Day-Brief

Premier League – Épisode 2 : des chantiers et des certitudes

Après un retour en grâce du championnat, certaines équipes confirment un niveau à la hauteur de leur ambition, d’autres se cherchent encore. Le temps est à l’ajustement, aux choix pour ne pas en perdre davantage. Retour sur les faits marquants de la deuxième journée de Premier League.

Un derby au nouveau visage

Chelsea recevait Arsenal dans un derby de Londres aux enjeux multiples. La confirmation pour les Blues, la réaction pour les Gunners, au-delà des points à gagner la manière était essentielle. Sarri avait réussi sa première la semaine passée par une victoire franche contre Huddersfield (3-0), où le style de jeu qui lui est propre s’imposait déjà. L’opposant du jour, Unai Emery, a la lourde responsabilité de prendre la succession d’Arsène Wenger et d’imposer par la même sa vision du jeu avec un effectif plutôt limité qualitativement. En bref, cette confrontation devait confirmer les changements radicaux d’un côté comme de l’autre, et ainsi en connaître leur réussite.

Une bataille tactique était attendue, et nous n’avons pas été déçus. Le pressing haut des Gunners a été mis à rude épreuve par le jeu rapide des Blues. D’un côté comme de l’autre, les occasions se multiplient et les espaces se trouvent facilement. Les défenses sont à l’agonie, très loin du niveau attendu par les deux managers. C’est bien Chelsea qui parvient à ouvrir le score par Pedro dès la neuvième minute, avant qu’Alavaro Morata n’enfonce le clou à la vingtième minute après un raté monumental d’Aubameyang côté Arsenal. À ce moment, les espoirs des supporters du nord de Londres sont vites trahis, mais c’était sans compter sur des Gunners revanchards et pleins d’opportunisme. En l’espace de cinq minutes, Mkhitaryan et Iwobi parviennent à réduire le score puis à égaliser avant la pause. Ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les quinze dernières minutes de Chelsea ont été catastrophiques, selon les dires du manager Maurizio Sarri. Les Gunners auraient pu rentrer aux vestiaires avec un score assez large s’ils n’avaient pas été aussi peu réalistes devant les cages de Kepa.

La deuxième période est quasi-totalement dominée par les Blues qui gardent le ballon et se créent les plus franches occasions. Un Mesut Ozil hors de forme (une nouvelle fois) ne permet pas à ses coéquipiers de contrer un adversaire pressant. L’entrée d’Hazard permet aux siens de s’imposer grâce au but de Marcos Alonso dans les dix dernières minutes. Score final, 3-2, finalement une victoire méritée pour Chelsea qui se transforme en termes d’identité de jeu. Sarri a imposé sa patte, Emery aussi. Malgré la défaite, Arsenal présente de belles choses (pressing, construction du jeu, implication) et tentera d’y apporter des résultats positifs dans les prochaines journées. Le temps est encore à la construction du côté de l’Emirates.

Manchester City supérieur, Manchester United inférieur

Aguero un peu plus dans la légende : 9ème hat-tricks pour le buteur historique de Man City. (crédit : premierleague.com)

Unai Emery avait croisé le chemin de Pep Guardiola pour le compte de la première journée, et on avait déjà vu une allure de champion. Manchester City a pour objectif de continuer sur les mêmes bases que la saison dernière, à savoir assoir sa suprématie à chaque match. Ce fût le cas contre les Gunners, ce fût également le cas contre Huddersfield lors de la deuxième journée. Un score fleuve (6-1), un triplé d’Aguero et une défense d’Huddersfield complètement à l’agonie. Guardiola et son numéro 2 Arteta ont déjà réussi la reprise de la saison avec une solidité défensive et offensive très satisfaisante. Avec la base de joueurs similaire à l’an passé et l’ajout de Mahrez, City fait déjà figure de favori.

De Gea battu à trois reprises contre Brighton. Un déception pour les Red Devils. (crédit : premierleague.com)

Le ciel est bien bleu à Manchester et bien loin d’être rouge, puisque Manchester United fait pâle figure lors de cette deuxième journée de championnat. À Brighton, la tâche paraissait compliquée pour Man Utd. Oui, il est vrai que sur le papier les Mancuniens partaient favoris, mais force est de constater que Brighton & Hove Albion a les capacités d’étonner.

