Day-Brief

Premier League – Episode 31 : Le dérèglement du calendrier (et de la météo)

Tu t’en souviens ? Quand tu étais privé de classe de neige en CE2 parce que tu n’étais pas un bon élève ? Là c’est pareil, ceux qui sont encore en lice jouent la Cup pendant que les autres sont dans la monotonie du championnat. On a tout de même eu des 20/20 en Premier League ce week-end, suivez-nous on va vous raconter tout cela.

Résumé de la journée

Un Liverpool n’a fait qu’une bouchée de Watford avec le quadruplé de Mohamed Salah, Bournemouth enfonce un peu plus West Brom vers la relégation, Crystal Palace se donne un peu d’air après sa victoire sur Huddersfield Town et Everton qui semble avoir trouvé en Cenk Tosun son buteur après ce doublé contre Stoke City qui pourrait accompagner les Baggies si rien n’est fait d’ici la fin de la saison.

La question du niveau des clubs de seconde moitié de tableau

Il y a une question sur le niveau des clubs de seconde partie de tableau que nous devons poser. Jusqu’à la saison 2015-16,  on avait pour habitude de voir un seul promu sur 3 qui parvenait à se maintenir en Premier League, témoignant de l’écart de niveau entre la Premier League et la Championship. Cette saison, Brighton (à 6 points de la zone de relégation) Newcastle (4 points) et Huddersfield (3 points avec 1 match en plus) sont tous sur la voie du maintien, chose qui semblait impensable auparavant tant par la différence en termes de qualité technique et d’expérience qui séparait le 1er de Championship et les derniers de Premier League. À titre de comparaison, on peut prendre les saisons 2009-10 et 2016-17 où Newcastle avait réussi à terminer champion et parvenir à retrouver la Premier League juste après sa relégation. Chose également notable, la saison dernière seul Newcastle avait réussi à faire l’exploit de rebondir en D1, cette saison Middlesbrough est le seul relégable pouvant espérer une place en play-offs. Ajoutons à cela la possible seconde relégation successive pour Sunderland après une première descente en D2 au terme de la saison précédente. Le football semble -encore- être un miroir concentrique de nos sociétés occidentales, avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres au détriment de clubs de « classe moyenne » qui se font de plus en plus rare. Il faut s’alarmer, parce que la compétitivité d’un championnat est aussi définie par le niveau de ses clubs de bas de tableau.

Mo Salah, grand Pharaon d’Angleterre

4 buts et 1 passe décisive pour Mohamed Salah lors de cette rencontre face à Watford où la neige s’est également invitée. Les superlatifs manquent dès lors qu’on parle de l’attaquant égyptien actuel meilleur buteur de Premier League et du Big Five européen avec 28 réalisations, devant Léo Messi, Harry Kane, Ciro Immobile ou encore Edinson Cavani. La comparaison s’arrête ici, les attaquants cités évoluent tous dans une position axiale alors que Mo Salah est un ailier qui repique dans l’axe, soit pour frapper, soit pour proposer des solutions. L’idée qu’un « attaquant excentré » ou ailier soit meilleur buteur de la saison en dit long sur la teneur de ses performances, si on a autant de mal à le qualifier et lui donner un poste c’est par ce caractère non-conventionnel qu’il a, il a des mouvements avec ou sans ballon qui n’ont de comparable avec un joueur de football « formaté » c’est en cela qu’il est exceptionnel. Un peu d’histoire, Mo Salah est devenu le 4ème Reds à inscrire un quadruplé dans un match de Premier League après Robbie Fowler, Michael Owen et Luis Suarez, il est entré dans le panthéon du Kop et n’en ressortir pas de sitôt. Pour le reste de l’équipe, on notera la madjer de Bobby Firmino et le positionnement de Sadio Mané qui prouve qu’il n’est pas qu’un ailier « tout droit » et qu’il a tendance à permuter et à se recentrer dans l’axe dans une position reculée. L’attaquant sénégalais est l’auteur de 2 passes décisives dans ce match et a été à l’origine de nombreuses actions en lançant très justement ses coéquipiers. On a adoré voir l’emprise qu’avait Liverpool sur ce match et surtout au milieu de terrain par l’aisance technique du trio Wijnaldum-Henderson-Can, malgré un match moyen de ce dernier, face à un milieu Doucouré-Capoue qui était à la ramasse. On pourra se demande pourquoi Javi Gracia ne prend pas la décision d’enlever Etienne Capoue pour le remplacer par Will Hughes (entré en cours de jeu à place de Richarlison) qui dispose d’un bagage technique nécessaire pour évoluer au coeur du jeu et réussir à se défaire d’un milieu très resserré entre les 3 en phase défensive comme celui de Liverpool. Cela n’enlève rien à la perfomance de Salah et de Liverpool, ce jour-la le Pharaon faisait justice dans la Mersey.

