Day-Brief

Premier League – Épisode 6 : Un leader irresistible, des suiveurs à double vitesses

Après une semaine européenne engageant six clubs anglais, retour à la routine du championnat ce week-end. Mais en Premier League plus qu’ailleurs, chaque journée est différente et réserve son lot d’enseignements, bien différents les uns des autres. Débriefing de la sixième journée. 

Liverpool seul leader, Man United n’y arrive pas

Depuis le début de saison, le championnat anglais nous offrait une sorte de duel entre Liverpool et Chelsea qui se partageaient le fauteuil de leader. Mais ce week-end, ce « mano à mano » s’est rompu. Les Reds sont désormais, et pour la première fois de la saison, seuls leader de la Premier League, avant d’affronter… les Blues samedi prochain.

C’est une victoire face à Southampton qui a permis aux joueurs de Jurgen Kloop de reprendre la première place. On ne va pas tellement s’étendre sur ce match. L’analyse est assez rapide, Liverpool s’est très tranquillement imposé. Dès l’entame, et malgré un match éprouvant face aux PSG en milieu de semaine, les Reds pressent leur adversaire comme ils savent si bien le faire et mettent ensuite l’intensité habituelle à la récupération du ballon pour installer un jeu de possession se procurer des occasions. L’adversaire, harcelé, est poussé à la faute. L’ouverture du score provient de ce fait d’un but de Hoedt contre son propre camp. Les Reds continuent à appuyer et marqueront par deux fois (Matip et Salah) avant la pause. Southampton arrive de temps en temps à se créer de bonnes situations, mais sans vraiment à inquiéter Alisson Becker. La deuxième mi-temps est sans grand intérêt, Liverpool se contente de gérer et valide donc son sixième succès en autant de matchs, à la veille d’un calendrier encore plus relevé. Historique.

Le Chelsea de Sarri perd ses premiers points de la saison face à de valeureux Hammers (Source : Ben Stansall/AFP)

Les Reds sont donc désormais seuls leaders, puisque Chelsea n’a pu faire mieux que 0-0 ce dimanche sur la pelouse de West-Ham. Après vingt premières minutes globalement maîtrisées et intéressantes, Chelsea baisse physiquement et n’arrive plus à imposer son jeu.

La faute aussi à des Hammers bien regroupés et agissant rapidement en contres. Ces derniers sont même à deux doigts d’ouvrir le score avant la pause, après un tir d’Antonio repoussé par Kepa. Chelsea a la maîtrise du ballon mais peine, trop imprécis techniquement et en manque évident fraîcheur physique, 48h seulement après le retour d’un déplacement en Grèce (Europa League).

De quoi aussi remettre en question un turn-over peut être trop timide de Maurizio Sarri (notamment pour Kanté, Alonso, Rüdiger et Jorginho qui jouent tous les matchs). Les Hammers sont même à deux doigts de réaliser le hold-up parfait. Yarmolenko, seul, rate une tête immanquable. Un Chelsea en manque d’inspiration et de punch perd donc ses premiers points de la saison, avant la réception de Liverpool qui conditionnera certainement les objectifs des Blues pour cette saison. Les Hammers continuent quant à eux leur redressement, une semaine après leur première victoire obtenue sur la pelouse d’Everton.

Chelsea n’est cependant pas la seule équipe du top 6 ayant perdu des points ce week-end puisque Manchester United a lui aussi concédé le match nul. Mais cette fois à domicile, et plus problématique encore, ce n’est pas les premiers points perdus cette saison par l’équipe de José Mourinho.

Pour le retour de Sir Alex Ferguson à Old Trafford, les Mancuniens ont réalisé une performance médiocre et devenue de plus en plus courante. Les Red Devils ont la balle mais la possession est stérile, bien qu’ils réussissent à ouvrir le score par Fred dans les vingts premières minutes sur un exploit individuel, après une passe merveilleuse de Paul Pogba. Au fil du match, les coéquipiers du français ne se montrent que très peu dangereux. Dans l’utilisation du ballon, à l’image du début de saison, United est trop brouillon.

 Manchester United a encore perdu des points ce week-end (Source : The Mirror)

La pauvreté de l’expression collective au niveau offensif se fait encore une fois ressentir, avec des performances individuelles d’Alexis Sanchez et de Romelu Lukaku plus que douteuses. Les combinaisons sont téléphonées et manquent d’imagination. MU se contente de gérer et se fait punir logiquement par des Wolves plus tranchants, agressifs et dangereux, sur une merveille de frappe de Moutinho.

1-1, score final. Manchester United n’arrivera pas à reprendre l’avantage, la faute à son jeu stéréotypé et à la bonne défense de Wolverhampton qui aurait même pu l’emporté si Adama Traoré avait négocié plus intelligemment des contres en fin de match. Les Mancuniens n’avancent pas, et on se pose de plus en plus de questions quant à la destinée de cette saison. Certains membres de l’effectif ne cachent plus leur insatisfaction par rapport au plan de jeu de Mourinho, à l’image de Paul Pogba (voir plus bas).

Tottenham et Burnley se réveillent 

Manchester City, Arsenal et Tottenham, les trois dernières équipes du top 6 que l’on n’a pas évoquées, se sont toutes les trois imposées. Trois victoires différentes quant à la manière mais aussi quant à l’adversité. Manchester City, à seulement deux points du leader, s’est complètement baladé et a dominé outrageusement (0-5) un Cardiff City qui semble destiné à la Championship. L’occasion pour Riyad Mahrez de marquer ses deux premiers buts sous ses nouvelles couleurs. Les Gunners confirment eux une quatrième victoire consécutive, acquise en deuxième période (2-0) face à Everton, grâce notamment à un Lacazette encore excellent. Arsenal empoche donc les points à défaut d’être encore totalement brillant dans le jeu. Everton, globalement auteur d’un bon match, pourra nourrir des regrets sur son manque de réalisme offensif et défensif. L’équipe de Marco Silva n’est pour le moment pas à la hauteur des attentes légitimes de ses supporters, et ça gronde de plus en plus au bord de la Mersey. À suivre.

Dans le cadre du débriefing de cette sixième journée, il convenait aussi de se pencher plus particulièrement sur la victoire des Spurs. Toujours poussifs dans le jeu, les hommes de Mauricio Pochettino retrouvent, et c’est la chose à retenir, le succès après deux défaites consécutives en championnat. Une victoire (1-2) certes, mais plus difficile qu’il n’y paraît avec la belle deuxième mi-temps de Brighton qui peut nourrir des regrets quant à son manque d’opportunisme. Dès l’entame, les Spurs tiennent le ballon. Brighton se recroqueville dans sa partie de terrain et peine à ressortir proprement. Le match est assez fermé. Les Spurs, peu mis en danger, maîtrisent mais ne se procurent pas pour autant une multitude d’occasions. Il faut attendre un corner et une tête de Toby Alderweireld repoussée par le portier de Brighton pour assister à la première grosse occasion de Tottenham. Par la suite, les Spurs peinent à se créer des occasions et il faudra finalement un pénalty transformé par Kane pour voir Tottenham ouvrir le score juste avant la mi-temps. La deuxième période offre une physionomie différente. Brighton se place plus haut, presse et se montre plus agressif. Les Seagulls ont de grosses situations en contres attaques mais ne parviennent pas à égaliser, la faute à une maladresse criante de ses attaquants. Tottenham baisse physiquement comme lors de ses précédentes rencontres et à l’heure de jeu une égalisation semble se rapprocher. Mais contrairement à leurs adversaires les Spurs sont réalistes. Sur un contre, Lamela double la mise. Son quatrième but en 98 minutes jouées cette saison. Brighton qui peut s’en vouloir réduira le score dans le temps additionnel. Trop tard, Tottenham peut respirer.

Première victoire en Premier League cette saison pour Burnley (Source : Lancashire Telegraph)

Ce week-end fut aussi marqué par le réveil de Burnley qui a vécu son premier succès de la saison (4-0) face à un Bournemouth pourtant excellent depuis l’entame de la saison et cinquième au classement avant cette sixième journée. Dès le début du match, la physionomie est claire et ne changera pas réellement au cours de la rencontre.

Bournemouth monopolise le ballon dans la partie de terrain adverse et souhaite construire ses attaques. Les Cherries se procurent même de bonnes situations mais ne sont pas réalistes. Burnley, très agressif, agit en contres attaques et par des coups de pieds arrêtés. Les Clarets font preuve d’un réalisme monstrueux, inscrivant quatre buts globalement similaires (débordement, centre, reprise) sur cinq tirs cadrés dans deux temps forts du match (39ème et 41ème min pour les deux premiers buts/83 et 86ème pour les deux seconds). 4-0, un score assez sévère selon le coach de Bournemouth, Eddie Howe : “Je ne pense pas que le score final reflète le match, mais le football est comme ça parfois”.

Toujours est-il que Burnley ne crachera pas sur ses trois points. Bien que le score soit certainement un peu rude, le réalisme fait partie intégrante du football et Burnley mérite son succès. Cette première victoire de la saison permet aux Clarets de sortir de la zone rouge où figure désormais Newcastle, Cardiff et Huddersfield. Trois équipes à seulement deux points et en grandes difficultés dans le jeu, malgré, il faut le préciser, un calendrier difficile depuis le début de saison pour toutes ces formations. Mais les effectifs de ces équipes pourraient rapidement devenir un frein rédhibitoire pour se maintenir. 

Résultats et classement

Les résultats de la sixième journée (Source : Premier League)
Et le classement  (Via @ActuFoot_ sur Twitter)

Le joueur et le but de la semaine

L’homme de la semaine vous surprendra peut être, mais quand on suit la Premier League, on s’aperçoit que ce ne sont pas forcément les joueurs du top Six qui crèvent l’écran. Alors que Riyad Mahrez aurait très certainement mérité ce titre, God Save The Foot décide finalement de nommer Ashley Barnes joueur de la semaine pour la première fois. L’anglais de 28 ans a en effet permis à son équipe (Burnley) de décrocher son premier succès de la saison, grâce à un doublé face à Bournemouth, le premier de sa carrière en plus de 100 matchs !

Critiqué après une performance moyenne en Champions League cette semaine face à l’Olympique Lyonnais, l’allemand Ilkay Gundogan était reconduit par Pep Guardiola dans le milieu de Manchester City à Cardiff ce samedi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’est bien rattrapé. Auteur d’une performance complète, le Citizen nous gratifie en bonus d’un magnifique but, celui du week-end en Premier League.

La décla’ de la semaine 

Cette semaine, c’est Paul Pogba qui est auteur de la déclaration de la semaine. Ce dernier ne cache plus son mécontentement face au plan de jeu de son entraîneur José Mourinho. Symbole d’un malaise palpable entre le coach portugais et une partie de son groupe, du début de saison raté de Manchester United et de l’atmosphère pesante autour du club.

La déclaration de Paul Pogba relayée par @MUnitedFrance sur Twitter. 

L’auteur

Célestin

Célestin

Célestin pour les uns, Hazpi pour les siens. Par filiation paternelle, fan d'un club bleu de l'ouest londonien instable (donc drôle et attachant) en conflit avec le gouvernement anglais. Habitué du Bridge depuis l'adolescence et bercé par les Lampard, Terry et Drogba, je cherche désormais à ne pas faire d'AVC à chaque contrôle de Bakayoko.