FocusPL Preview

Preview PL 2018/19 : Crystal Palace croit en son Roy

Pour la reprise de la saison 2018/19 de Premier League, God Save The Foot vous présente chaque jour une de ses équipes. C’est désormais au tour des Eagles de Crystal Palace, qui entament une sixième saison consécutive dans l’élite anglaise. 

Hodgson, l’homme principal

L’échec De Boer

Pour se projeter au mieux sur la saison à venir des pensionnaires du sud de Londres, difficile de ne pas faire une rétrospective de la saison passée. Celle-ci permettant d’identifier les hommes principaux de ce club et notamment son manager, Roy Hodgson, fer de lance d’un changement et d’une remontée spectaculaire en championnat.

Remontons même jusqu’en juin 2017. Crystal Palace semble alors lancer un projet audacieux, médiatisé, avec à sa tête le technicien néerlandais Frank De Boer. Les Eagles souhaitent alors changer de cap après une saison précédente difficile (Palace avait fini 14ème après être passé proche de la relégation), semblent aussi vouloir rompre avec un jeu typiquement anglais, incarné jusque là par des entraîneurs devenus un peu en marge comme Tony Pulis, Alan Pardew ou encore Sam Allardyce. L’objectif, à l’image d’autres clubs de Premier League, est donc de se tourner vers d’autres horizons, plus modernes et attirants en nommant un coach étranger, de l’école de l’Ajax, diamétralement opposé au style classique de Crystal Palace.

Difficile donc pour un effectif formaté à ce style bien anglo-saxon de s’adapter à ce que souhaite mettre en place De Boer. Surtout que le mercato n’a pas été suffisamment réalisé en amont, pour inculquer une nouvelle philosophie à cette équipe. Les méthodes de Frank De Boer, après son échec à l’Inter, ne fonctionnent pas non plus à Palace et les résultats sont rapidement catastrophiques. Les matchs amicaux ne sont pas bons. Le début de championnat est logiquement un désastre avec quatre défaites en quatre matchs et aucun but marqué ce qui vaudra au coach néerlandais de se faire traiter par José Mourinho de “pire entraîneur de l’histoire de la Premier League”.

Le Roy à l’arrêt secousse

La sentence tombe et sans surprise Frank De Boer est licencié après seulement quatre journées. Ce dernier est remplacé par Roy Hodgson, ancien sélectionneur des Three Lions. Sacré retour en arrière pour les Eagles. Eux qui voulaient suivre le vent de modernité soufflant sur la Premier League, les voilà désormais avec ce bon vieux Roy, briscard du football britannique. Les débuts ne sont pas fracassants, c’est le moins qu’on puisse dire. 

Roy Hodgson
Crystal Palace ? Mission réussie pour tonton Roy. (Crédits : Getty Images)

En effet, les résultats ne s’améliorent pas. Sept défaites consécutives et toujours zéro but marqué, le pire début de championnat pour une équipe dans l’histoire de la Premier League. Néanmoins, l’équipe manque cruellement de réussite lors des premiers matchs d’Hodgson à la tête du club, et les meilleurs joueurs de l’effectif sont blessés. Cette véritable hécatombe concerne notamment Zaha, Benteke, et Sakho .

Difficile de sortir de ce qui semble être le destin d’un relégué. Mais le tournant va enfin avoir lieu lors de la huitième journée avec la réception du champion en titre Chelsea. Une victoire deux à un. Les deux premiers buts marqués et les premiers points engrangés par Hodgson et sa troupe cette saison, quatre matchs après l’arrivée du manager anglais. 

S’en suit une remontée spectaculaire, presque irréelle. Les blessés reviennent. Crystal Palace change son destin et engrange les points et les victoires. L’équipe est même presque à deux doigts d’infliger sa première défaite au futur champion Manchester City, fin décembre dernier. La mission de Roy Hodgson est réussie. Le club finira finalement à une belle onzième place en restant notamment invaincu sur les six derniers matchs (dont 5 victoires). L’ancien sélectionneur anglais continue donc son aventure sur le banc des Eagles avec lesquels il est lié contractuellement jusqu’en fin de saison prochaine.

Une colonne vertébrale intéressante

L’homme fort, c’est donc Roy Hodgson. Mais il ne faut cependant pas omettre une certaine qualité d’effectif, autre point fort du Crystal Palace actuel. L’équipe est en effet composée d’une colonne vertébrale assez solide. On peut ainsi citer Mamadou Sakho, arrivé l’été dernier en provenance de Liverpool pour la coquette somme de 28 millions d’euros et s’imposant comme le réel patron de cette équipe grâce à sa mentalité de guerrier. Ou encore Luka Milivojevic, révélation serbe du milieu de terrain, auteur de 10 buts en Premier League la saison dernière. Mais bien entendu, la star de cette équipe évolue sur le côté droit de l’attaque et n’est autre que Wilfried Zaha.