Un coup d’oeil sur la FA Cup

Les 3 clubs anglais recalés de la Ligue des Champions (Chelsea, Man Utd et Tottenham) seront en demi-finale de Cup ayant comme objectif de la remporter. Manchester United n’a pas eu besoin de forcer face à Brighton (2-0) grâce à un formidable Nemanja Matic auteur d’un but et d’un service pour la tête de Romelu Lukaku tout comme Tottenham (3-0). Les Spurs au Pays de Galles se sont retrouvés face à des joueurs de Swansea découragés dès l’ouverture du score de Christian Eriksen -qui est allé de son doublé-, laissant aux visiteurs le privilège d’expérimenter leur nouvelle formation en 4-3-3. Chelsea a longuement bataillé au King Power Stadium face à Leicester (2-1 après prolongations) grâce au coup de tête victorieux de Pedro, qu’on ne voyait plus à son avantage depuis quelques semaines. Le dernier qualifié est Southampton qui s’est payé le dernier représentant de Football League, celui qui a éliminé Man City lors du tour précédent : le Wigan Athletic de Will Grigg. Les Saints ont longtemps douté dans le match avant de s’offrir la victoire pour la première de Mark Hughes à la tête du club du Sud de l’Angleterre.

Le but de la journée

Le coup-franc de Junior Stanislas pour Bournemouth, on vous laisse apprécier.

L’homme de la journée : Cenk Tosun (parce qu’on a déjà parlé de Mo Salah)

Arrivé du Besiktas pour 25M€ à Everton lors du dernier mercato hivernal, les Toffees ont trouvé en Cenk Tosun le buteur qui a comblé le vide laissé par Romelu Lukaku qui semblait promis à Sandro Ramirez qui peine à s’adapter au football anglais. L’adaptation, parlons-en, il a fallu à Cenk Tosun 5 matchs pour ouvrir son compteur sous ses nouvelles couleurs, pas une éternité quand on sait à quel point c’est difficile pour un attaquant étranger de s’adapter au championnat anglais. On avait déjà vu de belles choses de la part du milli de 26 ans lorsqu’il prenait ses marques, une volonté d’être constamment disponible pour ses partenaires et aussi pour participer avec cette belle mirette lorsqu’il s’agit de la mettre au fond, on est loin de l’attaquant de surface. Les Toffees l’ont vu à l’oeuvre samedi dernier lors de la rencontre qui opposait leur équipe à celle de Stoke City par un doublé mérité au vu de sa prestation avec les qualités évoquées plus haut. Auteur de 2 buts en 2 matchs auparavant, ce doublé porte son total de buts à 4 (pour 7 matchs de Premier League) l’adaptation semble complète et on espère voir ce qu’il pourrait donner sur une saison complète la saison prochaine. L’attaquant turc pourrait être également le premier joueur turc à briller en Angleterre en dix ans, mais on parlera de l’historique des milli en Premier League dans un autre article.

La décla’ de la journée

José Mourinho ne mâche pas ses mots lorsqu’il parle de Luke Shaw, c’est déroutant d’entendre un entraîneur tenir ces propos vis-à-vis d’un de ses joueurs. Mais venant du Special One, pas sûr que ce soit dit sans arrière pensée, sans volonté de piquer le joueur afin qu’il progresse. D’ailleurs ce n’est pas la première fois que Mourinho tient de tel propos sur LuKk Shaw…

Article précédent

Ligue Europa : Acte 2 - Scène 2

Article suivant

Le cas Evra

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *