Non League Football

Une saison à Broadhurst Park – Episode 6

“Manchester…. the belly and guts of the Nation”

George Orwell

George Orwell, un des auteurs majeurs de la littérature du XXe siècle, bien que Londonien, avait au travers de cette citation résumé l’état d’esprit mancunien. Si les Belly ne se remplissent plus de la mousse du Broadhurst, les Guts sont toujours présentes, prêtes à revenir au stade pour soutenir le FC United envers et contre tous. Malheureusement pour tous les fans, la décision a été prise ce mois-ci, nous ne reverrons pas les Red Rebels sur une pelouse avant la saison prochaine.

Un nouveau mois de tristesse footballistique à Moston

Si le mois de février fut aussi triste dans la grisaille mancunienne que pour le football semi-professionnel et amateur Britannique, cinq infos majeures sont à retenir dans l’actualité des Red Rebels.

Incroyable mais vrai ! Le Broadhurst a de nouveau pu accueillir un match de football ! Même si les Mostonians étaient déçus de ne pas voir leur équipe fanion lancer les hostilités, ce sont les clubs d’Altrincham (voisin de quelques kilomètres plus au sud) et de Wrexham qui se sont affrontés en ce 8 février, étrennant ainsi le Broadhurst en 2021. Continuant sur cette lancée les Robins ont même joué un deuxième match du côté de Moston contre Boreham Wood le 20 février dernier. Malheureusement pour Altrincham, le Broadhurst ne leur a pas porté chance avec deux défaites lors de ces deux rencontres. 

En février, c’est une autre équipe rouge qui s’empara du Broadhurst à l’image de Matty Kosylo (Crédits Photo : altrinchamfc.com)

Le mois de février, raisonne aussi pour tous les fans du FC United, mais aussi plus largement des fans de Manchester United, avec la commémoration du 63e anniversaire du drame de Munich. Joffrey Pointlane, notre spécialiste de Manchester United revient sur cet évènement, tragique pour tous les mancuniens, dans la rubrique Red Rebels Culture, en fin d’article. 

Le 22 février Boris Johnson et son gouvernement ont donné les prochaines étapes du déconfinement. Tous les yeux étaient évidemment rivés sur ses décisions afin de savoir si les Lower Leagues allaient reprendre. La décision est tombée cette semaine, les matchs ne reprendront pas, la saison est purement et simplement annulée, par décision du FA Council.

Nous en parlions le mois dernier, la bonne nouvelle du mois s’est passée en dehors des terrains (évidemment) et s’articule autour de la nomination du club par les FSA Awards, notamment pour les différents événements caritatifs mis en place par le club dont le Food Hub. Les Football Supporters’ Association Awards mettent en avant les meilleurs joueurs (Bruno Fernandes est nominé), les meilleurs commentateurs (Keane, Neville…) mais aussi le meilleur événement caritatif de la saison. Le FC United concourt ainsi pour le Lockdown Heroes awards aux côtés de Gosport Borough (qui évolue en Southern Premier League) qui a lancé sa campagne “Feed a Family in Need” en avril dernier et le club soutient désormais chaque semaine jusqu’à 150 foyers dans la ville du Hampshire. Le troisième nominé étant le Clapton CFC (évoluant en Middlesex County League) qui a lancé en mars son fond Clapton Against Corona Hardship Fund pour aider, sans distinctions, tous les membres qui ont eu des difficultés financières pendant la pandémie.

Après la disparition de Mark Stopford le mois dernier, le FC United of Manchester est à nouveau endeuillé. Nous avons ainsi appris le 18 février dernier la disparition de Tony Pritchard. Pritchard était un des membres du comité directeur qui avait été réuni à la hâte en mai 2005 pour créer le FC United. Ensemble, ils avaient ainsi réussi à mener à bien la tâche presque impossible de créer un club de football à partir de zéro en moins de deux mois. Il est donc juste de dire qu’il était l’une des quatre ou cinq personnes dont on peut dire que le FC United n’existerait pas s’il n’avait pas été impliqué.

Tony Pritchard, pilier de la maison Mostonian nous a quitté le mois dernier (Crédits Photo : fcunited.co.uk)

Enfin, février raisonnait comme un anniversaire unique pour le club. En effet, les fans de la première heure du FC United fêtaient les 15 ans du déplacement historique à Blackpool contre les Blackpool Mechanics, où près de 4000 supporters (record du club) avaient traversé le Lancashire pour se rendre dans la cité portuaire. Les locaux avaient ainsi dû évoluer dans l’antre de l’autre club de la ville, au Bloomfield Road des Seasiders.

