Focus

Savage Kolašinac

Cette année *click click* ça va faire mal (crédit : www.premierleague.com)

Débarqué G R A T U I T E M E N T (ouais j’insiste bien là-dessus ) à Arsenal tout droit de Schalke 04, Sead Kolašinac laisse entrevoir de très belles choses lors de ses premières sorties en tant que Gooners, que ce soit au Community Shield face à Chelsea ou bien lors de cette première journée de Premier League contre Leicester complètement folle. Présentation d’un buffle au physique impressionnant parti pour devenir un des chouchous de l’Emirates et l’un des meilleurs à son poste en PL.

Un joueur référencé

*Se jette au sol pour échapper aux cailloux, fruits pourris et autres projectiles suspects non identifiés*
Ça va, cool les gens, oui je m’enflamme pour un joueur qui n’a joué qu’un match de Premier League et un Community Shield, oui c’est beaucoup trop tôt pour dire s’il va effectivement devenir un grand joueur en Premier League mais il y a des qualités intrinsèques chez le joueur, visible depuis longtemps, qui ne trompe et qui peuvent faire dire qu’il a tout pour 1) s’adapter au jeu de la Premier League et 2) s’y imposer comme l’un des meilleurs à son poste.

Tout d’abord, on parle d’un jeune homme auteur de 48 matches de Bundesliga sur les deux dernières saisons, une référence à son poste en Bundesliga, défenseur avec le plus de passes décisives l’an passée en Allemagne, meilleur Latéral Gauche qui plus est l’an passée. Il est de plus très polyvalent, pouvant jouer non seulement latéral gauche mais aussi central dans une défense à 2 ou 3 ou bien pouvant jouer au milieu. Bref ça vous classe un homme.

D’ailleurs, ses anciens coéquipiers ayant joué avec lui du côté de Schalke 04 ne s’en font pas trop pour “The Bosnian Beast”. Timo Hildebrand, joueur de Schalke de 2011 à 2014, le dit bien dans une interview à SkySports : “Il est très puissant et a ses qualités de combattants naturelles depuis l’époque ou il n’était qu’un jeune joueur rejoignant les rangs professionnels à Schalke”. avant de rajouter “C’est un très bon joueur et je pense qu’il va très bien jouer en Premier League. C’est la signature parfaite pour Arsenal.”

Un de ses anciens entraîneurs en Allemagne, Jens Keller le décrit comme un « arbre. Il prend un coup sur la tête, mais il a juste besoin de se secouer et peut ensuite repartir. Il aime le contact. » Montrant, si besoin il y a encore, le potentiel fit parfait qu’il y a entre la Premier League et Kolašinac.

De l’ombre à la lumière

“Présentons les choses ainsi, tu ne toucheras pas le ballon ce soir ” “Mais ! ..” “Chuuuut, ça va bien se passer” (crédit : www.arsenal.com)

47 700 000 de livres, soit 53 millions d’euros, hors bonus évidemment. C’est le prix du plus cher transfert de l’histoire d’Arsenal arrivé cet été, Alexandre Lacazette. Certes, l’ancien lyonnais a lui aussi déjà marqué les esprits lors de son premier match de Premier League avec un but au bout de deux minutes à peine et une très belle prestation, néanmoins, on peut légitimement penser que ce n’est pas la meilleure recrue du club cet été du moins pour le moment.

Sead Kolašinac, ce Char d’ass… non, footballeur professionnel (bon y’a une petite ressemblance avec un Panzer quand même sur le terrain) impressionne depuis son arrivée à Londres aussi bien en match de pré saison, que contre Chelsea lors du Community Shield, ou il égalise en fin de match, qu’hier contre Leicester. Les éloges de ses partenaires fusent d’ailleurs, Théo Walcott décrivant le bosnien comme ” un animal ” à talkSPORT. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui vont vouloir l’affronter cette saison, c’est certain.” Danny Welbeck apprécie quant à lui “l’agressivité défensive et les capacités de projection de Sead” comme il le confiait sur le site d’Arsenal.

Enfin, son coach, Arsène a.k.a “Tonton” Wenger lui même est sous le charme de sa recrue : “Il y a des joueurs qui se musclent en allant à la salle de sport. Et puis il y a les joueurs qui sont nés en étant forts. Il fait partie des seconds. (…) En Premier League, la puissance joue un grand rôle mais il n’y a pas que ça. Je l’ai aussi recruté pour son charisme. Il faut un mix des deux. Je vois qu’il a du talent mais aussi un caractère très fort.”

Une bête gracile mais perfectible

*GWAAaaaaaAAAAaaaAAAaRRrgh …* Aaah, ce chat dans la gorge … (crédit : www.sofoot.com)

Toutes ces éloges ne viennent pas seulement pour brosser la bête dans le sens du poil. Elles sont le résultat de ce qui transparaît de son jeu sur le pré. En effet, comme l’ont souligné Wenger et ses partenaires, ce qui frappe le plus chez Kolašinac, c’est cette énergie et cette force physique naturelle et impressionnante,un beau bébé de 1 mètre 82 pour 82 kilos, particulièrement impressionnant physiquement, large d’épaule, capable d’envoyer sur Mars quiconque vient au duel avec lui.

Cette force physique est complétée par une énergie qui se matérialise des deux côtés du terrain, défensivement par une agressivité de tous les instants tourné vers une récupération rapide du ballon, il ne fera pas bon être un man-to-man avec lui pour les attaquants de Premier League. Offensivement cette énergie incessante se matérialise par une capacité de percussion présente tout au long du match, même lorsqu’il joue dans une défense centrale à trois (ce qui au passage pourrait lui causer quelques torts, on le verra).

Cette envie d’aller de l’avant et d’alimenter ses attaquants pour leur permettre d’être en situation favorable le plus souvent possible est frappante, comme sur sa passe décisive pour Welbeck contre Leicester ou il se retrouve au cœur de la surface adverse. De plus, la qualité technique du latéral Bosnien est loin d’être inexistante en atteste sa magnifique roulette sur Riyad Mahrez.

Néanmoins, il est encore loin d’être parfait, cette énergie débordante entraîne du déchet dans la transmission et sa qualité de centre est à travailler. Cette propension à percuter lorsqu’il est dans une défense centrale notamment peut entraîner un déséquilibre dans l’équipe et la mettre en danger, de plus, son placement est parfois hasardeux et laisse à désirer, en atteste, son mauvais placement sur le but d’Okazaki, il y a donc matière à progresser pour le Bosnien.

Vous l’aurez compris, même si ce n’est que le début de la saison, les qualités de Kolašinac en font un joueur fait pour s’intégrer durablement en Premier League et y devenir l’un des meilleurs à son poste. Évidemment, les promesses parfois entrevues peuvent vite s’évanouir, encore plus celles du début de saison, de plus, comme on a déjà pu l’observer, il a des défauts à gommer s’il veut justement pour poursuivre sa progression et s’imposer, de plus tout joueur peut être stopper par les blessures, néanmoins, le Bosnien et son physique de Bulldozer n’en ont cure, ils semblent vouloir se lancer avec les Gooners vers une grande saison.

Article précédent

J1 - Welcome Back, Premier League Football !

Article suivant

Mido : docteur Jekyll et Mister Hyde

L’auteur

Corentin

Corentin

Gardien de but et pointe basse du CCFC (café clope football club). Fan inconditionnel d'Arsenal depuis une époque d'Invicibles lointaine. Aime se faire du mal gratuitement depuis plus de dix ans donc, mazo. Rêve du jour glorieux où il verra Théo Walcott soulever le trophée de PL. Futur avocat, du moins il l'espère fortement (ou alors agent en banque, on veut palper d'la fraîche cousin), il rêve de faire tomber Kroenke pour une sombre affaire de détournement de fond pour mettre un vrai actionnaire à la tête d'AFC. Enfin, comme un autre grand homme, s'est fait les croisés à l'auriculaire gauche. Cinq fois.