Day-Brief

Premier League – Episode 18 : la magie de Nöel

Pas de day-brief depuis quelques semaines de notre part, et comme par enchantement on revient pile au moment de la période des fêtes. Grâce à la magie de Noël vous avez vu que du feu et on est de retour pour vous raconter ce qu’on a vu en Premier League.

Liverpool seul au sommet, City cale encore

Un Noël Red

Liverpool demeure la seule équipe invaincue en Premier League cette saison. Les Reds, contrairement à la saison dernière, pratiquent un football un peu moins heavy metal et beaucoup plus calme, un peu trop parfois.

Cela s’est retrouvé lors du déplacement à Wolverhampton vendredi soir, la formation de la Mersey a joué un football à l’économie, laissant pléthores d’occasions aux locaux, mais sans donner l’impression d’être réellement inquiétée, surtout après avoir ouvert le score par le biais de Mo Salah peu après le quart d’heure de jeu. Le reste du match n’est pas très intéressant, et c’est peut-être cela le Liverpool de cette saison, celui qui en fera un prétendant au titre, voire plus si affinités.

Peu de choses à rajouter en dehors du but de Virgil van Dijk où il double la mise sur un très beau geste d’attaquant, vraiment, c’était un vendredi soir pas très funky. Qu’importe, Liverpool est désormais seul leader à Noël, chose assurée par la déroute du principal concurrent.

Man City privé de cadeaux, offre le sien aux Reds

Les Citizens ont été méconnaissables lors de la plus grande partie de la rencontre, non seulement à cause de l’absence de quelques cadres blessés ou au repos, mais parce que les hommes de Guardiola ont manqué d’imagination et de créativité.

BOOM ! (Photo : @CPFC)

Avec des Eagles bons de chaque côté du terrain, ces derniers ont d’ailleurs cadré 3 fois en autant de buts, avec un bijou d’Andros Townsend dont les fans de Palace se souviendront longtemps. La hargne des aigles leur ont permis de s’éviter de concéder davantage de buts, aidés par les absences de David Silva et d’un Kevin De Bruyne remplaçant et pas assez affuté pour les déplumer. Ces deux joueurs étaient d’ailleurs la raison pour laquelle les Mancuniens ont manqué d’idées tout au long de la partie.

Défaite logique 3-2 à l’Etihad, le penalty évitable concédé par Kyle Walker ou le but de l’égalisation manqué en toute fin de partie pour Gabriel Jesus sont autant de cadeaux donnés à Palace ou à Liverpool. De toutes façons le Père Noël s’habille en rouge…

La bataille pour l’Europe

Trois places pour deux londoniens

Loin sous les cieux et plus au Sud, les clubs londoniens tentent tant bien que mal de poursuivre les deux du Nord.

Arsenal rêvé pour l’hiver

À l’Emirates c’était difficile d’ignorer le retour de Mesut Özil lors de la réception de Burnley. Ce dernier jouissant de sa première titularisation en championnat depuis le 11 novembre. Emery a tenté de le responsabiliser en lui offrant le brassard de capitaine… et c’est une réussite. D’abord secoué physiquement par le jeu physique des Clarets, il a ensuite monté en régime et délivré plusieurs caviars en diktant le tempo du match, et en étant impliqué sur le doublé d’Aubam’, meilleur buteur du championnat.

Victoire plutôt tranquille même si on a cru voir les hommes de Sean Dyche revenir dans le match lors de la réduction du score peu avant l’heure de jeu. C’était important pour les Gunners de gagner ce soir-là, surtout après 2 défaites importantes. Avoir un Mesut Özil de retour et en forme est aussi une réjouissance, d’autant plus qu’on a appris qu’Henrikh Mhkitaryan serait absence pour 6 semaines.

Chelsea perd des points précieux

Il y a 15 ans en Italie , j’ai engagé un psychologue du sport mais les clubs n’étaient pas prêts, a déclaré Maurizio Sarri après la défaite de son équipe face à Leicester (0-1) en ajoutant, est-ce qu’on peut en parler, pourquoi pas ? Face à Leicester nous avons été bons pendant 55 minutes, et ensuite, deux minutes après le but on était mal en point. Ce n’était pas qu’une question physique.

L’étrange Noël de David Luiz. (Photo : Clive Rose/Getty Images)

A la fin de la rencontre, on a vu un Claude Puel poing en l’air, non pas parce que Leicester n’avait pas gagné au Bridge depuis l’an 2000 mais pour taire les critiques qui commencent à se faire entendre. C’est une victoire logique tant les joueurs de Leicester ont été disciplinés en défense et bons en contre-attaques, c’était presque un rappel des plus belles heures de la saison du titre.
En contraste, Chelsea semble encore se chercher. Comme l’a constaté le coach italien, les Blues ont semblé perdre tous les plans de jeu et ce malgré les deux poteaux d’Hazard puis d’Alonso en fin de partie. Le principal défaut qu’on a remarqué est le manque d’un point focal en attaque avec un Hazard positionné en shadow striker (faux neuf) trop peu impliqué dans le jeu. Aucun doute que Sarri va rapidement trouver une solution pour rebondir très rapidement, il le faut, le prochain match arrive très rapidement.

Les Spurs régalent !

Malgré les spéculations autour du départ de Mauricio Pochettino pour Manchester United en fin de saison, les Spurs ne semblent pas douter. Après avoir éliminé Arsenal en League Cup à l’Emirates mercredi, ils se rendaient à Everton pour une victoire folle (6-2).

