Focus

Harry Kane, le nouveau Roi Lion

Après un mois d’août sans but (comme toujours), Harry Kane a repris le rythme de son année 2017 exceptionnelle et même de son début de carrière à Tottenham. Personne humble mais buteur redoutable, régulier et complet, tueur devant le but, ses statistiques sur l’année en cours le hissent aux côtés des Messi et autres Ronaldo et les différents tabloïds anglais en font l’objet de tous les désirs des plus grands tel que le Real. Portrait du nouveau Roi des Lions anglais.

Un début de carrière contrasté

Avant de revenir sur le début de saison en trombe d’Harry Kane, son année 2017 ainsi que son niveau de jeu exceptionnel au point de faire de Tottenham « The Harry Kane Team » (coucou Pep, non promis on se moque plus de toi), il faut revenir en arrière pour voir comment s’est construit le Bomber anglais. En effet, quand on voit les Mbappé, Dembélé et autres, on pourrait presque se dire que Kane a éclos sur le tard, vers 21 ans. Après des prêts difficiles du côté de Norwich ou Leicester, 20 matchs en deux ans pour deux petits buts. Lancé dans une période difficile pour les Spurs, décimés par les blessures en attaque de Soldado et Adebayor, début 2014, c’est là que Harry Kane va réellement exploser, sans jamais s’arrêter depuis.

Kane en est à 79 buts en 108 matches de championnat en trois petites saisons. Pour comparer, dans le même temps, Messi en compte 115 en 111, Ronaldo 108 en 102, ça classe un joueur tout de même. Mais comment comprendre une telle explosion ? Kane a souvent été taxé d’être lent, pauvre techniquement, pourquoi a-t-il explosé depuis ? Une seule réponse : le travail et la sueur. C’est un infatigable travailleur, arrivant avant les autres et repartant après, répétant ses gammes à l’infini, et travaillant beaucoup physiquement, dans les courses, au gymnase et à la muscu afin de gagner en vitesse pour les batailles en Premier League. Une hygiène de vie et un acharnement qui rappelle forcément Cristiano Ronaldo.

Tout ce travail, à seulement 24 ans, lui permet de compter déjà trois saisons à plus de 20 buts dans le championnat le plus compétitif du monde. S’il continue sur son rythme actuel, il risque fort d’en ajouter une quatrième. Cette éclosion associée à sa régularité dans le travail lui permet depuis 2014 d’être non seulement dans le Top 10 des joueurs ayant marqué le plus de buts dans les cinq grands Championnats européens, mais surtout d’en être le plus jeune.

Un « buteur complet » dixit Alan Shearer Himself

Les progrès de l’attaquant anglais sont donc phénoménaux et constant depuis trois ans. Cette année 2017 montre toute la qualité de finisseur de l’anglais, Kane a inscrit 36 buts en 31 matches. Seul Messi et ses 48 réalisations (et 12 matches de plus) fait mieux. Beaucoup le disait trop lent et pas assez technique à ses débuts, beaucoup le trouve encore à l’heure actuelle « surcoté » pour ces mêmes raisons.

Surcoté Harry Kane, vraiment ? (Crédits : Eurosport)

Mais le travail fourni depuis lui a permis de remédier à cela et montrer que ces critiques, encore présentent parfois aujourd’hui, n’ont pas lieu d’être.  Il n’est pas aussi rapide que Pierre-Emerick Aubameyang, il ne dribble pas aussi bien que Lionel Messi, il domine moins physiquement qu’un Zlatan et marque moins de buts de la tête que Cristiano Ronaldo. S’il n’est le meilleur du monde dans aucun domaine en particulier, il sait tout bien faire. Harry Kane est un faux lent, capable de déposer en puissance trois adversaires en quelques mètres comme face à Huddersfield le week-end dernier ou le Borrussia lors de la première journée de la Ligue des Champions cette année. Pour le comparer à la race des grands buteurs d’Europe à laquelle il appartient désormais, il est bien plus complet que Cavani ou Aubameyang et n’a pas beaucoup à envier à un joueur comme Lewandowski.

