Focus

Solskjaer, l’éternel supersub

You make me happy when skies are grey” : le chant d’Old Trafford à sa légende Ole Gunnar Solskjaer devenu entraîneur intérimaire du club, résume parfaitement la situation actuelle à Manchester. À un mois du match contre Paris, United retrouve des couleurs en matière de jeu mais également en matière de résultats. Sous sa houlette MU a remporté ses cinq matchs en inscrivant seize buts. Pas mal non ?

Le début d’une nouvelle ère:

Le 18 décembre 2018 sera à jamais une date importante dans l’histoire de Manchester United post-Ferguson. Ce matin-là, le club annonce le licenciement de José Mourinho. La nouvelle fait l’effet d’une bombe dans le monde du football puisque même les supporters mancuniens ne s’y attendaient pas. Comme remplaçant, Manchester United nomme un ancien de la maison, Solskjaer, jusqu’à la fin de saison. Le norvégien est accompagné de Mike Phelan, ex-adjoint de Sir Alex, de Michael Carrick et Kieran McKenna, adjoints de Mourinho très appréciés par les joueurs. Le nouveau staff connaît le club, son ADN, ses valeurs et c’est ce dont United a besoin pour se reconstruire. Dès sa première interview, Solskjaer affiche un grand sourire et sa fierté de retrouver Manchester. De plus, il envoie un message positif aux supporters en promettant une nouvelle approche plus offensive, une autre mentalité.

“En une semaine, vous ne changez rien, mais vous changez d’état d’esprit. Je veux que mon équipe joue d’une certaine manière et vous leur donnez de petites indications. J’ai fait quelques ajustements, mais nous nous améliorerons avec le temps.” Ole Gunnar Solskjaer

https://www.bbc.com/sport/football/46687815

En choisissant Solskjaer, Manchester United montre l’envie de renouer avec le football offensif qui a fait son succès durant l’ère Fergie. Le club a également fait le choix d’un autre style de management, basé sur la confiance et l’écoute, pour un groupe que l’on dit traumatisé par Mourinho mais soulagé de voir le technicien portugais partir. Ces choix sont les premiers d’une nouvelle ère où le passé et les valeurs du club seront des priorités. Le prochain manager devrait être dans la continuité de ce que propose actuellement United pour le plus grand bonheur de ses supporteurs.

L’effet OGS 

Depuis son arrivée, l’équipe semble métamorphosée. Le jeu également. Manchester United joue au football, les joueurs prennent du plaisir et les suiveurs aussi.

Dans un 4-2-3-1 avec Paul Pogba placé en meneur de jeu, Man Utd semble pour une fois organisée et savoir quoi faire. Elle joue au sol et en mouvement mais surtout, elle  ne se contente plus de longs ballons. À la perte de balle, les joueurs pressent pour éviter les contres adverses, ce qui n’était qu’occasionnelle sous Mourinho.

Le “baby face killer” a su redonner confiance à des joueurs comme Victor Lindelof, Paul Pogba ou Marcus Rashford. Le premier s’est montré rassurant en défense ainsi que dans ses relances. Nous l’avons même vu porter le ballon, se projeter et casser des lignes avec Jones, ce qui ne se faisait pas sous Mourinho. Paul Pogba lui, se montre plus offensif en jouant presque en 10. On le retrouve plus facilement dans la surface pour apporter le surnombre et finir les actions. On le trouve également plus facilement entre les lignes sur le côté gauche où passent la plupart des occasions créées par United. Ce n’est pas pour rien qu’il a été élu joueur de ce mois de décembre par les supporters.

À Newcastle, MU mène par deux buts et Solskjaer remplace Rashford pour Lingard. Ce changement d’un offensif pour un autre est le symbole du renouveau de Manchester United et sa volonté de jouer. Il y a un mois, Fellaini serait entré et MU se serait recroquevillé en défense pour tenir le score.

Ole Gunnar Solskjaer avec son trio offensif en stage à Dubaï. (crédits: The Mirror)

Avec seize buts inscrits, l’attaque de Manchester United fonctionne à merveille depuis l’arrivée du norvégien. Les attaques sont organisées et ne se reposent plus seulement sur des individualités. Les offensifs sont libres, combinent ensemble, dribblent et créent des occasions en se libérant de certaines tâches défensives. Les latéraux montent beaucoup plus et participent activement à cette réussite offensive. Couverts par le double pivot Matic/Fred, les latéraux participent plus aux phases offensives que sous José Mourinho.

Ole Gunnar Solskjaer, en tant qu’ancien attaquant, donne de précieux conseils à ses offensifs. Romelu Lukaku s’est remis à marquer tandis que Martial et Lingard continue sur leurs lancées. De plus, l’ancien numéro 20 de MU a joué un rôle-clé dans la prise de confiance et la forme actuelle de Marcus Rashford, à nouveau titulaire à la pointe de l’attaque.

“Dès le premier jour de mon retour, il avait fait une analyse complète de mon jeu. J’étais vraiment surpris. Il m’a beaucoup aidé. Il me parle tout le temps et j’aime ça.” Romelu Lukaku

https://www.independent.co.uk/sport/football/premier-league/manchester-united-romelu-lukaku-ole-gunnar-solskjaer-goals-form-news-a8714046.html

Grâce à son mois de décembre parfait, MU a repris quatre points sur les quarts premiers. L’équipe se trouve désormais à six points de Chelsea. La course à la Ligue des Champions est relancée. Ce succès est également celui de Carrick et McKenna, qui, déjà sous Mourinho, avaient tenté d’instaurer un football plus offensif. Ce qui explique pourquoi ils étaient et sont toujours très appréciés du groupe. En réalité, Ole n’est rien sans son staff et sa réussite doit être vue comme celle de quatre hommes.

Quels objectifs pour la fin de saison ?

Le nouveau staff a déjà rempli son premier objectif : réconcilier le club avec ses supporters. En effet, ces derniers ont retrouvé le sourire, attendent les matchs à nouveau avec impatience et prennent du plaisir à voir l’équipe jouer. Les joueurs, libérés, semblent à nouveau apprécier le football qu’ils pratiquent. Tout le monde est heureux à United ces dernières semaines.

Désormais, les Red Devils doivent confirmer face aux gros morceaux du championnat. Cela commence dimanche à Tottenham. Ensuite viendra la double confrontation contre le PSG de Tuchel. Il faudra attendre ces matchs-là pour juger le travail de Solskjaer, bien qu’il ait déjà commencé à porter ses fruits. En raison du début de saison catastrophique, il ne serait pas correct d’exiger une qualification contre Paris et/ou un Big Four. La mission d’Ole est de redonner le sourire à tout le monde à Manchester et de préparer le terrain pour le futur manager qui arrivera en juin.

Cependant, si jamais il atteint la qualification pour la prochaine LDC, peut-être que le club en fera son manager permanent. Dans ce cas, selon Sky Sports, United devra une indemnité de £7.2m à Molde, avec qui le norvégien est sous contrat jusqu’en 2021. Pour le moment et jusqu’en juin, on appréciera la fraîcheur qui dégage de l’entraîneur norvégien.

Article précédent

Premier League - Episode 21 : Bonne année !

Article suivant

Mais il se passe quoi à Newcastle ?

L’auteur

Bento

Bento

Bento, 19 ans, français d'origine portugaise, tombé amoureux du Manchester United FC très jeune grâce à Cristiano Ronaldo et la génération 2008. J'espère vous rendre le plaisir que j'ai à écrire sur mon club.