Here comes the Son…

L’ouverture du score de Theo Walcott pour Everton n’a pas empêché les Spurs de déployer leur jeu, ces derniers ne semblent plus douter lorsque cela se produit. Menés par un Son aussi excellent avec et sans ballon, tellement que Goodison Park lui a réservé une standing ovation en fin de partie, créant des dysfonctionnement dans le pressing adverse et en proposant du mouvement. Tottenham a joué son match à fond et l’égalisation a succédé à une farandole de buts de la part du quatuor offensif (Kane x2, Son x2, Alli et Eriksen) face à des Toffes qui n’ont su répondre que par le coup de pied de soie de Sigurdsson…

Everton prolonge sa série de 5 matchs sans victoire mais reste dans le coup pour l’Europe. Cette défaite affligeante pourrait permettre de changer les choses dans la tête de Marco Silva. Tottenham enchaîne avec une 4ème victoire en autant de matchs et se rapproche de City à 2 points. L’équipe du Nord de Londres n’est peut-être pas candidat au titre mais peut espérer l’être en maintenant cette forme.

L’armée d’abeilles progresse

Lorsque Manuel Pellegrini était entraîneur à Villareal, Javi Gracia était l’entraîneur de l’équipe des jeunes, plus d’une décennie plus tard ces deux entraîneurs se retrouvent lors d’un match de Premier League.

Comme le hasard fait bien les choses, les deux entraîneurs comptabilisaient le même nombre de points, Watford donnant l’impression d’être davantage en marche bien que West Ham était sur une série de 4 victoires en autant de rencontres. Cela s’est vérifié lors de ce match avec des Hammers qui ont enchaîné les occasions manquées du début à la fin du match, du tir manqué de Chicharito à la 3ème minute jusqu’à l’immanquable d’Antonio peu avant le coup de sifflet final. Les Hornets ne se sont pas contentés de défendre, ces derniers se sont appuyés sur un duo Deulofeu – Pereyra dans des combinaisons astucieuses. Ce dernier provoque même un penalty concédé par Balbuena et transformé par Deeney. Le deuxième but des visiteurs viendra de Deulofeu sur un contre en fin de match.

On espère qu’il ne drague pas comme ça… (Photo : premierleague.com)

Victoire 2-0, Watford peut espérer atteindre l’Europe en fin de saison, 30 ans après sa dernière participation, pour cela il faudra être régulier et ne pas plonger en seconde partie de saison comme cette équipe l’a souvent fait.

Glory, Glory, Man United

A Manchester United les symboles ont toujours un sens. Pour la première de l’intérimaire Ole Gunnar Solskjær à Man Utd, les Red Devils ont inscrit 5 buts face à Cardiff City, une première depuis… l’ultime match de la carrière d’entraîneur d’Alex Ferguson en 2013 (5-5 contre WBA).

Excellent match de la part de Manchester United qui a dominé le match dans sa globalité, tentant de produire du beau jeu avec comme pinacle l’action conclue par Martial pour le 3-1. Le retour de Pogba s’est fait ressentir, en plus de son envie de bien faire, il a participé au jeu en étant impliqué dans 3 buts. On a aussi eu droit à un doublé de l’homme dont ses célébrations sont plus importantes que ses buts, Jesse Lingard.

Il faut l’avouer, Man Utd a eu de la chance de tomber sur un Cardiff City qui a défendu comme un “club du dimanche” selon les propos de Neil Warnock. On ne va pas parler de renaissance, mais certains joueurs ont paru libérés par le départ de José Mourinho.

Nul doute qu’on devra attendre avant de pouvoir voir ce que l’ex-Super Sub’ a dans le ventre. Cela tombe bien, il affrontera Tottenham lors de la 22ème journée l’année prochaine et aura quelques matchs pour se préparer à ce premier choc. Avant cela, il y a un premier match à Old Trafford à jouer qui s’annonce riche en émotions.

La lutte pour la survie

Hassenhüttl, il va falloir s’habituer à le prononcer (et à l’écrire)

L’entraîneur allemand Ralph Hassenhüttl arrivé au début du mois à Southampton disputait son 3ème match à la tête des Saints face à Huddersfield, dirigée par un autre germanophone, David Wagner.

Le match a été une belle réussite, profitant des largesses défensives des pensionnaires du John Smith Stadium et en ouvrant le score grâce à un joli but de Nathan Redmond au quart d’heure de jeu. On a retrouvé la capacité à perforer les lignes comme on a vu face à Arsenal la semaine dernière, en proposant un jeu léché en une touche de balle. En face, les Terriers n’ont pas réussi à concrétiser leurs occasions, surtout en première période.

Le chant de Noël de l’année 2018 !

Jolie victoire pour Southampton qui enchaîne pour la première fois depuis avril dernier, leur permettant de se retrouver à 4 longueurs de la zone rouge. Huddersfield demeure dans la zone rouge à 4 points du 17ème, ça sent mauvais…

Le match nul (Newcastle 0-0 Fulham)

Rafa Benitez contre Claudio Ranieri, il y a un peu plus d’une décennie cette rencontre était un sommet, aujourd’hui c’est le match de la peur entre deux formations en difficulté. Le premier fait avec ce qu’il peut malgré un propriétaire absent, le second est arrivé pour tenter de sauver Fulham d’un retour en Championship.

On a vu un match bien triste, Newcastle n’a cadré aucun tir en plus de ne produire que très peu d’occasions, ce n’était pas mieux en face. 0-0 logique entre deux formations craintives, rien à retenir de cette partie. Peut-être le premier clean sheet pour Fulham en Premier League ou que le Père Noël doit ramener des recrues du côté du Nord de l’Angleterre.

Le joueur de la semaine

Retenez ce nom.

Le but de la semaine

Du football à Man Utd, c’est beau.

La décla de la semaine

On vous laisse apprécier…
Article précédent

John McGinn, chien de garde des Villans

Article suivant

Premier League - Episode 19 : un Boxing Day royal

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.