FocusPL Preview

Preview PL 2019/20 : Crystal Palace veut continuer sur sa lancée

Pour la reprise de la saison 2019/20 de Premier League, God Save The Foot vous présente chaque jour une de ses équipes. Après deux années passées sous la houlette de Roy Hodgson dont une record, Crystal Palace entend bien se maintenir dans l’élite du football anglais malgré un effectif vieillissant et peu renforcé. Analyse.

Une saison 2018/19 record, mais mitigée

Pour se projeter au mieux sur la saison à venir des pensionnaires du sud de Londres, difficile de ne pas faire une rétrospective de la saison passée. Comme il s’agissait de sa première saison complète à la tête des Eagles, Roy Hodgson aurait voulu améliorer leur série de victoires positives à la fin de la saison 2017-2018, cependant cela ne s’est pas passé comme prévu.

Une défense vieillissante, des attaquants malchanceux et l’absence d’un gardien de but de qualité les ont amenés à répéter les mêmes erreurs du début de saison 2017-2018. Malgré leurs victoires en début d’exercice contre les promus Fulham et Huddersfield, ils ont ensuite subi huit défaites lors de leurs 13 premiers matchs.  Pour remédier à cela, Hodgson décide en Décembre de réorganiser l’équipe en remplaçant des joueurs mal inspirés comme Wayne Hennessey et Alexander Sorloth, afin de créer un onze de départ plus constant et fiable. Cela a permis d’améliorer considérablement la forme des Eagles, permettant à des joueurs comme Wilfired Zaha et Andros Townsend de jouer librement et de s’épanouir. La saison commence réellement fin décembre 2018 avec une victoire remarquable sur le futur champion Manchester City, alors invaincu.

La deuxième partie de saison a ainsi été beaucoup plus concluante, grâce notamment à une reconfiguration tactique et des renforts au mercato hivernal comme Michy Batshuayi, venu en prêt en provenance de Chelsea. En effet, Palace a remporté neuf victoires à partir de janvier, ce qui lui a permis de se maintenir confortablement dans l’élite. Le club va, par la même occasion, battre son record de points sur une saison de Premier League (49 points) et finir à une solide douzième place.  Malgré ce record de points, la saison de Palace est loin d’avoir été parfaite. Sans parler des deux matchs perdus contre les Seagulls dont on connaît l’importance, la forme de l’équipe à domicile a été préoccupante avec seulement cinq petites victoires sur dix-sept matchs, et neuf défaites. Avec le deuxième pire bilan à domicile de la ligue, ce sont les performances à l’extérieur qui ont permis à Palace de briller, leur donnant l’élan dont ils avaient besoin pour terminer la saison en beauté.

Une fin de mercato animée

Si l’été a été long, son dénouement est intéressant. La formation londonienne a d’abord perdu Michy Batshuayi (retour de prêt), un joueur très important dans la rotation de l’équipe, mais surtout,Aaron Wan-Bissaka qui était un homme clé de Roy Hodgson, et qui a été vendu à Manchester United pour 50 millions de livres. Il sera difficile à remplacer, et même si Joel Ward est un joueur solide défensivement, il reste très limité offensivement. Néanmoins le club n’a pas vendu Wilfried Zaha qui était convoité de toute part : malgré une offre de 65 millions de livres d’Everton en fin de mercato et l’interêt d’Arsenal, l’ivoirien sera un joueur des Eagles la saison prochaine.

À la fermeture du mercato anglais, on constate certaines arrivées notables pour Palace. Jordan Ayew a été recruté définitivement par le club après son prêt concluant de la saison passée. Les derniers jours ont été les plus mouvementés pour les Eagles qui ont recruté, libre de tout contrat, Gary Cahill en provenance de Chelsea et deux milieux centraux – James McCarthy d’Everton pour 3,3 millions d’euros et Victor Camarasa en prêt du Betis Seville. 

Gary Cahill
Gary Cahill est arrivé cet été du côté de Selhurst Park (Crédit: Twitter)

Si le mercato avait mal débuté avec la perte importante de Aaron Wan-Bissaka, Crystal Palace a réussi à garder ses joueurs stars tout en recrutant intelligemment, sans pour autant « faire des folies ». Malgré tout, il est difficile d’affirmer que le club ait réussi son mercato. Il suffit de regarder ses concurrents directs pour comprendre qu’il sera nécessaire de mettre plus d’argent lors des prochains mercatos. Palace a réuni environ 50 millions de livres sterling grâce à la vente d’Aaron Wan-Bissaka, mais n’a tout simplement pas réinvesti l’argent. En effet, la plus grosse signature du club cet été est Andrés Ayew, qui malgré 20 apparitions en première division, n’a marqué qu’une seule fois. Un prix minime de 2,5 millions de livres a été payé pour le joueur de 27 ans, mais ce n’est pas le niveau de signature que l’on aurait espéré.

Hommes forts et faiblesses

L’homme fort de Crystal Palace reste Roy Hogson, l’ancien sélectionneur des Three Lions. Arrivé dans le sud de Londres il y a presque deux ans après l’échec du technicien néerlandais Frank De Boer, il a su s’imposer à la tête de cette équipe. Parmi ceux de l’effectif, il y a le gardien Vicente Guaita qui a montré de grandes qualités, quand il a été titularisé lors de la seconde partie de saison.

Malgré le départ de Aaron Wan Bissaka, surnommé « Spider » par ses coéquipiers, les Eagles ont des joueurs expérimentés dans leur arrière garde. Mamadou Sakho, James Tomkins, Patrick van Aanholt et Cheikhou Kouyate sont tous en mesure d’apporter de la discipline, une domination aérienne et la qualité nécessaire pour la saison à venir. De plus l’arrivée de Gary Cahill devrait renforcer leurs capacités défensives pour la prochaine saison.  Le milieu de terrain est lui aussi renforcé avec l’arrivée de deux joueurs expérimentés. Luka Milivojevic quant à lui, a signé un nouveau contrat jusqu’à 2023 et reste un très bon élément avec 12 buts inscrits l’année passée (la majorité sur pénaltys). À noter que Crystal Palace et Roy Hodgson auront intérêt à relancer le très talentueux Max Meyer, en totale perdition chez les Eagles depuis son arrivée. L’ancien allemand de Schalke 04, dont les meilleures performances se trouvaient au poste de meneur reculé (comme aux Jeux Olympiques), peut potentiellement devenir une des surprises de cette saison, si bien utilisé.

Wilfried Zaha, l'homme fort de Crystal Palace (Crédit: BBC)
Wilfried Zaha, l’homme fort de Crystal Palace. (Crédit: BBC)

C’est l’autre côté du terrain qui devrait inquiéter les fans de Palace. Sur les 51 buts inscrits la saison dernière, seulement 21 l’ont été dans le jeu, et 19 à domicile. On constate un manque flagrant d’efficacité ainsi qu’une dépendance inquiétante à l’égard de Wilfried Zaha. Les Eagles ont attendu un peu plus de deux ans (812 jours) pour réussir à s’imposer sans l’Ivoirien sur le terrain, c’était lors de la victoire 1-0 des Eagles à domicile contre Leicester City, en décembre dernier.

Comme on le sait, celui-ci a failli partir cet été et ne sera peut-être pas autant impliqué que la saison dernière. Un départ en janvier n’est pas à exclure. On peut dès lors considérer que Andros Townsend sera l’homme clé des Eagles cette saison. L’ailier anglais a gagné en régularité au cours des deux dernières saisons sous Hodgson. Il a toujours eu le talent, mais trop souvent, Townsend a disparu dans le jeu. S’il continue à s’affirmer et à s’imposer dans les jeux, l’ailier anglais peut devenir la star de cette équipe. Avec six buts et quatre passes décisives la saison dernière, ce n’est pas une mauvaise option pour une équipe qui n’a pas de buteur fiable. Une grande saison attend Townsend. De plus, une des satisfactions du côté de Selhurst Park pourrait être le jeune David Boateng, âgé seulement de 18 ans, qui a été impressionnant dans les matchs de pré-saison. On sait que l’effectif de Palace est vieillissant, il sera donc intéressant pour Roy Hogson de lancer les jeunes joueurs prometteurs du centre.

Les Eagles se familiarisent avec le milieu de tableau

Après une belle progression lors des deux dernières saisons sous la houlette de Roy Hodgson, cette campagne pourrait être plus délicate pour l’entraîneur de 72 ans. Le manque de recrues notables (en comparaison avec leurs rivaux) risque de peser lourd dans la balance. 

Le collectif sera la force des Eagles cette saison (Crédit: Twitter)
Le collectif sera la force des Eagles cette saison. (Crédit: Twitter)

Coupable d’une pré-saison ratée, le club n’envisage pas cette saison de la meilleure des façons. Avec deux douloureuses défaites contre Barnet (6-2) et le Herta Berlin (4-0), il faudra se re-mobiliser pour ne pas côtoyer le bas du tableau cette année.  La progression des Eagles doit se faire à domicile mais aussi sur les premiers mois du championnat. En effet, les campagnes de Premier League de Palace commencent généralement mal et se terminent en force. Leurs bilans dans les 10 premiers matchs de première division des trois dernières saisons parlent d’eux-mêmes : jamais plus de 3 victoires. Si les joueurs arrivent à être plus performants à domicile et plus réguliers sur leur début de saison, il est possible de voir Palace au-delà de leur 12èmeplace de l’année dernière. 

Tout dépendra aussi de Wilfried Zaha. Aura-t-il digéré son « non-départ » ? Sera-t-il encore un joueur des Eagles en janvier ? Ces questions ne sont pas de bons augures pour le club, si dépendant de l’Ivoirien et Roy Hodgson l’a très bien compris. C’est pour cela qu’il a demandé récemment aux supporters des Eagles un peu d’indulgence pour son joueur :

« Vous ne pouvez pas contrôler les réactions des fans. Les fans réagiront comme ils l’entendent […] Mais ce serait bien si nos fans pouvaient tirer un trait dessus et lui donner le soutien dont il a besoin pour produire les performances dont j’ai vraiment besoin en tant que manager et nous en tant qu’équipe. »

On peut dès lors considérer que Hodgson demeure leur meilleur espoir de survie. Il continuera à motiver son équipe dans les moments difficiles par tous les moyens nécessaires, un rôle de pompier s’il y en a un.

Crystal Palace est sur le tapis roulant de la Premier League. Au cours des deux dernières saisons, ils ont fait des progrès inattendus, mais, en restant immobiles, ils sont entraînés inexorablement en arrière dans la lutte contre la relégation. Cela n’arrivera peut-être pas cette année, mais sans beaucoup de travail, le maintien pourrait être de plus en plus difficile. L’équipe est vieille et stagne, à tel point que d’ici peu, il sera trop tard pour arrêter la tendance. En somme, si l’on devait se risquer à un pronostic, on enverrait les Eagles aux alentours la 14e place, grâce à l’expérience de leur effectif.

Article précédent

Preview PL 2019/20 : Brighton & Hove Albion - L'envolée des Seagulls

Article suivant

Preview PL 2019/20: Manchester United, les doutes s'installent

L’auteur

Max

Max

En dépression depuis le départ de Hazard. Mise tout sur Callum Hudson-Odoi, Tammy Abraham, Fikayo Tomori et Mason Mount pour les 10 prochaines années.