FocusPL Preview

Preview PL 2018/19: Manchester United, faire mieux que la saison passée?

Pour la reprise de la saison 2018/19 de Premier League, God Save The Foot vous présente chaque jour une de ses équipes. Aujourd’hui, destination Manchester United, malheureux vice-champion d’Angleterre derrière son rival Man City. Seront-ils capables de faire mieux cette année ?  

Entre déception et progression

Après avoir remporté trois trophées lors de la première saison de Mourinho, la saison passée aurait dû être une saison de confirmation. Résultat: aucun trophée, une deuxième place poussive en championnat, une élimination en 1/8e de LDC et des supporters déçus. Il est tout de même possible d’y voir une progression. En effet, sur la scène nationale, le club a fait oublier une sixième place honteuse en se plaçant deuxième derrière un City qui semblait bien trop fort et intouchable. Sur la scène continentale, bien qu’éliminés par Séville en huitièmes, les Red Devils ont évolué et évolueront en Ligue des Champions, et non plus en Europa League.

Wissam Ben Yedder célébrant son but contre United à Old Trafford
Wissam Ben Yedder, héros d’Old Trafford lors de l’élimination de MU par Séville. (Crédits: RFI)

Sur les terrains, les joueurs mancuniens de José Mourinho n’ont pas apporté ce que les amoureux de football et du club attendaient. En terme de jeu, le football pratiqué est différent de ce qu’avait l’habitude de voir le Théâtre des Rêves. Comme toujours, José Mourinho a amené un jeu défensif, basé sur la contre attaque. Ce jeu, qui a fait son succès pendant des années, est fébrile et ne fonctionne pas vraiment à Manchester. La fébrilité défensive, l’irrégularité et les blessures font que le meilleur défenseur du club est De Gea. Mourinho n’a d’ailleurs toujours pas trouvé sa défense centrale type: Smalling, Jones, Bailly, Lindelöf… aucun n’a été régulier sur la saison et pour l’instant, aucun renfort à ce poste. Sur le plan offensif, le manque de mouvement a été un grand problème cette année. L’équipe s’est reposé trop souvent sur des exploits individuels, des coups de génie de Pogba, Lukaku, Martial, Rashford ou encore Lingard. Le coach portugais n’a également toujours pas trouvé son dispositif type: 4-3-3, 4-2-3-1,  défense à 3, tout a été essayé. Ce jeu plus qu’approximatif et l’irrégularité n’ont logiquement pas rempli l’armoire à trophées cette saison, ce qui est problématique dans un club habitué à gagner tel que Manchester United.

Le coach portugais entamait donc la saison passée sa seconde saison au club. Connu pour être un entraîneur à succès sur le court terme, ses deuxièmes saisons, dans chaque club où il est passé, ont été glorieuses, sauf à Manchester. Si l’on se fie à son parcours, le pire reste à venir: la troisième saison est toujours une catastrophe et donc sa dernière. La logique n’a pas été respectée pour la seconde saison, le sera t-elle pour la troisième ?

«  Je suis venu à Manchester avec Porto, United a été éliminé. Je suis venu avec le Real Madrid, United a été éliminé. Donc, je ne pense pas que ce soit quelque chose de nouveau pour le club. » – Mourinho après l’élimination du club en huitièmes de C1 contre Séville.

En plus de son jeu, Mourinho a également été critiqué pour ses déclarations. Celle-ci, a été vécue comme un manque de respect envers le club et ses supporters, selon lui habitués à perdre à ce stade de la compétition. Ces derniers ont d’ailleurs eu du mal à comprendre pourquoi le club n’avait pas réagi, alors qu’une certaine sanction s’imposait.  Manchester United n’entame donc pas sa saison dans le meilleur des contextes, sportivement parlant. José Mourinho, son jeu et ses joueurs sont fortement critiqués,  les supporters déçus. Mourinho va par conséquent jouer sa place lors de cette troisième saison au club, saison historiquement catastrophique. Il est difficile d’espérer mieux que la saison passée pour les mancuniens.

Alexis Sanchez, joueur à suivre

Arrivé au mercato hivernal en provenance d’Arsenal (dans le cadre d’un échange avec Mkhitaryan), Alexis Sanchez a eu du mal pour ses débuts dans le Nord de l’Angleterre. Il prend la place d’un Martial en forme sans vraiment prouver. On lui a souvent reproché de trop porter le ballon, d’être approximatif et de ne pas être assez décisif notamment. En réalité, beaucoup ont vu en lui un titulaire trop indiscutable qui aurait freiné la bonne saison de Martial sur le côté gauche, alors qu’il ne s’était pas adapté de suite. Ce transfert a peut-être même coûté au natif de Massy, un ticket pour le sacre français en Coupe du Monde. Cependant, le nouveau 7 de MU montre de plus en plus de choses et connaît une montée en puissance depuis la fin de saison. L’ailier gauche montre beaucoup d’envie, court beaucoup pour chercher des solutions, se rend disponible, crée du mouvement, joue beaucoup en une-deux et s’est peut-être enfin adapté à son nouveau club et coéquipiers. Absent de la Coupe du Monde en Russie, le chilien a entretenu sa forme et l’a fait savoir sur les réseaux sociaux.

