English Football LeagueFocus

Barnsley FC, une revanche à prendre sur la Premier League

Jeudi soir, le Chelsea FC se rend à Barnsley pour disputer le 5ème tour de la FA Cup. Les joueurs du Barnsley Football Club auront l’occasion de prendre une revanche. En effet, en septembre, à Stamford Bridge, les deux équipes s’étaient déjà rencontrées. Et les Blues s’étaient facilement imposés, sur le score fleuve de 6-0, face au club de Championship. Mais les choses ont changé à Barnsley. Un nouvel entraîneur, Valérien Ismaël, est arrivé et a transcendé le jeu et les résultats des Reds. God Save The Foot part à la découverte du club qui rêve secrètement de retrouver la Premier League, qu’il n’a connue qu’une saison.

Se faire une place dans le Yorkshire

Situer Barnsley sur une carte nous fera pointer le doigt vers le Nord de l’Angleterre. Plus précisément, on placera la ville à mi-parcours d’un itinéraire Sheffield-Leeds, deux villes dont les clubs jouent en Premier League. Trente-cinq miles (52km) séparent les stades de Bramall Lane et d’Elland Road. Ou quarante cinq minutes de voiture.  En prenant la portion de route reliant les deux villes, la M1, ce n’est pas moins de cinq clubs environnants qui ont leur place dans les quatre divisions professionnelles anglaises. Et la région possède une dizaine de clubs dans ces divisions. Preuve, s’il en fallait encore une, que l’Angleterre regorge de clubs de football sur son territoire. 

La M1 nous conduit donc dans la vallée de Barnsley, ville dont l’agglomération est peuplée de 227,000 habitants. La ville a un héritage industriel ancré dans le travail du lin, l’extraction du charbon, mais aussi la verrerie et les textiles. Aussi, les communautés minières ont développé nombre de clubs sociaux, notamment avec la formation de fanfares, qui font la renommée de la cité. Le blason du Barnsley Football Club, le club de la ville, retrace très bien cet ancrage industriel et social.

Cette dernière version datant de 2010 reprend les armes de la ville. La cité industrielle est mise en valeur par un souffleur de verre avec son chalumeau, ainsi qu’un mineur portant sa pioche et sa lampe sur des galets de charbon. D’autres éléments font aussi référence au passé industriel de la ville. La devise du club, utilisée par la ville de Barnsley, y est inscrite – “Spectemur Agendo”. Elle se traduit par “Jugez nous par nos actions ».

Blason du Barnsley FC
Blason du Barnsley FC – Crédits Barnsley FC

Le Barnsley FC évolue à domicile dans l’Oakwell Stadium depuis 1888, soit un an après la création du club. 23 287 places s’y dressent. Le stade est qualifié de « classic football stadium », et reste l’un des derniers stades avec des projecteurs sur pylônes d’angles. Aussi, c’est le premier stade d’Angleterre à avoir été équipé d’un espace pour les supporters handicapés. 

Faisant partie des plus anciens clubs d’Angleterre, le Barnsley FC reste l’un des deux clubs avec le plus grand nombre de saisons disputées en Championship. Or le club fondé à l’origine sous le nom Barnsley St-Peter’s, n’a disputé qu’une saison dans l’élite, l’actuelle Premier League. C’était en 1997-1998. Abonné à la seconde division, il n’y avait fait qu’un furtif passage. Une anomalie dans le parcours historique selon certains. Une revanche à prendre selon d’autres, plus fervents.

Malgré la longue histoire, seules deux lignes apparaissent au palmarès du club – la FA Cup de 1912 et le Football League Trophy remporté en 2013. Le club a tout de même connu quelques faits de gloire. Par exemple, son parcours en FA Cup en 2007-2018, éliminant Liverpool à Anfield en huitièmes de finale. Puis le Chelsea FC en quarts de finale. Tout au long de son histoire, le club a nourri ses principales rivalités avec des clubs voisins – Sheffield Wednesday, Sheffield United et Leeds United. 

Barnsley FC, un futur solide ?

Le club prend un tournant en 2017, alors que le Pacific Media Group (avec à sa tête Chien Lee et Billy Beane) investit dans le club. Il se modernise dans de nombreux registres: analyses, médias… en étant plus structuré. Aujourd’hui, le puissant groupe détient plusieurs clubs (KV Ostende, AS Nancy, FC Thoune, Esbjerg FB).

Le South Yorkshire et la Dearne Valley paraissent familiers à Gautier Ganaye, lorsque le jeune homme d’affaires débarque chez les rouges et blancs en juin 2017. L’ancien secrétaire juridique, secrétaire général, puis directeur de la cellule marketing et développement du RC Lens est alerté par un ami que le Barnsley FC recherche un Directeur Général. Suite à une annonce passée par un cabinet de recrutement et plusieurs entretiens, il est recruté. Son expérience au RC Lens plaît. Gautier Ganaye devient donc le premier et le plus jeune français à diriger un club anglais, au poste de Chief Executive Officer. À 30 ans!  

Lors de son arrivée, le club vacille entre Championship et League One. Il instaure alors une vision d’avenir à son arrivée, en recrutant de jeunes joueurs en étroite collaboration avec le board et le coach. Il faut noter que le club dispose d’un budget limité. Les cibles sont des joueurs de moins de 25 ans de division inférieure, sans expérience du Championship, avec une grosse capacité physique. Ils sont ainsi une quinzaine à rejoindre le club. Un grand chamboulement. Durant la saison 2017-2018, la moyenne d’âge de l’équipe est la plus faible de toutes les équipes professionnelles d’Angleterre. À l’issue de la première saison sous la  direction du jeune homme d’affaires, le club est relégué en League One. Mais le projet va payer et permet au club de rebondir rapidement. Ainsi, Barnsley FC remonte en Championship dès la saison suivante. 

Après le mecrato hivernal de 2019, Gauthier Ganaye quitte Barnsley pour l’OGC Nice, un an et demi après son arrivée, où le poste de Président lui est proposé. Cette nomination n’est en rien étonnante, car Chien Lee et Paul Conway, deux des quatre actionnaires majoritaires du Gym à l’époque, sont aussi propriétaires de Barnsley. Le français les suivra d’ailleurs dans ses prochains clubs – KV Oostende et l’AS Nancy Lorraine. À Barnsley, Gauthier Ganaye aura laissé un bon souvenir aux supporters. Il s’est notamment fait remarquer en adressant un courrier à un supporter des Reds souffrant de dépression. En lui apportant soutien de la part du club soutenant et l’informant que la porte de son bureau lui restait ouverte en cas de besoin.

Deux ans plus tard, les traces sont toujours là et le projet continue, avec de nouveaux hommes à bord. Dans un projet de développement de jeunes joueurs afin de faire des plus values, il est indispensable de se renouveler sans cesse. Le club a cette saison l’un des quatre plus petits budgets du Championship. 

Valérien Ismaël, la clé du succès ?

Alors que le début de saison 2020-2021 est compliqué, et après sept matchs sans victoires, le board tranche pour un changement d’entraîneur. C’est Valérien Ismaël, franco-allemand, qui arrive à Oakwell et prend les rênes de l’équipe. Dès son premier match face à Queens Park Rangers, Barnsley FC s’impose 3-0. Le club, en bas de classement, remporte ensuite quatre matchs sur cinq disputés. Le nouvel entraineur, passé par Crystal Palace au cours de sa carrière, pose déjà son empreinte.

Formé à Strasbourg, l’ancien lensois (comme Gauthier Ganaye) est friand d’un jeu basé sur l’intensité. Soit complémentaire avec le profil de joueurs antérieurement recrutés. Sur l’effectif professionnel actuel, un tiers des joueurs étaient déjà là, lorsque Gautier Ganaye était aux manettes du club. Signe de stabilité, six ont joué lors du dernier match face à Nottingham Forest.

Alex Mowatt, capitaine du Barnsley FC
Alex Mowatt, capitaine du Barnsley FC

Prônant une grande exigence, Valérien Ismaël demande un gros pressing à ses joueurs, dans un 4-3-3 où le jeu est mené au milieu par le capitaine Alex Mowatt. L’ancien joueur de Leeds United, dont le contrat se termine en fin de saison, est suivi par de nombreux clubs (Millwall, Cardiff, Middlesbrough, QPR… ). 

L’entraîneur, fort d’un parcours exceptionnel dans le championnat autrichien et en Ligue des Champions la saison passée, avant que la pandémie ne s’en mêle, a l’intention de jouer avec beaucoup d’énergie et de mouvements. Il déclare dans le Yorkshire Post:

« J’aime que mon équipe mette une intensité énorme dans le jeu. Un pressing de la première à la dernière minute, que l’équipe soit active, qu’elle provoque des erreurs chez les adversaires. Je souhaite que mes joueurs se projettent vite vers l’avant et qu’il y ait un circuit préférentiel dans les transmissions ».

Valérien Ismaël, entraineur du barnsley fc – Yorkshire Post.

Il ajoute, montrant sa détermination: « Si vous venez à Barnsley, vous devez tout donner ». Valérien Ismaël n’hésite pas à se séparer de joueurs pas assez impliqués dans l’équipe, comme Luke Thomas, prêté à Ipswich Town. Plusieurs joueurs partent donc en prêt en division inférieure jusqu’en fin de saison. L’entraîneur se justifie: « Nous voulons travailler avec des joueurs qui veulent rester, travailler avec nous et être positifs. »

Vingt-et-unième du championnat avec une moyenne de 0,57 points par match lors de son arrivée, l’effet Ismaël s’est vite ressenti. L’équipe avançant depuis à une allure de 1,6 points par match. Située désormais en milieu de tableau (13ème), l’équipe a huit points d’avance sur le maintien avec un match de retard, et peut même se mettre à rêver d’une place en play-offs d’accession! En cas de victoire dans son match en retard, l’équipe pourrait revenir à six points du sixième… 

Cependant, les Reds paraissent avoir des moyens limités sur les dernières apparitions. Ils se sont inclinés face à deux prétendants à la montée (Swansea et Watford). Puis le match nul face à Cardiff City, classé en milieu de tableau, n’a pas plu au coach perfectionniste. L’équipe a des faiblesses défensives et encaisse des buts à chaque match de championnat depuis Novembre. Tir rectifié, l’équipe n’encaisse pas de but à Nottingham Forest (0-0).

Valérien Ismaël, entraîneur de Barnsley FC
Valérien Ismaël, entraîneur de Barnsley FC – Crédits Barnsley FC

Aussi, Ismaël réclame un attaquant supplémentaire. Et c’est en toute fin de mercato hivernal que Daryl Dike, attaquant d’Orlando en MLS, arrive en prêt avec option d’achat dans le Yorkshire. L’espoir de vingt ans s’est fait remarquer en Major League Soccer. Marquant huit fois en dix sept matchs au cours de la saison 2020, il a marqué les esprits. Ayant « connu une progression rapide dans sa carrière au cours des deux dernières années, prouvant qu’il possède beaucoup de talent » selon le Directeur General Dane Murphy (ancien joueur formé à DC United), sur le site web du club. Aussi « le club pense qu’il s’avérera sans aucun doute un véritable atout d’ici la fin de saison » d’après le dirigeant.

Le weekend dernier, Barnsley FC n’a pas joué. Faute à une météo capricieuse et un Oakwell Stadium gorgé d’eau, le match face à Derby County a été reporté. Alors, le Barnsley FC a pu préparer sa rencontre de FA Cup face à Chelsea FC. Une rencontre qui n’aura sans doute pas le même visage qu’en League Cup en septembre dernier. Une revanche aussi pour le coach de Barnsley, qui retrouvera Thomas Tuchel, qui l’avait battu avec Dortmund lorsqu’il entraînait le VfL Wolfsburg. 

Valérien Ismaël, en trois mois et demi, a su imposer une philosophie de jeu au Barnsley FC. Et le match face aux londoniens permettra de se rendre compte si le club, et l’entraîneur, peuvent franchir un palier. Pour ainsi montrer que le club du South Yorkhire peut prétendre à une deuxième saison en Premier League dans son histoire. On s’en référera donc à la devise du club: « Spectemur Agendo »

Article précédent

Une saison à Broadhurst Park - Episode 5

Article suivant

RB Leipzig 0-2 Liverpool FC : s'évader pour mieux revenir

L’auteur

Maxime

Maxime

Passionné par les histoires, les stades et les atmosphères de football britannique.
«Il n’y a pas d’endroit où l’homme n’est plus heureux que dans un stade» Albert Camus
Twitter: @maximeb7