Kane peut marquer dans toutes les positions, à l’intérieur ou à l’extérieur de la surface, en force ou en finesse, en une touche ou par un raid solitaire. Il peut marquer du pied droit, du pied gauche mais aussi de la tête comme le montre son triplé face à Nicosie en Ligue des Champions. Sa principale qualité reste son physique, qu’il a façonné à force d’entraînement, son premier but face au Borussia l’illustre parfaitement. A la réception d’un dégagement sur la ligne médiane, il remporte un premier duel musclé face à Sokratis de la tête avant de résister au tacle rugueux de Sahin et de déborder à la course Toprak pour aller marquer.

Et Kane n’est pas seulement un numéro 9 pur qui reste planté devant les buts, il peut redescendre d’un cran participer au jeu de son équipe ce qu’il aime souvent faire. Il décroche pour faire jouer ses partenaires avec une qualité de passe au dessus de la moyenne, en atteste sa magnifique passe décisive sur le but de Son face au Borussia ou encore son troisième but face à Nicosie où il lance Trippier d’une passe parfaite en profondeur avant de revenir au pas de course se placer dans l’axe pour reprendre son centre de la tête et parfaire ainsi son coup du chapeau.

Évidemment, il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour rejoindre, aussi bien au niveau du jeu que des stats, des monstres comme Messi ou Ronaldo. Néanmoins, l’anglais n’a encore que 24 ans et a une capacité de travail hors norme, couplé à son hygiène de vie impeccable, il semble sur la bonne voie pour, à terme, dépasser le record de buts en Premier League de l’ex buteur de Newcastle, Alan Shearer qui est de 260 buts.

Le nouvel étendard du football anglais

Celui qui porte la sélection anglaise, c’est bien Harry Kane ! (Crédits : The Telegraph)

Harry Kane reste un garçon simple, malgré la vie de footballeur et les avantages qui viennent avec. Ce n’est pas le genre du bonhomme de sortir et de faire la une des tabloïds. Harry Kane fait parti de ces personnes qui portent la gentillesse sur eux. Un gars qui s’arrête toujours pour répondre aux questions des journalistes quelque soit la situation sur le terrain.  C’est l’anti-star, quelqu’un d’humble, de profondément gentil et serviable.

L’Angleterre, dans une passe de reconstruction difficile en ce moment, a sans doute trouvé un nouvel étendard de sa sélection : Harry Kane, un grand attaquant dans la lignée de l’histoire des anglais à ce poste et des joueurs tel que Sir Bobby Charlton, Kevin Keegan, Alan Shearer ou Michael Owen. Il n’a que 24 ans et encore du temps devant lui pour progresser et mener cette belle génération anglaise avec lui vers les sommets. Avec des Rashford, Alli, Walker, Rose, Pickford, sans compter les vainqueurs de la dernière coupe du monde U20 qui vont aussi arriver avec les Solanke, Maitland Niles et d’autres plus jeunes encore comme Sancho ou Nelson. La formation anglaise brille à nouveau dans les catégories de jeune. Est ce que la présence de ce nouveau leader et de cette vague nouvelle fera repartir le navire anglais ? Harry Kane réussira-t-il à devenir le buteur charismatique dont les Three Lions ont besoin ? L’avenir nous le dira.

Quoi qu’il en soit, la progression constante depuis 3 ans et le niveau de jeu atteint par le buteur des Spurs en cette année 2017 est ahurissante. A lui de continuer mais il n’y a pas trop de doutes à avoir la dessus. Il fait désormais parti du gotha mondial des buteurs. Il est loin le temps ou il peinait en prêt, aujourd’hui Harry Kane est l’un des meilleurs buteurs au monde, sans aucun doute possible, qu’importe les critiques des sceptiques.

L’auteur

Corentin

Corentin

Gardien de but et pointe basse du CCFC (café clope football club). Fan inconditionnel d'Arsenal depuis une époque d'Invicibles lointaine. Aime se faire du mal gratuitement depuis plus de dix ans donc, mazo. Rêve du jour glorieux où il verra Théo Walcott soulever le trophée de PL. Futur avocat, du moins il l'espère fortement (ou alors agent en banque, on veut palper d'la fraîche cousin), il rêve de faire tomber Kroenke pour une sombre affaire de détournement de fond pour mettre un vrai actionnaire à la tête d'AFC. Enfin, comme un autre grand homme, s'est fait les croisés à l'auriculaire gauche. Cinq fois.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *