gardien : “faire c’est bien mais reproduire c’est mieux”. Sera-t-il capable de le réaliser et de s’imposer dans les cages des Whites face à un Kiko Casilla âgé de 34 ans ? 

Article précédent

Au héros inconnu des stades, Archibald Leitch

Article suivant

Les Hornets de Pearson relèvent la tête

L’auteur

DimitriThomas

DimitriThomas