Day-Brief

Premier League – Episode 16 : Félicitations à Man City, champion de la saison 2017-2018 !

Cet épisode de la Premier League, le 16ème de la saison 2017-2018 nous a donné 3 derbys. Un à Londres en guise d’apéritif samedi après-midi avant de nous offrir le plat principal : un Derby du Merseyside et un Derby de Manchester. Succulent sucré-salé, on en pas laissé une miette. À table !

Résumé de la journée

Le leader prend le large, le « Big Six » se confirme et le classement se resserre dans le ventre mou. Man City remporte la bataille de Manchester après le match nul entre Liverpool et Everton. Chelsea se fait surprendre par West Ham quand Tottenham déroule face à Stoke City. Pour Arsenal… C’est le Supersub Giroud qui vient sauver le point face à Southampton. Et puis osons-le, Burnley renoue avec la victoire face à  et colle à l’arrière-train de Tottenham.

Harry Kane Stoke City
50ème but de l’année 2017 pour Harry Kane ! (Source : premierleague.com)

Le symboles du milieu de tableau est la victoire de Huddersfield sur Brighton où dans le même temps la bande à Vardy venait gâcher l’anniversaire de Newcastle en repassant devant Watford. Everton conserve sa 10ème place et Bournemouth repasse devant Stoke City.

Tout en bas du classement, Swansea emporte une victoire précieuse pour le maintien sur un concurrent direct West Brom, tout comme West Ham qui s’offre 3 points alors que Newcastle en perd pour son anniversaire on l’a dit et se retrouve dans une position plus que délicate. La lanterne rouge, Crystal Palace s’offre un nul inespéré face à Bournemouth. Justement, les Cherries pointent à la 14ème place à 3 points du premier relégable West Ham, c’est un bas de tableau très homogène.

Résultats

Premier League 16ème journée
Résultats de la 16ème journée. (Source : premierleague.com)

Classement

Deux Manchester, deux couleurs, deux styles de jeu, MADCHESTER

Man City
Un air de champion… (Source : @MCIFrance)

Pep contre Mou, un duel d’entraîneurs qui nous rappelle les plus belles heures du Classico entre le Real et le Barça, duel qui s’est délocalisé en Angleterre, dans le Nord-Ouest, à Manchester. Un derby attendu par tous pour clôturer cette journée, City qui voulait remporter une 14ème victoire consécutive en Premier League, synonyme de record face à United qui reste invaincu à Old Trafford depuis le 10 septembre 2016… défaite 2-1 face à City ! Et l’histoire adore se répéter, puisque c’est encore sur ce score que les visiteurs se sont imposés au terme d’une bataille tactique passionnante (légèrement stéréotypée) entre un football basé sur la possession de Pep et un jeu défensif en contre de Mou.

Mais cette fois encore, Guardiola nous montre qu’il ne peut plus perdre quand il joue son jeu, peu importe ses joueurs, les Red Devils n’ont pas réussi à défendre de manière efficace, notamment sur les deux buts venant de deux errements défensifs des hommes de Mourinho (tout comme le but de Rashford est offert par une erreur d’appréciation de la balle par Otamendi). Jouer en contre de manière efficace, c’est peut-être ce que Mourinho n’arrive pas à comprendre, jouer en contre nécessite une mentalité et des joueurs prêts à tout pour souffrir et s’abandonner pendant 90 minutes, de plus la phase de transition entre la récupération et le passage à la phase offensive était beaucoup trop long à cause de l’inertie des Red Devils. Le manque de mouvement laissait les triangles des Citizens passer trop facilement entre les lignes et à faire la différence. Plus qu’un match perdu, c’est une bataille perdu et c’est une tactique qu’il faut revoir et dans l’éternel combat entre le football offensif et le football défensif -oui désolé ça fait très noir et blanc, mais c’est bientôt la sortie de l’Episode 8 de Star Wars !- cette fois-ci, Guardiola a gagné, c’est au tour du portugais de se réinventer.

