Day-Brief

Premier League – Episode 9 : City s’échappe, Londres se paye Liverpool

Londres et Liverpool qui s’affrontent, United qui cale, City qui enchaîne, Chelsea victorieux sur le fil du rasoir. La Premier League nous surprendra toujours.

La 9ème Journée en résumé

Après des grandes prestations européennes (hormis la défaite d’Everton face à l’OL), nos clubs de Premier League ont replongé dans le championnat pour nous apporter un bot lot de surprise. Pour se mettre dans l’ambiance, un match le vendredi c’est parfait. Nous avons eu droit à une démonstration des promus Brighton face à une équipe de West Ham toujours en crise. Un doublé de Glenn Murray (notre homme du week-end, voire en dessous) et un magnifique but d’Izquierdo ont permis aux Seagulls de se donner de l’air et atteindre la 12ème place. Slaven Bilic, quant à lui, est de plus en plus menacé.

Ne vous inquiétez pas nous allons parler de la course au titre ! Chelsea accueillait Watford dans un match très disputé. Après avoir été dominé et dépassé à 2-1, les hommes de Conte ont su réagir par l’intermédiaire de Batshuayi, pour rester dans le Top 4 avec 16 points. À 16h, les deux Manchester s’affrontaient à distance mais la belle affaire est pour City. Les SkyBlues ont déroulé 3-0 face à une équipe pourtant solide de Burnley. 28 de différence de buts après seulement 9 journées, que demande le peuple ? Dans le “petit derby” de Manchester, United a perdu en revanche. Huddersfield s’est magnifiquement bien relancé après leur série de matchs sans victoire, porté par Aaron Mooy et Laurent Depoître, en s’offrant le 2ème du championnat dans un match abouti. Dans le milieu de tableau, Newcastle a mis fin à la joie de Crystal Palace en s’imposant 1-0 ; Bournemouth a battu à l’extérieur Stoke City 1-2 ; Boufal a offert la victoire tel Maradona à Southampton contre West Bromwich Albion. Du côté des Foxes de Leicester, le nouvel entraîneur Appleton a réussi ses début en ramenant les 3 points de Swansea avec une victoire 2-1.

Les chocs de cette journée nous ont été réservés pour le Super Sunday. Londres s’opposait à Liverpool, avec les deux matchs Everton-Arsenal et Tottenham-Arsenal.  Le premier match, a commencé en fanfare avec un but de l’éternel Wayne Rooney… comme il y a 15 ans et 4 jours, dans ce même Goodison Park face à ce même club d’Arsenal. Les Gunners ont cela dit repris l’affaire en main en menant 4-1, puis 5-2, dans un match où ils ont enchaîné les tirs et gardé outrageusement le ballon. À Wembley, le match fut tout autre… Tottenham a montré son beau jeu, bien aidé par une faible défense des Reds. Le score en dit assez long : 4-1. Clair, net et précis.

Les RésultatsRésultats Premier League 2017 / 18 après la 9e journée

Classement

Classement Premier League 2017 / 18 après la 9e journée

Le XI de God Save The Foot

Notre équipe type : Pickford - Monreal, Otamendi, Mawson - Stanislas, Mooy, Özil, Boufal - Batshuayi, Kane, Murray
Notre équipe type : Pickford – Monreal, Otamendi, Mawson – Stanislas, Mooy, Özil, Boufal – Batshuayi, Kane, Murray

L’Homme de la journée : Glenn Murray

Glenn Murray levant son poing victorieux
Glenn Murray, un des vétérans de la Premier League, à la fête (crédit : www.premierleague.com)

Après Monsieur Gabbiadini pour la 8e journée de Premier League, notre homme du week-end se nomme Glenn Murray. Ce joueur n’est pas dans une grande équipe mais chez le promu Brighton, et c’est bien pour cela qu’il mérite un petit coup de projecteur !

L’anglais a permis à son équipe de gagner largement contre West Ham, tout d’abord en ouvrant le score sur une magnifique tête à ras du poteau mais a surtout créé le danger à maintes reprises. Joe Hart était souvent là pour l’empêcher de marquer… sauf sur le pénalty par Glenn, tiré plein axe.

Ce doublé de Murray symbolise tout ce qu’on aime dans le football anglais : un vétéran de Premier League et du football anglais qui aura connu plusieurs clubs (Rochdale, Crystal Palace, Reading, Bournemouth, Brighton, Carlisle United), a fait gagner son club. Par la même occasion, il débloque son compteur cette saison. Bravo à lui et à Brighton qui se relance par la même occasion.

The Goal of the Week

Les Baggies et les Saints se neutralisaient parfaitement dans un match serré et pour le moins… ennuyant. Mais ça, c’était avant, vant que Diego Armando Boufal ne rentre sur la pelouse.

United… Un coup d’arrêt infligé par Huddersfield

Huddersfield a créé la surprise en battant l’équipe bien rodée de José Mourinho, qui n’avait jusqu’à alors pas perdu en championnat.

Les deux buts de l’équipe de Wagner sont venus d’erreur défensives des Red Devils : Mooy intercepta le ballon à Juan Mata avant de le donner à Tom Ince (fils de Paul Ince), et de marquer lorsque la frappe de Ince eut été repoussée. La deuxième erreur fut celle de Victor Lindelöf, la recrue estivale, qui permit à Laurent Depoître de marquer dans le but vide.

"Peu importe si vous êtes grands, ou si vous êtes expérimentés, si vous avez la passion et le désir, vous n'avez aucune limite"
“Peu importe si vous êtes grands, ou si vous êtes expérimentés, si vous avez la passion et le désir, vous n’avez aucune limite” (crédit BBC)

Malgré la réduction du score de Marcus Rashford, cette prestation mancunienne stoppe net leur élan depuis le début de saison. Les Terriers ont été opportunistes, et ont montré de l’abnégation avec leur “Gegenpressing” maison. Pour l’histoire, Huddersfield n’avait plus battu Manchester United depuis 65 ans !

José Mourinho a fustigé la prestation des siens dans la presse mais aussi dans ses décisions tactiques, en remplaçant Juan Mata et Anthony Martial à la mi-temps. Il a d’ailleurs déclaré :

“Ils ont joué avec tout : agressivité, volonté, motivation, sacrifice. Ils ont joué avec tout et nous avec rien. L’équipe qui méritait de gagner, a gagné – Simple.”

Ces déclarations font écho à cette pancarte, prémonitoire, des supporters des Terriers : “Peu importe si vous êtes grands, ou si vous êtes expérimentés, si vous avez la passion et le désir, vous n’avez aucune limite”

Everton, rien ne va plus

Koeman en danger
Un Ronald Koeman toujours plus en danger (crédit : www.theguardian.com)

Un Mercato ambitieux avec €150M dépensés, sur des talents en devenir (Vlasic, Sandro, Keane, Pickford, Onyekuru) et des joueurs confirmés (Klaassen, Sigurdsson, Rooney), et une saison 2016/17 prometteuse, Everton semblait se diriger dans la bonne direction…

Que nenni. Sur ce début de saison, les hommes de Ronald Koeman déçoivent. Un fond de jeu faible, une attaque orpheline de Romelu Lukaku parti à United, des lacunes défensives… Tels sont les symptômes chez les Toffees. Après cette lourde défaite contre Arsenal 2-5, Koeman semble plus menacé que jamais, comme en témoigne l’expression faciale des propriétaires du club. À leur décharge, nous pouvons souligner la difficulté de leur calendrier : jouer Manchester City, Chelsea, Tottenham, Atalanta Bergame, Manchester United, OL, Arsenal et Burnley, ce n’est pas le plus évident, pour mettre en place une certaine cohérence tactique.

Peut-être que le recrutement et les choix du technicien hollandais payeront leur fruits à moyen-long terme sur les bords de la Mersey, mais le football n’attend pas (plus). Il faut qu’Everton réagisse, que ce soit face à Chelsea en Carabao Cup, ou face à Leicester en Premier League, pour sortit progressivement de la zone rouge.

Mise à jour : Ronald Koeman est officiellement limogé de son poste d’entraîneur d’Everton 

Déclaration officielle d'Everton
Déclaration officielle d’Everton (crédit @Everton)

80827 comme le nouveau record d’affluence en Premier League

En plus d’un match agréable à suivre, Tottenham et Liverpool se sont payés le luxe d’un record en Premier League. En effet, 80827 personnes ont assistés à la rencontre remporté par les Spurs soit 4729 personnes de plus que lors du Manchester United – Blackburn de 2008 qui détenait jusqu’alors le record. Notons qu’il s’agit là du record de l’ère Premier League, soit depuis 1992. Une prouesse néanmoins pour le championnat anglais puisqu’à l’époque des records précédents dans les années 30-40, les stades proposaient en grande majorité des tribunes debout, chose qui changea avec les grandes réformes des années 80 qui ont suivi le drame du Heysel et de Hillsborough, imposant à tous de passer à des stades intégralement assis et réduisant de facto de 30 à 40% la capacité des stades.

 “Les autres managers, ils pleurent, pleurent, pleurent”

Après la victoire en Champions League face au Benfica Lisbonne (1-0), le Special One José Mourinho nous a gratifié d’une nouvelle punchline :

Je ne parle jamais des blessures. Les autres managers, ils pleurent, pleurent, pleurent quand un joueur est blessé. Moi, je ne pleure pas. Je pense qu’il faut ignorer le fait que des joueurs sont blessés, et se concentrer sur les joueurs disponibles, leur faire confiance. Si je voulais me plaindre et pleurer, je l’aurais fait ces cinq prochaines minutes – Mourinho

C’était sans compter sur nos confrères de TalkSport, qui ont fouillé dans les archives…  Pour rappel, les Red Devils ont une infirmerie bien pleine : Éric Bailly, Paul Pogba, Michael Carrick, Marcus Rojo, Marouane Fellaini et Zlatan Ibrahimovic sont absents.

Article précédent

Aaron Mooy, The Australian Zidane

Article suivant

Premier League - Episode 10 : Un petit coup de Mou

L’auteur

Will

Will