Plus de 4000 fans avaient fait le déplacement pour un des moments historiques du club (Crédits Photo : fcunited.co.uk)

Les échéances à venir pour les pensionnaires du Broadhurst Stadium

Comme annoncé précédemment, la saison 2020-2021 de Northern Premier League est officiellement achevée. Apres avoir écourté et rendu « nulle » la saison précédente, cette année est définitivement une année blanche pour les Lower Leagues Anglaises.

The Red Rebels Culture (@joff)

Le 6 février dernier, et comme chaque année depuis sa création par des anciens fans du grand MU n’adhérant plus à la politique du club après l’arrivée de la famille Glazers en 2005, le FC United of Manchester n’a pas manqué de rendre hommage, via son compte Twitter, à la catastrophe du crash de Munich survenu ce jour-ci il y a 63 ans. Un drame aérien qui fauchait l’une des plus belles équipes de Manchester United, les fameux «Busby Babes», une génération de joueurs prometteurs formés au club par leur manager, Matt Busby. 

Une journée qui n’avait pourtant pas si mal commencé pour les Red Devils. La veille, qualifié pour les quarts de finale de la jeune Coupe d’Europe des clubs champions, Man United, champion d’Angleterre en titre, se déplaçait à Belgrade en Yougoslavie pour affronter l’Etoile Rouge. Après leur victoire du match aller 2-1, les Mancuniens n’avaient besoin que d’un match nul pour accéder aux demi-finales. Score final 3-3, United qualifié, retour en Angleterre. Mais, le lendemain du match, à l’aéroport de Belgrade, un premier contretemps survient. L’ailier droit John Berry avait égaré son passeport et l’avion décolla avec une heure de retard avant de se poser à Munich pour ravitaillement. 

En Bavière, la météo est épouvantable. Il vente, il neige. Qu’importe, l’avion tente de repartir. Il s’élance une fois, puis deux. Sans succès, le temps est trop mauvais. Les passagers sont débarqués et on se demande alors s’il ne faut pas repousser le départ. Certains joueurs mais aussi les journalistes présents à bord proposent de rester à Munich pour la nuit. Mais les pilotes, avec l’accord des contrôleurs aériens, veulent tenter le coup une troisième fois. 

La troisième tentative est fatale. Lancé à pleine vitesse, l’Airspeed AS.57 Ambassador du vol 609 British European Airways est ralenti par une plaque de neige sur le tarmac et ne parvient pas à prendre de l’altitude. Mais le bolide ne peut pas s’arrêter et termine sa course dans une maison et un entrepôt de carburant. Il est 15h04 et une génération entière vient d’être fauchée en plein vol. Le bilan est terrible : 23 personnes décèdent (dont 20 sur le coup), parmi lesquelles 11 membres du staff dont 8 joueurs. 

Dont l’idole de l’époque, le crack Duncan Edwards (l’une des trois à succomber à ses blessures quelques jours après le crash), âgé seulement de 21 ans : «Le seul joueur qui me faisait sentir inférieur», aime à répéter régulièrement l’un de ses coéquipiers, survivant du crash, un certain Bobby Charlton, champion du monde 1966 et Ballon d’or la même année. Manchester United fut décimé, et la reconstruction lente. D’abord aidé par son voisin City puis d’autres formations du pays dans le prêt de joueurs pour posséder un nombre suffisant de joueurs dans l’effectif après la catastrophe, Matt Busby, lui aussi rescapé, se lança par la suite dans un recrutement à travers l’Angleterre pour reconstruire une équipe dont la lourde charge serait de succéder à ses «Busby Babes» et tenter de reconquérir le Royaume. Avant d’essayer de mettre l’Europe à ses pieds. Comme l’indique l’adage, « the rest is history »… 

Comme City et d’autres clubs appartenant au Greater Manchester, et peu importe les postures malhonnêtes et teintées de suppositions perfides de certains intellectuels sur le soit-disant coté instrumentaliste de MU pour façonner sa légende sur le dos de ce drame terrible, le FC United of Manchester se souvient et s’associe à la tragédie. Mancs always remember.

Retrouvez ici l’intégralité de notre série !

Article précédent

Mac Allister, le plus anglo-saxon des Argentins

Article suivant

Emile Smith Rowe, un avenir sur l'aile ?

L’auteur

François-Théo

François-Théo

Amoureux du football anglais depuis sa plus tendre enfance et les matchs de PL sur TPS Star. Etudiant en stage à Manchester, bourlingue les samedis à 15 heures pour descendre quelques bières en assistant aux joutes de League One comme à celles de National League. Depuis sa participation à l'envahissement de terrain pour fêter le maintien de Rochdale en mai dernier, n'espère qu'une montée historique des Dale en Championship.