Après un recrutement de qualités, les Seagulls ont beaucoup d’ambition en Premier League. Quoi de mieux que de battre les dauphins de la saison dernière ? Les Red Devils sont passés à côté de leur match, et comme l’avoue Paul Pogba, l’équipe adverse s’est mieux préparée : “Ce qui s’est passé aujourd’hui, c’est qu’on a perdu. Depuis le début, on ne méritait pas de gagner. Nous avons joué contre une petite équipe, mais l’attitude dont nous avons fait preuve ne donnait pas l’impression qu’on voulait les battre. Je parle principalement de moi, mon attitude n’était pas bonne.” Score final, un 3-2 mérité pour Brighton qui a fait preuve d’envie et d’agressivité, face à un Man Utd passif et à côté de ses chaussures.

Bournemouth et Watford à l’heure, Fulham et West Ham en retard

On vous laisse commenter cette belle image … (crédit : premierleague.com) 

À Turf Moore, Burnley affrontait Watford, ce club dont on attend des résultats à la hauteur de l’ambition portée par le board. Dans un match qui paraissait serré sur le papier, les hommes de Javier Gracia prennent très rapidement l’ascendant sur le match en ouvrant le score dès la troisième minute par Gray, avant que Tarkowski n’égalise trois minutes plus tard. Un match qui commence sur les chapeaux de roue, et une reprise après la mi-temps qui va de plus belle. Mais c’est bien Watford qui va s’imposer grâce à Deeney (48′) et Hughes (51′). 6/6, contrat rempli et début de saison parfait.

Dans le même temps, Bournemouth commence également sur de bonnes bases, puisque les hommes d’Eddie Howe font le plein contre West Ham, pourtant favori du match sur le papier. Les Hammers déçoivent en ce début de saison malgré un recrutement XXL et l’arrivée de Pellegrini, les Cherries en profitent pour s’imposer dans cette confrontation 2-1 à l’heure de jeu grâce à Wilson et Cook.

La star du mercato, Fulham, s’engage dans le championnat avec beaucoup d’ambition après un retour en grâce depuis la Championship. Après la désillusion contre Crystal palace (0-2), le club de l’illustre Gordon Davies devait faire face à Tottenham. Dans ce match, le milieu à 3 des visiteurs a causé énormément de problèmes aux Spurs, ces derniers ayant du mal à passer dans l’axe et devait donc jouer le ballon sur les côtés avec Davies et Trippier pas au niveau. Le milieu Eriksen-Dier fût décevant et globalement l’effectif paraissait emprunté. Ce qui a fait la différence c’est l’entrée de Dembele à la place de Davidson Sanchez (63’) pour passer à 4 défenseurs et un milieu un peu plus étoffé. Ainsi, le jeu axial et l’alternance avec les ailiers Lucas puis Lamela changèrent la donne. À partir du but de Trippier (74′) puis Kane (77′) les Cottagers ont lâché et n’ont pas pu remonter la pente. Score final, 3-1 et Harry Kane enfin buteur au mois d’août.

Résultats et Classement

Résultats de la 2ème journée (via @PremierLeague)
Classement à l’issue de la 2ème journée (via @ActuFoot_)

L’homme et le but de la journée

Sergio Aguero est véritablement l’homme de la journée avec son triplé face à Huddersfield. Il entre un peu plus dans l’histoire puisqu’il devient le dauphin d’Alan Shearer en nombre de hat-tricks (9 contre 11).

Aguero est également celui qui hérite de notre choix pour le but de la journée avec sa première réalisation magnifique, sur une assist de … Ederson.

La décla’ de la semaine

Qui d’autre que Mourinho ? L’entraîneur portugais répond à une question au sujet du documentaire sorti il y a peu sur le sacre de Man City.

Ma réaction est que si vous êtes un club riche, vous pouvez acheter des joueurs de haut niveau, vous ne pouvez pas acheter de la classe. C’est ma première réaction.

La deuxième réaction est que, parce que je suis dans le film, je pourrais demander des royalties. Mais s’ils m’envoient un des T-shirts qu’ils avaient dans le tunnel, ceux qui disaient ‘Nous l’avons fait le jour du derby’, je renonce aux royalties.

Vous savez, un film sans moi ne se vend pas beaucoup. Il fallait que je sois dedans.

– Mourinho – 19 août 2018

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.