Footoir

Le best of de Joey Barton, cet apôtre de la non-violence

Barton

 

Il fait partie de ces bourrins, de ces terroristes du carré vert, de ces joueurs qui dépassent et revisitent le “fighting spirit”. Aujourd’hui aux Glasgow Rangers, Joey Barton ne laisse personne indifférent, ni indemne en général. Retour sur le chef d’œuvre, toujours en cours, d’un des plus gros détraqués du foot contemporain. Vice, violence et cartons rouges.

Avertissement : Attention, les vidéos ici présentes ont une portée violente et peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Ce best-of n’a pas pour but de faire l’apologie de la violence ou de la valoriser. Ces scènes ont été réalisées par un professionnel, ne les reproduisez pas sur vos champs de patates de district. Une pensée émue aux victimes de Joey Barton.

Le miracle Abou Diaby

C’était lors d’un match complètement fou, au mois de Janvier, dans le froid de Saint James Park, Newcastle et Arsenal nous livrent un match de fou. Joey Barton va pour tacler Abou Diaby, touche le ballon sans oublier le joueur, un geste absolument pas maîtrisé, le genou fragile de la grande tige se plie mais ne rompt pas. Pourtant, c’était la victime idéale. Le plus drôle dans l’histoire ? Diaby prend un rouge pour avoir choppé Barton par le cou et évacué sa peur. L’assassin, lui, restera sur le terrain et participera au Come-Back de Newcastle, qui mené 4-0, reviendra à 4-4.

Kill Bill

Joey Barton est un joueur distingué. Mai 2012, 38ème journée, QPR se déplace à City. Avant qu’Aguëro n’inscrive le but du titre et n’enfile le costard de sauveur, Barton lui en a taillé un autre. D’abord, il fout un coup de coude dans la gueule de Tevez, prend un rouge, s’en suit une altercation, puis un coup de semelle sur la cuisse digne des plus grands diplomates ou une invitation à danser terriblement maladroite, on ne sait pas. Tout ça exécuté devant l’arbitre de la rencontre Mike Dean. Un vrai pétage de plomb qui lui vaudra 12 matchs de suspension, une amende et une part de son salaire gelée.

Une faux nommée Barton

Un Liverpool-Newcastle bien lointain, au poteau de corner, Xavi Alonso se fait littéralement découper, un énième accidenté de la route. Joey déteste faire un voyage pour rien, un aller sans retour. Rouge direct, le gars fait genre de ne pas comprendre. Alonso, c’était lui qui s’était fait exploser le thorax par De Jong en finale de Coupe du Monde 2010. Le seul joueur qui a vu la mort 2 fois.

 

Le Middle Kick sur Dickson Etuhu

C’était lors d’un derby de la Tyne and Wear à Sunderland en 2007. Barton vient rajouter un peu plus de tensions dans un match qui n’en manque jamais. Il s’essuie les crampons au niveau de la cuisse de Dickson Etuhu, à la frontière des couilles. Une ablation du testicule droit sans anesthésie heureusement manquée. Incompréhensible, gratuit et gravissime. Pas de carton évidemment, ni même la moindre sanction de la Fédération.

 

Boxe Anglaise

Novembre 2010. Du temps où Blackburn jouait en Premier League, Barton délivre une droite cristalline dans le bide de Pedersen et dans le dos de l’arbitre. Il gagne le premier Round, mais perd le second face à la Fédération Anglaise qui le suspendra 3 matchs.

 

La statistique

Contre toute attente, Joey Barton n’a écopé que de 9 cartons rouges et 109 cartons jaunes. Un exploit et une misère comparée à Cyril Rool, un ancien boucher de la Ligue 1 ( 27 rouges, 187 jaunes).

 

 

Article précédent

J2 - Gloire aux promus

Article suivant

Vers un circuit fermé : la "Super League" ?

L’auteur

Mhedi

Mhedi

Ne jure que par le foot et sa majesté Zinedine Zidane, et a d’ailleurs considéré ses belles années de fac validées à 10 comme une vraie réussite. Voulait être ornithologue, en passe de devenir éclusier professionnel. Aime le beau jeu, la pizza 4 fromages, Laurent Baffie et la vie en général. Adore procrastiner, une qualité qui passe toujours bien dans un C.V. A grandi dans l’Yonne mais n’en porte aucune séquelle, et du coup, voue un culte à Guy Roux, Luigi Pieroni et Bonaventure Kalou. Aimerait voir Tony Pullis entrainer le Barça, histoire de rigoler.