FootoirInterviews

Interview – Sabrina Belalmi, le journalisme au féminin

cmdms4axgaada_a
Si ça ce n’est pas la classe …
Vous connaissez beaucoup de journalistes féminins passionnées par la Premier League et fan de Manchester United ? Nous oui. Sabrina Belalmi, journaliste chez BeIn Sports et SFR Sport, nous a accordé une interview exclusive pour God Save The Foot, à la veille du derby entre Liverpool et Manchester United. Il est toujours intéressant de voir ce qu’est réellement le métier de journaliste, comment vivre cette passion pour le meilleur championnat du monde. Entretien. (Interview réalisée avant la 8ème journée de Premier League.)
Bonjour Sabrina, vous êtes journaliste, travaillant pour SFR Sport et également pour beIn Sport. C’est plutôt la classe, mais comment êtes-vous parvenue à en arriver là ? Quand est née cette envie de faire ce métier ? Décrivez-nous votre carrière depuis vos études.
fdbcpovf
C’est elle, tu la connais ?

La classe je ne sais pas .. J’ai eu un parcours très atypique en fait. J’ai obtenu une licence LEA Anglais/ Espagnol puis j’ai continué en master Info Com en Angleterre, à Birmingham. À mon retour de là bas, j’ai voulu commencer ma carrière de journaliste mais je me suis retrouvée dans un autre domaine. Plus tard, je suis revenue à ce que j’ai toujours voulu faire, le journalisme. J’ai donc tout laissé tomber, et j’ai commencé à faire des stages. Le premier était à Football.fr, le second à l’Equipe 21. Puis ce dernier m’a gardé en pige et là j’ai voulu élargir mes horizons. J’ai donc intégré les rédactions d’Itélé, Sport 365, et aujourd’hui SFR Sport et BeIN.

J’ai grandi dans un milieu dans lequel je n’avais pas le choix : c’était du foot du matin au soir. D’ailleurs, pour la petite anecdote, quand j’étais très jeune, je pleurais pour regarder le Club Dorothée et ne pas me retaper pour la 95ème fois le match de D1 que mon cousin avait enregistré pour en décortiquer la tactique (il était entraineur d’un club de foot). Donc au début, le foot, en tout cas à la TV, je le vomissais. Mais j’adorais jouer en bas de chez moi. On faisait des “camp à camp” (appelé “un contre un” aussi) et je passais mes journées à jouer au foot. D’ailleurs c’est pour ça que j’y ai joué plus jeune, en club. Mais bon… c’est une autre histoire …
Qu’impose le métier de journaliste ? Quelles sont pour vous les caractéristiques essentielles qu’un(e) journaliste doit avoir ?
Quand on est journaliste, surtout de sports, on doit être passionné. Quand j’entends des gens dire “vous ne devez pas supporter telle ou une telle équipe en tant que journaliste” ça me fait rire. On est avant tout des supporters. On ne devient pas journaliste de sports “par hasard”, il y a une base. Après il faut bien sûr garder une certaine objectivité dans le traitement de l’information. Mais je rappelle que quand on est fan d’une équipe, en général, on est encore plus dure envers elle ! Donc d’abord être curieux, passionné et toujours garder cette passion. Et mine de rien ça peut être assez difficile, au fil des années de ne pas se sentir lassée. On fait un travail merveilleux et parfois on ne se rend pas compte de la chance qu’on a.
Qu’est-ce que vous préférez dans ce métier ? Inversement, qu’est-ce que vous appréciez le moins ?
Ce que j’aime le plus c’est raconter des histoires. Aller chercher ce côté humain que les footballeurs, vu comme des machines à frics, mettent un point d’honneur à cacher par peur des médias. Des histoires de combativité, d’abnégation, de justice. J’aime aussi raconter les coulisses du foot anglais notamment. L’ambiance y est extraordinaire et je pense que pour les personnes qui n’ont pas la chance de l’avoir vécu c’est une chance d’avoir des supports audiovisuels comme SFR Sport. Et pour terminer j’adore parler de la culture qui accompagne le foot.
En revanche ce que j’aime le moins… c’est quand je suis obligée de parler d’un sport que je n’apprécie pas. Quand on est journaliste de sports on est censé toucher à tout et comme tout le monde j’ai des affinités avec certains sports et moins avec d’autres. 
Racontez-nous votre quotidien en tant que journaliste.
slfvzw5p
Présente régulièrement sur SFR Sport dans l’émission 91e minute notamment.

Je travaille pour plusieurs médias donc mon quotidien est différent. Par exemple chez SFR Sport j’arrive le matin, on fait la conf de rédac pendant laquelle les chroniqueurs exposent leurs sujets. Puis de là je peaufine mon texte car en général, j’ai déjà pas mal bossé dessus les jours précédents. La journée passe à la vitesse de la lumière, je pars au maquillage et à 19h l’émission 91ème commence et là, c’est le stress qui arrive. Mais j’adore cet exercice, et j’adore parler de foot anglais.

Chez BeIn je fais des sujets donc j’ai un conducteur et quand j’arrive je monte mes images, écris mon texte et pose ma voix pour en faire un sujet sympa. 
Parlons football maintenant. Vous êtes fan de Premier League, mais quel est votre sentiment de ce début de championnat ?
Oui je suis fan de Premier League. Comme évoqué plus haut, à la maison je n’avais pas trop le choix. J’ai suivi le mouvement et chez moi c’était surtout le foot anglais. Puis je suis partie vivre en Angleterre et LÀ j’ai découvert ce qu’était la Premier League. La première fois qu’on m’a dit “viens on va regarder un match au pub”, j’ai trouvé ça très bizarre. Mais là bas c’est une institution. À la fac les nanas, même quand elles détestaient le foot, connaissaient leurs classiques. J’ai trouvé ça fou.
Pour l’instant c’est un championnat dans la lignée de ce que j’attendais. À part peut être la place de Chelsea. C’est hyper excitant de voir autant de bons coach s’affronter ! Mais il est encore beaucoup trop tôt pour dresser un bilan ou autre. Je dirais juste que j’attends avec impatience les “tournants”, le Boxing Day, la fatigue, pour voir qui tiendra la cadence. 
Quel est votre favori pour le titre ? Quels sont les 3 clubs qui pourraient descendre en Championship ? Quel club pourrait créer la surprise sur le modèle de Leicester de l’an passé ?
manchester-city-striker-sergio-ag-ero
Man City, parmis les favoris pour le titre selon Sabrina Belalmi. (crédit : en.yibada.com)

Si seulement on le savait ! Pour moi déjà tous les clubs du Big Four sont favoris. City est sur une superbe dynamique (mis à part leur dernier match) avec un coach qui les réussit. Mais ça peut être quitte ou double avec Guardiola et la relation qu’il peut entretenir avec ses joueurs. Tottenham est on fire, c’est une équipe qui continue sur sa lancée de la saison dernière. Arsenal est tout à fait capable de remporter le titre, s’il ne bégaye pas au moment opportun. United, eh bien on nous a vendu le titre alors j’attends sagement.

Pour la descente, il est beaucoup trop tôt pour juger mais j’espère vraiment que West Ham va se ressaisir. Et concernant la surprise… c’est justement ce qui était bon, le fait de ne pas s’y attendre du tout. J’espère en revivre d’autres mais soyons honnêtes on a vécu un moment exceptionnel qui ne se reproduira peut être pas de si tôt. 
Votre équipe préférée, vous ne le cachez pas, c’est Manchester United. Pourquoi cette équipe ?
Parce que ma famille était fan de Cantona et que, par conséquent, je le suis devenu aussi. Vous pouvez m’apporter n’importe quel extraterrestre qui peut faire tomber des records, peu de joueurs ont eu une âme sur le terrain et Canto fait partie de ces joueurs-là. Il avait le charisme, le talent, le caractère. Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’une fois parti, j’ai eu la chance de découvrir, au fil des années, des joueurs d’exceptions qui font partie des légendes aujourd’hui : Scholes, Giggs, Beckham, Van Nistelrooy, Andy Cole, Solskjaer, bref la liste est longue. Puis l’autre personne que j’admire énormément dans ce milieu c’est Sir Alex Ferguson, donc forcément je ne pouvais être que fan de Manchester United !
Actuellement, les Reds Devils sont en phase de reconstruction, et Mourinho est arrivé cet été pour gagner rapidement de nouveaux titres. Quel est votre point de vue sur l’équipe actuelle, le manager et la gestion du club en tant que telle ?
Football - Manchester United v Liverpool - Barclays Premier League - Old Trafford - 12/9/15 Anthony Martial celebrates after scoring the third goal for Manchester United Action Images via Reuters / Carl Recine Livepic EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or "live" services. Online in-match use limited to 45 images, no video emulation. No use in betting, games or single club/league/player publications. Please contact your account representative for further details.
Entre espoir et nostalgie, l’avis de Sabrina Belalmi, fan de Manchester United.

Ouhla vaste sujet. Je n’ai pas sauté au plafond quand Mourinho a pris les rênes de l’équipe. Emotionnellement cela voulait dire renoncer à beaucoup de choses, je n’ai pas encore fait le deuil du départ de SAF. L’équipe actuelle ne me fait pas rêver dans le sens où j’ai l’impression d’avoir affaire à un autre club que celui que je connais. 

J’ai eu la chance de rencontrer Ryan Giggs récemment et j’en ai beaucoup parlé avec lui (et il est d’accord avec moi). La gestion du club est catastrophique à tout point de vue. Les départs de piliers rendent le club “lambda” or, comme le dit si bien Pat Evra, Manchester United est bien plus qu’un club. 
Au niveau du managing, comme je l’ai dit, je ne suis pas fan de Mourinho, que j’aimais bien dans d’autres clubs. Mais on nous a vendu qu’il gagnait toujours le titre la première année. Donc pour moi gagner le titre est la moindre des choses sinon cela voudrait dire qu’on a vendu notre âme pour pas grand chose. Bon je vais m’arrêter là, vous l’aurez compris je peux être très bavarde quand il s’agit de Manchester United.
Bavarde, épanouïe dans son métier, Sabrina Belalmi est une journaliste trépidante qui perce doucement mais sûrement dans le monde du journalisme TV. On la remercie pour sa gentillesse, sa disponibilité (qui n’est pas le cas de tous …) et ses réponses accordées à God Save The Foot.
Vous pouvez la retrouver régulièrement sur SFR Sport et la suivre sur Twitter en cliquant sur le lien ici.
Article précédent

Laurent Koscielny, la reconnaissance

Article suivant

J8 - Entre la pluie et le beau temps

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.