Wilfried Zaha
Wilfried Zaha, principal atout de Crystal Palace (Crédits : Imatin.net)

L’ivoirien de 25 ans, impliqué dans 14 buts de son équipe la saison dernière en championnat est le véritable atout offensif de la formation du sud de Londres. À condition qu’il reste, celui-ci sera vraisemblablement le joueur à suivre lors de la prochaine saison et est désigné par Hodgson comme étant la clef des futures saisons du club, si elles se veulent être une réussite.

Il faut aussi souligner l’apport d’éléments importants comme Patrick Van Aanholt ou encore James Tomkins, venu parfaitement remplacer Scott Dan, gravement blessé en seconde partie de saison dernière. Mais aussi de Loftus-Cheek et Fosu-Mensah prêtés la saison passée, qui repartiront dans leurs clubs respectifs. La grosse déception, s’il fallait en nommer une, reste très clairement Christian Benteke. Le buteur belge de 27 ans, transfert record du club (31 millions d’euros), n’a marqué que trois fois en 31 matchs de Premier League la saison dernière. Outch.

Un mercato insuffisant

Bien que des joueurs de qualité soient présents dans cet effectif, subsistent tout de même certains manques qui empêchent pour le moment la formation londonienne de viser plus haut. Les départs de Cabaye (fin de contrat), Loftus-Cheek et Fosuh Mensah (retours de prêts), trois joueurs qui ont réalisé une belle saison et qu’il sera important de remplacer, n’arrangent rien. Le cas Benteke suscite quant à lui des interrogations et les ambitions des Eagles se mesureront également à la capacité de garder Zaha ou de le remplacer intelligemment avec l’énorme somme que pourrait générer une éventuelle vente.

En ce sens, à deux semaines de la clôture du marché anglais, les Eagles se montrent très discrets, et ce n’est pas une bonne chose pour les ambitions de l’équipe. La seule arrivée à ce jour étant en effet celle du gardien espagnol Vincente Guaita (libre) en provenance de Getafe. Autrement dit, les Eagles n’ont toujours pas dépensé le moindre centime cet été alors qu’il manque au moins un latéral droit, un milieu défensif/relayeur, un piston pour animer le côté gauche et donc possiblement un numéro 9.

Objectif milieu de tableau ?

Vous l’aurez compris, à deux semaines de la fin du mercato, il est difficile de définir les objectifs du club pour la saison à venir. Tout dépendra donc du futur de Wilfried Zaha mais aussi d’arrivées nécessaires, lors de la fin du marché estival pour viser plus haut que les saisons précédentes. Surtout que le niveau de la Premier League s’élève encore un peu plus chaque saison. À l’image des deux promus, Fulham et Wolverhampton, qui ne se mêleront pas à l’âpre bataille du maintien et qui seront certainement devant les Eagles, après des mercatos plus qu’ambitieux. Roy Hodgson est d’ailleurs bien conscient des limites de son propre effectif et de la nécessité de le renforcer pour passer un cap et ainsi arrêter d’être un candidat à la relégation chaque saison :

“Je pense que nous avons besoin d’aide pour l’équipe. Nous devons nous renforcer parce que nous allons perdre des joueurs, des joueurs assez importants. Vous ne pouvez pas flirter avec la relégation chaque année. Nous devons devenir une équipe beaucoup plus stable, que les gens ne s’attendent pas à nous voir finir entre la dix-huitième et seizième place chaque année. ” – Roy Hodgson

Si l’on devait se risquer à un pronostic, on enverrait de nouveau les Eagles à la 14e place. Pour l’heure, Crystal Palace est un club de milieu de tableau destiné à se battre pour rester dans l’élite chaque saison. Un club certes sympathique grâce à son antre Selhurst Park et à son atmosphère unique en Premier League, mais un club qui, après bientôt six saisons consécutives passées en Premier League, est désormais voué à grandir, avec un projet de nouveau stade dans les tuyaux lui permettant d’agrandir ses infrastructures et donc d’augmenter ses revenus. Le mercato se devra donc d’être à la hauteur des ambitions futures du club. Crystal Palace doit sortir de son inconfort.

Article précédent

Preview PL 2018/19 : Cardiff City, le maintien avant tout

Article suivant

Preview PL 2018/19 : Everton, à la croisée des chemins

L’auteur

Célestin

Célestin

Célestin pour les uns, Hazpi pour les siens. Par filiation paternelle, fan d'un club bleu de l'ouest londonien instable (donc drôle et attachant) en conflit avec le gouvernement anglais. Habitué du Bridge depuis l'adolescence et bercé par les Lampard, Terry et Drogba, je cherche désormais à ne pas faire d'AVC à chaque contrôle de Bakayoko.