Focus

Jürgen Klopp, le nouvel espoir des Reds

aa-klopp-mirror-co-uk
Eh oui les petits gars, papa Jürgen débarque à Anfield (crédit : mirror.co.uk)

Nous sommes le 8 octobre 2015, après une année sabbatique Jürgen Klopp remplace Brendan Rodgers sur le banc de Liverpool, limogé 4 jours plutôt. Avec la signature de l’allemand, les dirigeants des Reds affichent leurs ambitions, retrouver une place dans l’élite du football anglais et faire à nouveau parti des candidats au titre de champion d’Angleterre. Après une première saison compliquée, l’ancien entraîneur emblématique du Borussia Dortmund semble avoir trouvé la bonne formule, pour preuve son équipe régale depuis le début de saison. De quoi prétendre au sacre de champion ? 

Une animation offensive efficace

aa-liv-thesun-co-uk
Les pouces en avant, les coudes en arrière, et tchic et tchac et tchic et tchac ! (crédit : thesun.co.uk)

Emmenés par son trio magique Sadio Mané, Philippe Coutinho et Roberto Firmino, les Reds ont déjà inscrits la bagatelle de 49 buts cette saison, dont 41 buts en championnat. Les causes de cette soudaine métamorphose du jeu de Liverpool s’expliquent notamment par une nouvelle approche tactique de la part de Klopp, mais aussi par un état d’esprit bien plus conquérant. Un état d’esprit insufflé par Klopp lui-même et qui a notamment permis aux Reds de l’emporter dans les toutes dernières secondes du derby de la Mersey face au rival d’Everton, grâce à un but du sénégalais Sadio Mané. Recruté cet été en provenance de Southampton, l’ancien pensionnaire du Red Bull Salzbourg s’est rapidement imposé comme un joueur clé du dispositif de Jürgen Klopp.

Philippe Coutinho semble également revivre depuis l’arrivée du technicien allemand sur les bords de la Mersey, comme en témoigne son fabuleux début de saison. Son compatriote brésilien, Roberto Firmino avait lui aussi démarrer la saison en trombe avant de petit à petit baisser de régime, la faute à son repositionnement sur le terrain côté gauche depuis la blessure à la cheville de Coutinho, en novembre dernier. Ce dernier devrait faire son retour à la mi-janvier et ainsi redonner du baume au cœur à l’attaque des Reds, qui supporte malgré tout assez bien son absence. En effet, d’autres joueurs ont également pris une nouvelle  dimension au sein du club depuis l’arrivée de Klopp, il s’agit de l’anglais Adam Lallana et du belge Divock Origi, qui réalisent tous les deux une excellente première partie de saison.

En défense, le camerounais Joel Matip s’est rapidement imposé comme une pièce maîtresse de la défense des Reds aux côtés du croate Dejan Lovren. Le letton Ragnar Klavan (à ne pas confondre avec le célèbre Viking Ragnar Lothbrok), recruté également cet été en provenance du FC Augsbourg, assure quant à lui plutôt bien l’intérim chaque fois que son manager fait appel à lui. Le repositionnement de James Milner, milieu de terrain de formation, au poste de latéral gauche, a suscité quelques interrogations, avant de finalement donné raison à Klopp. Seul Loris Karius, le gardien allemand débarqué cet été en provenance du FC Mayence, semble éprouvé des difficultés d’adaptation dans sa nouvelle équipe. Malgré cela, ce dernier semble néanmoins bénéficier de la confiance de son manager qui continue de régulièrement le titulariser, bien que ce soit le belge Simon Mignolet qui ait disputé le derby face à Everton le week-end dernier.

Ce que Klopp a apporté à Liverpool

aa-klopp-2-mirror-co-uk
Yes ! Yes ! Yes ! Putain que c’est bon, j’en perds mes lunettes ! (crédit : mirror.co.uk)

Une nouvelle dimension à l’équipe, et un jeu avant tout porté vers l’efficacité offensive. “Si le public vient chercher des sensations fortes et que le coach propose une partie d’échecs sur gazon, il y en a un des deux qui doit changer de stade”. Nul doute que cette célèbre citation du technicien allemand s’applique à chaque match de Liverpool, puisque on est loin de s’ennuyer de manière générale en voyant évoluer son équipe sur le terrain cette saison.  Celui qui a su insuffler une philosophie de jeu qui lui est propre, a par ailleurs rapidement gagné le cœur des fans. “Liverpool a des fans extraordinaires et Anfield est un stade de renommée mondiale, avec une atmosphère incroyable. Je veux construire une belle relation avec ces supporters et leur donner des souvenirs à chérir. J’espère que nous pourrons nous nourrir de l’énergie l’un de l’autre et faire ce voyage ensemble”, déclarait le natif de Stuttgart lors de sa signature à Liverpool.

Le management de Klopp, ce n’est pas seulement une philosophie de jeu axée sur le beau jeu et la possession. Au delà de ça, on ressent une réelle passion à travers l’homme, une passion qu’il parvient à transmettre à ses joueurs, ce qui lui permet de tirer le meilleur d’eux-même. Comme en témoigne ses excès de joies au bord du terrain lorsque son équipe vient de marquer, l’ancien joueur de Mayence est aussi connu pour ses coups de gueule  dans le vestiaire et ses accès de colère au bord de la pelouse. “Je suis un peu fier de mon premier carton rouge en tant qu’entraîneur. Je me suis approché du quatrième arbitre, je lui ai dit: “Combien d’erreurs avez-vous le droit de commettre? Si c’est quinze, il ne vous en reste plus qu’une“».

Économiquement, le club semble également avoir changé de politique et son entraîneur n’y est pas étranger. Fini les recrutements de joueurs moyens à coup de dizaines de millions, à présent le club semble avant tout miser sur les jeunes joueurs talentueux (Mané, Grujic, Karius), mais aussi sur des joueurs d’expérience inconnu du grand public (Matip, Kavlan, Wijnaldum). L’allemand accorde également une grande confiance à ces jeunes, ce qui a permis cette saison à plusieurs d’entre eux de se refaire une santé du côté d’Anfield, comme Philippe Coutinho, Divock Origi, Emre Can ou encore le jeune Ben Woodburn, qui est devenu le plus jeune buteur de l’histoire de Liverpool après son but face à Leeds en Coupe de la Ligue, en novembre dernier. Âgé de seulement 17 ans et 45 jours, le jeune Woodburn a battu le record d’un certain Michael Owen.

Actuellement deuxième de PL à six longueurs du leader Chelsea, les Reds de Jürgen Klopp ne disputent aucune compétition européenne cette saison, tout comme les Blues d’Antonio Conte. Un facteur qui pourrait leur être favorable dans la course au titre par rapport à Arsenal, Tottenham et Manchester City, les autres prétendants au Big Four cette saison.

Article précédent

Manchester City et Guardiola suffisamment armés pour le titre ?

Article suivant

J17 - Le Boxing Day approche !

L’auteur

Thomas

Thomas

Fly Millenium ou Millenoob pour les gamers aka Flyou pour les intimes. Formé à l'école Titi Henriesque dès le berceau, il ne jure que par Arsenul, vous savez ce club de loser qui n'a plus gagné un titre depuis des lustres. A l'époque Justin Bieber portait encore des couches made in Toronto. Enfin tout ça c'est de l'histoire ancienne, puisque depuis 2014, les losers... euh les gunners pardon, sont de retour au premier plan, pour le plus grand malheur des footix et des raides débiles. Il aimerait épouser une certaine Nina devant Ashburton Grove et vivre heureux entouré d'une marmaille de petits gooners et gooneurettes.