Focus

Le “power shift” à Londres

Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, Tottenham deviendrait le club londonien le plus haut classé à la fin de la saison en Premier League. Simple crise conjoncturelle de ses deux rivaux honnis ou une marche en avant qui a rompu l’équilibre des puissances qu’on pouvait trouver au sein des clubs de la capitale. Ce qui est sûr c’est que le club du Nord de Londres veut s’offrir une place au soleil, à l’image du projet pharaonique du nouveau White Hart Lane.

Longtemps dans l’ombre de deux géants

Pour la deuxième saison d’affilée, les supporters d’Arsenal ne célébreront pas la St Totteringham’s Day, c’était le jour où Arsenal ne peut plus être rattrapé par Tottenham au classement. Un voisin gênant pour les Spurs qui étaient résignés à demeurer dans l’ombre de l’autre club du Nord de Londres lorsqu’ils n’étaient pas martyrisés sur le terrain à l’image du titre de champion d’Arsenal remporté à White Hart Lane en 2004 au terme de la saison des Invincibles. Autre symbole de ce complexe d’infériorité qu’on retrouvait jusque-là, Tottenham a remporté sa première victoire à Stamford Brigde en 28 ans lors de la 32ème journée. Chelsea s’amusait souvent à détruire les rêves des Spurs comme en 2011-2012 où les Blues avaient terminé 6ème au classement mais avaient réussi à subtiliser le ticket qualificatif pour la Ligue des Champions du 4ème (qui était alors Tottenham) après l’avoir remportée. Plus récemment, il y a eu cette saison 2015-2016 lors de ce Battle of the Bridge où les Blues avaient réussi à mettre en échec les hommes de Mauricio Pochettino (2-2) et laisser Leicester remporter le titre.

Classement des 3 gros du football londonien en confrontations directes.
Classement des 3 gros du football londonien en confrontations directes.
Et le classement des confrontations directes entre les clubs londoniens après la 32ème journée.
Et le classement des confrontations directes entre les clubs londoniens après la 32ème journée.

Pour la première fois, Tottenham terminerait devant ses 2 rivaux en fin de la saison, un scénario qu’on avait pas vu depuis la saison 1994-95 où le club de White Hart Lane avait terminé 7ème alors qu’Arsenal et Chelsea pointaient respectivement à la 10ème et 11ème place. Ce qui est remarquable pour cette saison c’est que les Spurs seraient qualifiés pour la prochaine édition de la Ligue des Champions, contrairement aux deux rivaux et d’une belle manière.

Bottlers ?

Lors de la campagne 2015-2016, saison où Tottenham a manqué le titre au profit de Leicester, les médias britanniques ont insisté sur le fait que les Spurs se sont sabordés notamment lors du Battle of the Bridge pour terminer la saison derrière Arsenal selon l’expression consacrée “Spurs bottled the title“. On a retrouvé cela lors de la saison dernière où c’était au tour de Chelsea d’être sacré champion, pourtant, Tottenham n’ayant jamais occupé cette première place au cours de ces deux saisons, peut-on dire que les joueurs ont manqué le coche ? Tout ce qu’on sait c’est que Tottenham conserve cet aspect spursy, adjectif donné par ses rivaux afin de décrire cette idée “d’embouteillement du titre” à l’image de ce huitième de finale où le club du Nord de Londres se fait sortir par la Juve alors que les joueurs semblaient contrôler cette rencontre.

Dernier titre de Tottenham : la League Cup remportée en 2008 face à Chelsea. (Source : Graham Chadwick)
Dernier titre de Tottenham : la League Cup remportée en 2008 face à Chelsea. (Source : Graham Chadwick)

Néanmoins Mauricio Pochettino et ses hommes retiennent les leçons, à l’image de ce match à Stamford Bridge lors de la 32ème journée où ils se sont retrouvés menés au score. Il y a une époque où ces Spurs en auraient pris davantage après avoir encaissé un but, ce qui a changé c’est cette maturité et cette adaptation à l’adversaire afin de revenir dans le match sans paniquer. Lors de la saison 2013-2014, il y a eu un bras de fer pendant plus d’une mi-temps lors d’une rencontre entre Chelsea et Tottenham jusqu’à l’ouverture du score de Samuel Eto’o (suivi de sa fameuse célébration du vieillard@), après ce but, les Spurs avaient lâché le fil de la rencontre pour concéder une défaite 4-0. Aujourd’hui cette capacité de réaction est un signe d’une équipe qui est sûre de soi et qui a conscience d’avoir l’ascendant sur son adversaire par ses qualités.

De la nécessité de garnir le cabinet des trophées

L’écart de niveau étant réduit voir dépassé entre Tottenham et ses 2 rivaux, c’est le problème de trophées qui entre en jeu et qui pourrait ouvrir sur une domination du club du Nord de Londres.

Le trophée de la 3ème place en Audi Cup ça compte ? (Source : Getty)
Le trophée de la 3ème place en Audi Cup ça compte ? (Source : Getty)

Depuis l’arrivée de Pochettino à Tottenham à l’été 2014, Arsenal a remporté 2 FA Cups (2015 et 2017) et Chelsea a 2 championnats (2015 et 2017) ainsi qu’une League Cup remportée face aux Spurs en 2015, là où ces derniers n’ont rien réussi à gagner. Lors de ces 3 dernières saisons, Tottenham n’était jamais très loin d’une victoire finale dans les différentes compétitions, on sent que ces Lilywhites sont, de saison en saison, plus proches d’un titre. Ce serait le meilleur moyen de concrétiser et de récompenser le niveau de jeu qu’on peut constater de la part de cette équipe, de l’inscrire dans le marbre pour la postérité. Un titre serait aussi bien un point d’arrivé que le début d’une nouvelle ère, puisque les titres viennent avec les titres selon la formule consacrée. Pour cela il reste à Tottenham une demi-finale de FA Cup à jouer contre Man Utd et une finale contre le vainqueur du match entre Southampton et Chelsea, le hasard verrait-il une victoire face à un rival qui lui a fait tant d’ombre ? Nous verrons ce que cette fin de saison nous propose.

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.