Focus

Harry Kane, one of the Three Lions

Avec l’éviction de Wayne Rooney en sélection anglaise par Gareth Southgate, de dernier a remis le brassard de capitaine à Harry Kane. Bien qu’héritier désigné du Mancunien vis-à-vis de son rôle avec la sélection, tout le monde, y compris Kane, a été surpris de cette nomination pour ce rôle. Est-ce véritablement une bonne chose ou une décision hasardeuse du sélectionneur nommé à ce poste de la même manière ?

Le lion n’est jamais mort. (source : www.skysports.com)

Pas le premier choix

Quand on pense au successeur de Wayne Rooney, on peut penser à Phil Jagielka absent ou encore Gary Cahill qui a déjà porté le brassard à 5 reprises, de la maturité, de l’expérience et aussi de la régularité depuis plusieurs saisons. Cependant, le choix “naturel” pour la sélection et pour cette génération demeure Jordan Henderson, le fils de Steven Gerrard et successeur tout désigné pour devenir capitaine. Mais Hendo n’a pas été épargné par les blessures ces deux dernières saisons, ce qui lui a coûté sa place dans le XI des Three Lions. Lors de l’Euro 2016, le 4-3-3 de l’Angleterre composé de Rooney et Alli avec Dier en retrait ne lui laissait aucune chance d’y être intégré. Lors de la rencontre contre l’Ecosse, le milieu de terrain était composé de Dier et Livermore en 4-2-3-1, Dier devenu titulaire indiscutable, Livermore passant plus pour un joueur de rotation, Rooney absent de la liste et Alli désormais jouant davantage comme un neuf et demi, le milieu de 26 ans de Liverpool peut tout de même briguer cette place à condition de revenir au niveau et ainsi prendre le brassard de capitaine. En attendant, c’est l’attaquant des Spurs qui a le devoir de mener ses troupes sur le terrain. Ce n’est cependant pas sûr qu’Henderson retrouve le brassard, cela dépendra de son niveau, mais aussi de l’émergence d’autres joueurs à ce poste et de l’effet d’Harry Kane sur ce groupe.

 

Le leader de sa génération ?

Harry Kane, le “three-seasons-wonder” a finalement réussi à s’imposer comme meilleur joueur anglais et s’est véritablement détaché de ses concurrents (Jamie Vardy moins bon cette saison et Daniel Sturridge blessé sempiternellement) seul Marcus Rashford pourrait le concurrencer à condition d’être tout aussi performant. Rappelons que Kane a marqué 21 buts lors de sa première saison en championnat, 25 lors de la saison 2015-2016 et 29 cette saison, faisant de lui le meilleur buteur de Premier League.

Hurrykane c’est aussi un joueur qui est passé par toutes les sélections de jeunes depuis les U17, il a joué entre 2013 et 2015 avec les U21 alors entraînés par Gareth Southgate (jusqu’à sa nomination avec les séniors). Cette relation avec Southgate est également à mettre dans les raisons qui ont poussé ce dernier à le nommer capitaine. Il y a également le fait qu’on peut compter 5 Spurs (y compris Harry Kane dans la sélection et sans compter Trippier qui semble être un remplaçant de Clyne), c’est ce qu’il faut afin de souder un groupe en nommant des lieutenants. Cependant, une trop grosse mainmise des Spurs dans cette sélection pourrait également créer des problèmes en cas de mauvais résultats et ainsi détériorer l’ambiance du vestiaire.

Ce qui fait que Kane peut-être considéré comme le joueur fait pour mener cette équipe d’Angleterre c’est sa jeunesse et l’âge moyen de l’équipe (le dernier XI avait 23 ans d’âge moyen contre l’Ecosse). L’idée de nommer l’attaquant star de la sélection en tant que leader dans les vestiaires n’est pas dénué de sens et se révèle même être un choix judicieux et naturel. Et si c’était lui le fameux remplaçant de Steven Gerrard, celui qu’on avait pas vu venir mais qui est là et est désormais uns des titulaires indiscutables de ce groupe.

Harry Kane one of our own ? (source : @CharlieKane123 via Twitter)

Et pour la première…

C’est donc contre ce bouillonnant Écosse – Angleterre que le “Prince Harry” devenu capitaine a pu arborer le brassard. Nous avons pu constater tout de même un certain manque de leadership dû à un manque d’élégance et de charisme, chose qui est primordiale, bien qu’Harry Kane a été exemplaire tout au long du match. Il a crée et s’est offert plusieurs occasions, il a su emmener son équipe et les motiver sans pour autant réussir à s’imposer jusqu’à la brillante entrée d’Oxlade-Chamberlain qui a fait la différence. Bien qu’ayant ouvert le score, les Three Lions vont encaisser deux magnifiques buts sur coup franc de Leigh Griffiths. Le but de l’égalisation est venu en fin de match sur un but d’Harry Kane sur un véritable sursaut d’orgueil, ce qui est nécessaire pour remporter un match face à l’Écosse. Gareth Southgate a souligné l’esprit combatif de son équipe, ce fighting spirit qui leur a fait défaut l’été dernier face à l’Islande. C’est peut-être ça qu’Harry Kane peut apporter en tant que capitaine, plus qu’un simple leader, c’est un meneur d’homme qui ne lâche rien et qui fera toujours preuve d’abnégation. Le courage des lions.

 

Il y a une dernière question qui se pose : est-ce que le “three-seasons-wonder” devenu “captain of the Three Lions” gardera le brassard même avec le retour d’un Rooney ou Henderson, cela ressemble à un défi et il adore ça, les défis.

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.