English Football League

Un mois en League Two (D4)

A la fin de chaque mois, God Save The Foot reviendra en largeur sur ce qui s’est passé dans les quatre autres divisions professionnelles ou semi-professionnelles anglaises. Du leader au podium, en passant par les surprises et les déceptions ou encore le joueur du mois, tout sera analysé dans le moindre détail par nos rédacteurs passionnés et légèrement fous. Alors prenez place, un thé en main, décollage vers la League Two.

La League Two est sans doute l’une des divisions les plus imprévisibles du royaume. Surprises à gogo, équipes majeures loin d’être à leur niveau, révélation de jeunes talents, tout est réuni pour assister à un championnat palpitant. Ce premier opus ne déroge pas à la règle.

Le podium

Exeter City (1er avec 13 pts)

Exeter CityExeter City ne veut cette fois-ci pas rater le bon wagon. Battus en finale des playoffs d’accession face à Blackpool, les Grecians avaient vu la porte de leur rêve d’accéder se fermer devant leurs yeux sur la pelouse de Wembley. Toutefois, Exeter avait révélé au plus haut niveau des garçons de qualité que sont David Wheeler (26 ans) auteur de 17 buts et Ollie Watkins (21 ans) qui fut la révélation du championnat avec des statistiques impressionnantes (13 buts, 10 passes décisives). Partis respectivement à QPR et Brentford en Championship, les deux hommes auraient pu laisser un grand vide, que nenni. En effet, Exeter poursuit sa lancée avec le puissant Reubeun Reid à la pointe de l’attaque (4 pions), ou encore le tout jeune Jack Sparkes né le 29 septembre… 2000 ! Lancé dans le grand bain par l’excellent manager Paul Tisdale à la tête du club depuis 2011, ses premières foulées ont été pour l’heure assez ébouriffantes. Néanmoins, il devra, comme ses coéquipiers, se montrer entreprenant à domicile où la formation du Devon avait fait preuve d’irrégularité l’an passé avec seulement huit succès au compteur contre dix défaites, et peut-être rejoindre ainsi le grand rival Plymouth à l’échelon supérieur.

 

Alors qu’il n’a pas encore 17 ans, Jack Sparkes a plongé dans le grand bain de la League Two avec une facilité déconcertante

Stevenage (2e avec 11 pts) 

FC Stevenage

Deuxième à l’issue de la cinquième journée, Stevenage surprend son monde. Abonné au milieu de tableau ces dernières années, le club du gardien vétéran Chris Day (42 ans) qui en a pris d’ailleurs six contre Oxford en EFL Trophy – compétition ouverte uniquement aux équipes de League One, League Two et les academy de 16 clubs – a enchaîné trois succès de rang et se place en ce début du mois de septembre comme dauphin d’Exeter. Managé par le bouillonnant Darren Sarll sur le banc, Boro devra tout de même montrer un autre visage que face à la lanterne rouge Cheltenham samedi où Sarll avait mentionné après le match qu’il n’avait jamais vu « un match aussi horrible de son équipe depuis sa prise de fonction. »

 

Accrington Stanley (3e avec 10 pts)

Accrington StanleyStanley, ses ultras déglingos, ses papys pouvant être abonnés à leur club jusqu’en 2036 depuis deux ans, sa légende franco-béninoise Romuald Bocco passé à trois reprises au club et ses 28 fans qui en 2013, après un long périple vers Gilligham, s’étaient vus offrir le repas par le président du club local. Les charmes d’Accrington, un club déclaré mort deux fois avant de renaître. En cause, des soucis financiers permanents et une dette colossale estimée à 1.2M£ en 2015 qui fut épongée par la bonne grâce d’un entrepreneur anglais Andy Holt. Pour aller plus loin, on vous invite d’ailleurs à lire le très bon article de nos amis de TLMSF rédigé en février 2016 : http://www.toutlemondesenfoot.fr/blog/2016/02/29/accrington-stanley-le-club-qui-ne-voulait-pas-mourir/. Côté rectangle vert, Stanley a entamé sa saison avec enthousiasme et la deuxième meilleure attaque derrière Wycombe malgré le départ prématuré de la promesse nord-irlandaise Shay McCartan à Bradford (13 buts lors du dernier exercice).

La zone rouge

Port Vale (23e avec 3 pts) 

Port Vale FCQu’il paraît loin le temps où Port Vale régalait les spectateurs du Vale Park avec un jeu royal et rapide en 2012 qui lui permettait d’accéder à la League One. Descendu tout juste de cet échelon en mai dernier, le second club de Stoke-on-Trent a connu un mois d’août cauchemardesque et pointe aujourd’hui à l’avant-dernière place du classement et les solutions tardent à être trouvées. Michael Brown, qui avait remplacé Bruno Ribeiro en décembre 2016 après un mandat de seulement six mois, ne semble plus être le maître de la situation. La colère des fans gronde et la prochaine défaite de Vale pourrait bien sonner la fin de son bail. Au secours Robbie Williams !

 

Cheltenham Town (24e avec 3 pts)

Cheltenham TownLe club du français Nigel Atangana, passé par Leyton Orient et Porsmouth, a débuté son championnat de la pire des manières. Lanterne rouge avec trois petits points, Cheltenham est tout de même passé proche de l’exploit contre Exeter (défaite 4-3), puis Stevenage (défaite 1-0). Seule éclaircie au tableau, les deux buts de Mohameid Eisa (22 ans) né d’un père soudanais et arrivé cet été au club en provenance du club londonien de Greenwich Borough (D7). Mais pas de quoi rassurer les spectateurs du Whaddon Road.

 

Les partenaires de Nigel Atangana ne sont pas passés loin d’un exploit contre Exeter et Stevenage, mais restent toujours clouer à la 24e place de League Two

L’équipe du mois : Newport County

Newport County Actuellement septièmes, les Gallois ont réalisé un début de saison convaincant. La recette du succès réside pour le moment dans l’alchimie créée entre les jeunes prometteurs (Ben White, Mark O’Brien, Reece Cole, Joe Quigley) et les plus anciens qui font figure de vieux grognards (Dan Butler, David Pipe, James Bittner). Au milieu de tout ça, la reviviscence d’un joueur ayant déjà connu la bagatelle de douze clubs à seulement 25 ans, Frank Nouble. Son nom vous dit sans doute quelque chose si vous êtes un amoureux de Chelsea, l’ex-prodige des Blues, âgé de 17 ans à l’époque, avait refusé le contrat pro qu’on lui proposait pour s’engager finalement à West Ham. Depuis, sa carrière n’a fait que dégringoler. Des prêts ratés à Swindon, Charlton ou encore Barnsley, à l’exil en Chine au Tianjin Quanjian, le destin de l’actuel attaquant de Newport ressemble trait pour trait à celui d’autres pépites anglaises qui se sont égarées en chemin. Acheté pour une bouchée de pain par le club gallois à Southend (D3) cet été, Nouble est déjà parvenu à convaincre les sceptiques avec ses cinq buts dont un triplé contre Chesterfield. Enfin le vrai départ ?

Le joueur du mois : Adebayo Akinfenwa (Wycombe Wanderers)

Wycombe WanderersLa « bête » fait encore parler d’elle, même à 35 balais. Celui qu’on a considéré longtemps comme un type capable uniquement de soulever 180 kilos à la salle de muscu est désormais reconnu à sa juste valeur. Auteur de deux doublés contre Port Vale et Grismby, Adebayo Akinfenwa a crevé de nouveau l’écran le week-end dernier avec une nouvelle sortie médiatique dont lui seul a le secret. Bayo a en effet proposé ses services à Liverpool : « Klopp devrait venir me chercher ! J’ai besoin de rythme autour de moi et ils ont un bon rythme.Si vous me mettez là-bas et mettez des ballons dans la boîte, je marquerai des buts » a plaisanté le poids lourd de 102 kilos auprès de Squawka. A Wycombe, on est toujours aussi fan du personnage. La « Beast Mode » est encore très loin de la retraite.

 

La popularité de « The Beast » a dépassé les divisions inférieures, l’attaquant de 35 ans est désormais reconnu par ses pairs de Premier League

Le classement 

L’auteur

Thomas

Thomas

Selon lui, Wes Hoolahan aka "Irish Messi" est l'un des plus grands joueurs de cette planète. Voue un amour incommensurable pour les divisions inférieures anglaises et le football nord-irlandais. Aime porter le kilt sans son slip, un peu fou sur les bords. Rêve secrètement d'un retour de Leeds en Premier League, le club qui a fait connaître la patte gauche délicieuse d'Harry Kewell. Il aurait voulu être joueur de foot pro, mais en voyant Jon Parkin et son physique grassouillet déambuler sur les terrains de National League, l'espoir n'est pas perdu.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *