English Football League

Un mois en League Two (D4)

 

A la fin de chaque mois, God Save The Foot reviendra en largeur sur ce qui s’est passé dans les quatre autres divisions professionnelles ou semi-professionnelles anglaises. Du leader au podium, en passant par les surprises et les déceptions ou encore le joueur du mois, tout sera analysé dans le moindre détail par nos rédacteurs passionnés. Alors prenez place, un thé en main, décollage vers la League Two.

La League Two est sans doute l’une des divisions les plus imprévisibles du royaume. Surprises à gogo, équipes majeures loin d’être à leur niveau, révélation de jeunes talents, tout est réuni pour assister à un championnat palpitant. Après onze journées, les équipes se tiennent encore dans un mouchoir de poche.

Le podium

Notts County (1er avec 25 pts) 

Notts County

Instable pendant plusieurs saisons, Notts County a semble-t-il, trouvé la bonne carburation avec sa tête, Kevin Nolan. Arrivé au club pour le sortir du marasme en janvier dernier, l’ancien milieu légendaire de Bolton et West Ham est parvenu en l’espace de quelques mois à transformer une formation totalement moribonde. Malgré la défaite contre Mansfield, les Magpies ont aligné six victoires de rang en championnat, leur permettant de prendre la tête de la League Two. Une juste récompense cette équipe plaisante dans le jeu. Notons enfin le superbe début de saison de Jorge Grant (MG/23 ans), revenu d’un prêt pas forcément convaincant à Nottingham Forest, mais qui sous l’égide de Nolan, retrouve tout son talent avec sept buts inscrits.

 

Kevin Nolan et Notts County ont réalisé un début de saison fantastique

Exeter City (2e avec 25 pts)

Exeter City

Exeter City ne veut cette fois-ci pas rater le bon wagon. Battus en finale des playoffs d’accession face à Blackpool, les Grecians avaient vu la porte de leur rêve d’accéder se fermer devant leurs yeux sur la pelouse de Wembley. Toutefois, Exeter avait révélé au plus haut niveau des garçons de qualité que sont David Wheeler (26 ans) auteur de 17 buts et Ollie Watkins (21 ans) qui fut la révélation du championnat avec des statistiques impressionnantes (13 buts, 10 passes décisives). Partis respectivement à QPR et Brentford en Championship, les deux hommes auraient pu laisser un grand vide, que nenni. En effet, Exeter poursuit sa lancée avec le puissant Reubeun Reid à la pointe de l’attaque (7 pions), ou sur le délicieux milieu irlandais Jake Taylor, auteur de quatre passes décisives et si doux techniquement. A seulement 24 ans, Taylor est d’ailleurs l’un des piliers du club en témoignent ses 110 rencontres disputées sous le maillot rouge et noir. Néanmoins, ils devront, comme leurs coéquipiers, se montrer entreprenant à domicile où la formation du Devon avait fait preuve d’irrégularité l’an passé avec seulement huit succès au compteur contre dix défaites, et peut-être rejoindre ainsi le grand rival Plymouth à l’échelon supérieur.

 

Accrington Stanley (3e avec 23 pts)

Accrington Stanley

Stanley, ses ultras déglingos, ses papys pouvant être abonnés à leur club jusqu’en 2036 depuis deux ans, sa légende franco-béninoise Romuald Bocco passé à trois reprises au club et ses 28 fans qui en 2013, après un long périple vers Gilligham, s’étaient vus offrir le repas par le président du club local. Les charmes d’Accrington, un club déclaré mort deux fois avant de renaître. En cause, des soucis financiers permanents et une dette colossale estimée à 1.2M£ en 2015 qui fut épongée par la bonne grâce d’un entrepreneur anglais Andy Holt. Pour aller plus loin, on vous invite d’ailleurs à lire le très bon article de nos amis de TLMSF rédigé en février 2016 : http://www.toutlemondesenfoot.fr/blog/2016/02/29/accrington-stanley-le-club-qui-ne-voulait-pas-mourir/. Côté rectangle vert, Stanley s’accroche à la troisième marche et espère beaucoup mieux. Pour y parvenir, elle pourra s’appuyer sur le virevoltant Billy Kee à la pointe de son attaque, le nord-irlandais qui enquille les buts depuis plusieurs semaines, sept au total.

La zone rouge 

Chesterfield (23e avec 5 pts)

FC ChesterfieldChesterfield sombre semaine après semaine. Il faut dire que l’équipe du Derbyshire n’a plus connu le goût de la victoire depuis la réception de Port Vale, c’était déjà le 19 août dernier. Les Spireites compteront sur l’arrivée de leur nouveau coach, Jack Lester véritable légende au club, inscrivant 94 buts entre 2007 et 2014, son numéro de maillot, le 14, a d’ailleurs été retiré. Toutefois, l’ancien attaquant arrive en tant que néophyte à ce poste, lui qui n’avait pas exercé en tant que coach principal depuis sa retraite sportive. Il occupait jusqu’à maintenant le poste d’entraîneur des U23 à Nottingham Forest. Il devra rapidement faire ses preuves pour sortir son club de toujours de la zone rouge.

 

 

Forest Green Rovers (24e avec 5 pts)

Forest Green Rovers

Ah… Forest Green. Vous avez sans doute déjà entendu parler de club dit “écolo.” A sa tête, Dale Vince. Un président pas comme les autres qui depuis son arrivé à la tête de Forest Green en 2010 a complètement changé le mode de fonctionnement des Rovers, sous la forme de plusieurs commandements. Premièrement, aucune trace de burgers aux contours du stade, le président veut que ses fans se nourrissent sainement. Deuxièmement, les joueurs ne mangent désormais plus de viande rouge, le staff compris, mais aussi plus de poulet ni de poisson (!) : “au départ, j’ai obtenu l’accord de tous d’enlever la viande rouge des menus. C’était le point de départ de la mise en place de mes valeurs dans ce club. Par la suite, le poulet mais aussi le poisson a été supprimé.” Au menu désormais, du soja, du tofu, du lin et des graines. Troisièmement, le futur stade du club sera construit uniquement en bois et sera le centre d’un parc écologique d’une superficie totale de 100 hectares. Avec un coût global de 112 millions d’euros, ce projet souhaite s’inscrire sur la durée en construisant également plusieurs salles de sport en plus du stade, ainsi que des entreprises eco-friendly, alimentées par des énergies durables. Quatrième commandement, la pelouse. En effet, ce cher terrain est complètement organique et alimenté par une solution d’algues écossaises coupées à la main et aucun pesticide n’est utilisé pour la traiter. Bilan de tout ça ? Une dernière place au classement avec seulement cinq points et surtout, beaucoup de zones d’ombre. Petit club, vraiment ? On en reparlera un de ces quatre…

Et oui, cet homme est bien Dale Vince propriétaire de Forest Green…

L’équipe du mois : Luton Town 

Luton Town

Les Hatters, surnom donné au club en référence à la ville qui, dans une époque pas encore si lointaine, vendait beaucoup de chapeaux, sont inarrêtables. Campé à la cinquième place, Luton réalise de nouveau un excellent parcours, jonché par une victoire gargantuesque en ouverture contre Yeovil (8-2) et surtout, quatre victoires sur les cinq dernières journées. Les pensionnaires de Kenilworth Road et ses tourniquets d’un autre âge sont emmenés par son duo d’attaque infernal composé de Danny Hilton, attaquant à la soquette légère devant le but et plus de 300 matchs au compteurs en League Two, et de James Collins, un beau taureau irlandais qui a scoré à six reprises cette saison. Soulignons enfin la stratégie des dirigeants de Luton Town depuis plusieurs années, le club progresse, les finances sont au beau fixe et le stade est toujours rempli. Un vrai club de foot.

Le joueur du mois : Adam Collin (Notts County) 

A désormais 32 ans, le gardien de Notts County est désormais un joueur d’expérience. Avec plus de 260 matchs au compteur en Football League, Adam Collin fait partie de ces joueurs qui sont indispensables dans l’équilibre d’un vestiaire. Pourtant, rien n’a été facile. Sous le feu des critiques l’an passé, où on le tenait responsable de la période noire où Notts County a aligné dix défaites de rang, Colin ne s’est jamais exprimé dans la presse, ni ruminé une quelconque animosité. Taiseux, sûr de sa force, le portier anglais a fait front et lorsque l’ex-gloire de West Ham Kevin Nolan est arrivé au chevet des Magpies, il a travaillé d’arrache-pied pour gagner la confiance de son coach. Une mission réussie. Depuis, Adam Collin est incontournable. Et lorsqu’il s’agit de parler, Adam se montre confiant sur les semaines à venir : “je suis ravi de ma forme actuelle. Le coach a toujours dit que j’étais le numéro 1 et cela m’a donné beaucoup de confiance. Le club a acheté deux nouveaux gardiens cet été, donc je dois continuer à travailler. Mais je sais que si je continue à travailler comme je le fais actuellement, personne ne prendra ma place.” De quoi éteindre définitivement les critiques à son sujet.

Malgré les critiques véhémentes, Adam Collin s’est terré dans le silence pour revenir encore plus fort

Le classement après onze journées 

L’auteur

Thomas

Thomas

Selon lui, Wes Hoolahan aka "Irish Messi" est l'un des plus grands joueurs de cette planète. Voue un amour incommensurable pour les divisions inférieures anglaises et le football nord-irlandais. Aime porter le kilt sans son slip, un peu fou sur les bords. Rêve secrètement d'un retour de Leeds en Premier League, le club qui a fait connaître la patte gauche délicieuse d'Harry Kewell. Il aurait voulu être joueur de foot pro, mais en voyant Jon Parkin et son physique grassouillet déambuler sur les terrains de National League, l'espoir n'est pas perdu.