Focus

Manchester United, tout va bien ?

À l’heure où j’écris, Manchester United est 2e du championnat derrière l’intraitable Man City, toujours en course en Ligue des Champions et en FA Cup. Tout semble aller pour le mieux pour l’équipe de José Mourinho. Cependant, le club est régulièrement sujet de critiques, notamment à propos de son jeu. Alors, tout va bien à MU ? Faut-il s’inquiéter ?

Un problème de jeu?

Après une première saison sous l’ère Mourinho à trois trophées, Manchester United entame la saison 2017-2018 sur les chapeaux de roue et parvient à suivre le rythme effréné de Man City. Sous l’impulsion de ses cadres Valencia, Pogba, et De Gea, grâce au retour d’Anthony Martial, ou encore au recrutement de Lukaku et Matic, Manchester United se dressait comme un favori au titre de champion d’Angleterre. Cependant, l’équipe semble s’essouffler et est désormais à treize longueurs du rival citizens.

Quand on se penche sur le Manchester United de José Mourinho, on se rend compte de plusieurs choses. Tout d’abord, la fébrilité défensive est un réel problème: Smalling, Jones, Bailly, Lindelöf sont trop irréguliers ou trop blessés, et Manchester se repose beaucoup trop souvent sur son gardien David de Gea. D’ailleurs, Mourinho n’a toujours pas trouvé sa défense centrale type, ce qui en dit long sur ses problèmes défensifs. Le seul point positif est la forme de Valencia et Young sur les côtés. Cette défense est également trop fragile dès qu’on lui met un semblant de pression, ce qui est paradoxal quand la philosophie de jeu est défensive.

José Mourinho et son staff après l'élimination des siens en Carabao Cup face à Bristol City.
José Mourinho et son staff après l’élimination des siens en Carabao Cup face à Bristol City.

Offensivement, le manque de mouvement est flagrant, les attaques manquent de décalages, de rapidité: les joueurs ont trop tendance à attendre un éclair de génie de Pogba, de Martial sur son aile gauche ou plus récemment de Jesse Lingard depuis qu’il a été replacé dans l’axe. L’individualité prime parfois trop sur le collectif. Les joueurs ne permutent pas, ne se créent que très peu d’occasions, les contre-attaques ne sont pas bien menés… Le jeu est trop approximatif, ennuyeux, et les joueurs ne semblent pas toujours organisés sur le terrain. D’autres questions se posent également, comme celle de l’utilisation de Paul Pogba. Doit-il jouer dans un double-pivot avec un Matic à bout souffle que l’on ne ménage pas ? Dans un milieu à trois ? Ou plus haut sur le terrain en numéro 10 ? Trop souvent, le 4-2-3-1 ne met pas dans de bonnes dispositions les joueurs de José Mourinho et cela leur coûte de précieux points contre les clubs du Big 4 notamment.

À titre d’exemple, un 4-3-3 libérerait Pogba des tâches défensives, ce qui permettrait à MU d’exploiter beaucoup plus son potentiel. Ou pourquoi pas, jouer en 3-5-2 comme ils l’avaient si bien fait à l’Emirates ? Mourinho n’a même pas retenté ce dispositif dans lequel ils ont effectué le match le plus abouti de leur saison. Je pense également qu’il manque à ce MU un défenseur central intelligent, sachant relancer à la Daley Blind, dont Mourinho se prive. De plus, ce qui peut parfois agacer également, c’est la façon dont Mourinho gère un avantage d’un but d’écart en fin de match. Dans ce cas de figure, MU ne tente plus rien, ne prend plus aucun risque, ne va pas vers l’avant et attend son adversaire, et là encore, cela leur a coûté des points, face à Leicester par exemple. À trop défendre, on se fait avoir. Mourinho est critiqué pour ne pas en faire assez: il pourrait faire mieux avec ce qu’il a. Certains iront même jusqu’à dire qu’il est dépassé.

Un problème de recrutement?

Depuis que Sir Alex Ferguson est parti, il a souvent été dit que ses remplaçants, Moyes puis Van Gaal, ont commis trop d’erreurs de recrutement, que José Mourinho paierait aujourd’hui. Beaucoup trop de joueurs comme Schneiderlin, Darmian, Rojo, Herrera, Shaw ou récemment Mkhitaryan n’ont pas su s’imposer durablement dans le nord de l’Angleterre. Mourinho n’aurait pas assez de bons joueurs à sa disposition. Il faut dire que des joueurs comme Jones ou Bailly sont eux aussi beaucoup trop souvent à l’infirmerie. De plus, même si les Matic, Young, ou encore Valencia font énormément de bien au collectif, ces derniers ne sont pas les plus jeunes et ne sont pas assez reposés, et quand il le sont, les remplaçants ne sont pas à la hauteur. On en revient donc à ce problème d’effectif qui ne serait pas assez étoffé.

En réalité, ce problème est un reflet de ce qu’est devenu Manchester United ces dernières années. Les Glazers et Ed Woodward ont fait de ce club, ou plutôt de cette entreprise, une grande puissance mondiale, un empire. En terme de revenus, de sponsors, de ventes de maillots, le club se hisse toujours aux premiers rangs. Félicitations à eux, mais peut être que cela a été un peu trop fait au détriment du football. En effet, le board n’a pas vraiment l’air intéressé par le football et fait des erreurs. En font partie, la prolongation de José Mourinho en cours de saison qui n’avait pas lieu d’être, mais aussi toutes ces erreurs de casting. Ces deux dernières années, Manchester United a quand même dépensé plus de 300 millions d’euros sur le marché des transferts. Il serait donc logique que le recrutement ne soit pas un problème. Cependant, Mourinho s’en agace et en veut au board de ne pas dépenser plus, ou d’avoir manquer Ivan Perišić cet été par exemple. Pour lui, la refonte de l’effectif et le retour au sommet doivent passer par là. Peut-être qu’un grand ménage doit être fait au sein du club, avec le recrutement d’un nouveau directeur sportif. Le sportif doit être une priorité.

José Mourinho: “Ce n’est pas assez.” (quand un journaliste le questionne sur les 300M déjà dépensés)

En somme, même si tout a l’air de bien aller du côté de Manchester, le club fait l’objet de nombreuses critiques à propos de son jeu, de son coach mais aussi de son board. En espérant que MU prenne en compte ses critiques pour espérer les revoir, un jour, au sommet du football anglais et mondial.

L’auteur

Bento

Bento

Bento, 18 ans, français d'origine portugaise, tombé amoureux du Manchester United FC très jeune grâce à Cristiano Ronaldo et la génération 2008. J'espère vous rendre le plaisir que j'ai à écrire sur mon club.