Il fait également très bonne impression lors de la pré-saison américaine du club. Après un problème de visa qui lui fait manquer le début de la tournée, le chilien inscrit 2 buts lors de l’ICC contre le Milan AC et le Real Madrid. À lui de continuer sur sa lancée en championnat. Il aura pour tâche de répondre aux attentes des fans sur le terrain et devrait être un élément clé de l’attaque, ainsi que de la réussite ou non de Manchester cette saison. Peut-être que MU a enfin trouvé la solution à son problème de mouvement devant.

En plus d’Alexis, beaucoup de joueurs comme Matic, Lingard, ou encore Lukaku devront confirmer après une saison dernière réussie sur le plan personnel. Beaucoup d’attentes et d’espoirs sont également placés en Paul Pogba, qui devra réitérer sous le maillot mancunien, ses excellentes prestations en  Coupe du Monde avec l’Équipe de France, grande gagnante du tournoi. Les recrues (Fred, Dalot, et Grant pour l’instant) auront également à cœur de montrer leur talent à Old Trafford et feront, peut-être, le succès de Manchester United cette saison. En tout cas, les attentes sont très hautes.

Des objectifs confus

Pour les supporters, les attentes sont les mêmes de saison en saison. Manchester United est l’un des plus grands clubs au monde et se doit de gagner. Pourtant, le dernier titre de PL remonte à 2013, soit une disette de cinq ans. Sur la scène continentale, le club n’a pas atteint les quarts de finale de la Ligue des Champions depuis 2014. L’objectif, pour les supporters, est donc clair: retrouver les sommets en jouant le titre et en allant loin en Coupe d’Europe. José Mourinho, son staff et ses joueurs partagent ces objectifs bien évidemment. Néanmoins, la direction du club semble avoir la tête ailleurs. Manchester United est maintenant géré comme une marque et plus vraiment comme un club de football. La famille Glazer, propriétaire du club, cherche avant tout à s’enrichir en faisant de Manchester une franchise comme les Lakers ou encore les Yankees. Un homme représente cet état d’esprit dans le Board: Ed Woodward, le directeur général du club et associé des Glazers.

Brian, Avram et Joel Glazer
Brian, Avram et Joel Glazer, les propriétaires américains de Manchester United. (Crédits: Sportune)

Les investissements vont vers les partenariats commerciaux, ce qui empêche José Mourinho de pouvoir bâtir l’équipe qu’il souhaite pour gagner. Les dirigeants semblent penser, à tort, que quoiqu’il arrive, les supporters seront là, Old Trafford étant toujours plein. Les supporters sont en somme des clients à qui l’on donne l’illusion chaque année que le titre est un objectif, alors que rien n’est fait pour. Une place dans le Big Four, qualificative en Ligue des Champions, est satisfaisante pour eux. Ils n’ont aucun intérêt à dépenser de l’argent qui pourrait rester dans leurs poches et ne s’intéressent que très peu au terrain. Renforcer une équipe, suffisante pour accrocher le Top Four, pour gagner le titre n’est pas à l’ordre du jour. Être champions d’Angleterre ne serait qu’un plus pour eux. Après une deuxième place peu convaincante la saison passée, il aurait été logique que Mourinho affine son groupe en vendant les joueurs dont il se plaignait de ne pas être au niveau. Pour l’instant, seul Daley Blind est parti. Côté arrivées, Fred et Dalot sont les seules signatures majeures (avec Grant) du club. Un défenseur central devrait également débarquer d’ici la fin du mercato. Cependant, United a habitué à mieux, avec le recrutement de grands noms. Et comme chaque année, le mercato du club n’est toujours pas terminé à quelques jours de la reprise de la PL.

De plus, des exemples révélateurs de profondes lacunes dans le domaine sportif existent: les propriétaires, peu intéressés par le terrain, ne vont au stade que de temps en temps, l’entraîneur est prolongé avant même la fin de son parcours en Champions League et de sa deuxième saison… Comment réussir avec une direction obnubilée par les chiffres et les bénéfices ?

«J’aimerais avoir deux joueurs de plus, mais je pense que je n’en aurais pas deux» – José Mourinho

Mourinho est mécontent et n’hésite pas à le faire savoir à Ed Woodward ainsi qu’à ses dirigeants, à travers ses conférences de presse. Le club ne renforce pas l’effectif aux postes qu’il veut, et il n’a pas les noms qu’il souhaite. En défense central notamment, le club a changé de priorités, en passant d’Alderweireld à Maguire puis Mina. Comment viser le titre avec un entraîneur n’ayant pas le groupe qu’il souhaite ? Ces déclarations, révélatrices des maux au sein du club, marquent peut être le début d’un divorce…  Les objectifs sont donc confus du côté de Manchester United: s’enrichir et devenir une marque, ou gagner et redevenir un grand nom du football européen ? José Mourinho devra faire avec ce qu’il aura pour tenter d’accrocher Liverpool et City, les deux rivaux favoris au titre final. Cette saison s’annonce décisive mais tout de même compliquée pour lui et les mancuniens. Notre pronostic: une 6ème place, synonyme d’Europa League.

L’auteur

Bento

Bento

Bento, 18 ans, français d'origine portugaise, tombé amoureux du Manchester United FC très jeune grâce à Cristiano Ronaldo et la génération 2008. J'espère vous rendre le plaisir que j'ai à écrire sur mon club.