Derby du Merseyside ou grandeur et décadence de Jürgen Klopp

Mo Salah Everton
Le Pharaon du Merseyside nous a encore honoré de sa présence. (Source : @premierleague.com)

Disons-le tout de suite, ne pas faire jouer son fabuleux quatuor (Mané et Salah titulaires, Coutinho et Firmino remplaçants) était une volonté d’avoir une équipe équilibré, du moins c’est ce que devait penser Jürgen Klopp quand il voit que l’entraîneur du voisin rival n’est nul autre que Big Sam… Le roi des bus d’Angleterre. Dans le jeu c’est réussi, les Toffees ont été asphyxiés tout au long de la partie, les occasions se sont multipliées mais il manquait de poids en attaque, celui qui a permis aux Reds de s’imposer 7-0 face au Spartak Moscou durant la semaine. Cependant les excuses n’ont pas lieu d’être quand on a fait un match parfait sauf dans la finition et le dernier geste.

Jeu très haut, jeu en une touche de balle, mouvement de pendule, jeu large, passes dans l’interval, etc… Dans le jeu, les Toffees ont pris la totale, mais contrairement au match face au Spartak où les Reds étaient tous dans le bon rythme, la symphonie ne fonctionnait pas quand ce n’est pas un soliste qui manquait sa partition, à l’image de de Sadio Mané, peu de temps avant la pause et tout proche de doublé le score de son équipe et qui, au lieu de délivrer une passe décisive, préfère tenter le un-contre-un contre Pickford. Mais ce qui est le plus chagrinant c’est que l’égalisation d’Everton était prévisible, parce qu’à part le golazo du Pharaon, les Reds n’ont pas marqué d’avantage de buts. Et vous voyez le scénario du « je domine mais je n’arrive pas à marquer » et bien il a encore fonctionné, typique de Liverpool même : un obscure défenseur croate (qu’on ne nomme plus) fait une faute débile sur Calvert-Lewin et peno tranformé par Rooney. 1-1 score injuste mais logique pour les Reds, qui ne profitent pas vraiment des défaites de Chelsea et de Man Utd. Les hommes de Sam Allardyce, eux, peuvent s’estimer chanceux de s’en sortir aussi bien de ce derby.

Claude Puel, fuel de Leicester ?

4 victoires, 2 nuls et une petite défaite (face à City) c’est le bilan de Puel après 7 matchs à la tête des Foxes. Plus que ça, c’est un Leicester transformé dans le jeu qu’on peut voir évoluer, c’est un bloc équipe qui joue un peu plus haut, qui offre plus de liberté aux créateurs et aux joueurs techniques, ça joue vers l’avant en une touche de balle et avec beaucoup de vitesse, les ailiers qui entrent dans l’axe, c’est la vision de Puel, avec cela on y ajoute le côté anglais de la bagarre pour les deuxièmes ballons, et les joueurs box to box. Bref, après l’échec de Southampton, c’est à Leicester que Puel arrive à s’épanouir en Premier League et les joueurs de Leicester paraissent enchantés. Bref, on attend la prochaine Leicester de Leicester.

https://twitter.com/GodSaveTheFoot/status/939568143512547328

L’homme de la journée : Olivier Giroud

Olevier Giroud Solskjær, c’est ainsi qu’on doit appeler Giroud. Le désormais supersub a sauvé son club d’une défaite face à Southampton en inscrivant le but de l’égalisation et devenant ainsi le meilleur buteur en tant que remplaçant à égalité avec Ole Gunnar Solskjær.

Le but de la journée

JERMAIN DEFOE WHAT A GOAL !!!!!! On vous offre le 200ème but en championnat (PL, CH et MLS confondus) de la carrière de l’éternel attaquant anglais. (Il marque un doublé dans ce match, portant le total à 201). LIEN VERS LE SITE DE SFR SPORT

La décla’ : José « Pas de chatte » Mourinho

On vous laisse apprécier, du pur Mourinho !

Article précédent

Il faut sauver le soldat Slimani

Article suivant

REDIF LIVE DEBAT : Analyse des parcours des clubs anglais en Coupes Européennes

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *