Day-Brief

Premier League – 35ème journée et supplément FA Cup

Un day-brief pas comme les autres puisque les deux compétitions reines d’Angleterre nous ont fait vibrer en même temps. Retour sur la 35ème journée du championnat et sur les demi-finales de la FA Cup !

Premier League

Résumé de la journée

Watford continue sur sa série avec 6 matchs sans la moindre victoire après ce match nul et sans saveur contre Crystal Palace, le baroud d’honneur de West Brom qui continue après ce nul (2-2) obtenu au courage face à Liverpool ou Arsenal qui déroule face à West Ham (4-1) après le choc de l’annonce du départ d’Arsène Wenger. Man City a fêté dignement l’annonce de son titre en s’offrant une victoire avec la manière (5-0) face à Swansea, Burnley se rapproche de l’Europe et Stoke City de la relégation (1-1) et Everton qui met un terme à la série de victoires de Newcastle (4-0). Il y a eu également les demi-finales de la FA Cup et on connait déjà les protagonistes d’une conclusion qui s’annonce épique. Blood, sweat and tears mais aussi gloire, passion et bonheur, c’est un peu ça la Premier League.

Résultats & Classement après 35 journées

Le jubilé de Manchester City

Cette rencontre face à Swansea comme célébration du titre est à l’image de la saison des Citizens, majestueuse. 5-0, 942 passes réussies, 83% de temps de possession du ballon, 4 tirs concédés dont 1 seul cadré… Toutes ces statistiques impressionnantes n’en sont pas moins surprenantes tant elles sont devenues habituelles à l’Etihad et dont personne n’a réussi à arrêter pour les déloger. Même le navigateur préféré du Royaume, Carlos Carvalhal, n’a pas trouvé la solution et a vu son navire en proie aux vagues bleues des Sky Blues. Plus que le titre, Guardiola est entrain de remporter la bataille des idées, celle qui fait entrer un esthète dans la postérité.

« L’héritage laissé par Pep Guardiola cette saison est qu’il a obligé les clubs de Premier League à être au point tactiquement, à mieux comprendre le football et à le voir différemment. » – Liam Rosenior dans l’émission The Debate sur Sky Sports

Le catalan n’est prophète en son pays mais l’est en Perfide Albion qui semblait dénuée de toute intelligence tactique malgré un balbutiement mené par de jeunes entraîneurs comme Eddie Howe, Neil Harris (Millwall, D2) ou encore Kevin Nolan (Notts County, D3). Pep Guardiola a agit en accélérateur de l’histoire et de l’évolution tactique et de son appréhension par les joueurs tout en rendant inacceptable l’idée de remporter un match sans le jouer. C’est peut-être cela qui fait qu’un Mourinho ou un Allardyce sont aussi peu soutenus par leurs supporters respectifs, le résultat n’est plus l’unique gage de gloire, aujourd’hui la manière semble avoir pris le dessus, ce sont les équipes qui jouent comme à Liverpool et Tottenham qui se portent le mieux. Plus qu’un titre, c’est bien la philosophie de Pep qui l’emporte et cela semble être une idée qui va s’imposer pour un moment en Angleterre, on est loin de l’utilisation du jeu stéréotypé du kick and rush.

Arsenal, une page historique se tourne

Un vendredi banal, tu te lèves, tu manges tes céréales ou tu bois ton café, tu vas au boulot ou supporter ton professeur auréolé de transpiration. Mais en ce 20 avril, à 10h50, le temps s’arrête.

Arsenal annonce officiellement le départ d’Arsène Wenger à l’issue de la saison en cours, le français a décidé de quitter ses fonctions plus tôt que le contrat stipulait. Cette nouvelle fait l’effet d’une bombe, une pluie d’hommages de toutes parts et beaucoup d’émotions chez les supporters, les joueurs, les anciens joueurs, les journalistes. Une lourde page se tourne, 22 ans après la nomination d’un inconnu, 22 ans après l’oeuvre d’une vie. Mais Arsenal ne s’arrête, et Arsène pas encore dans le club de son coeur, de son âme. Pour finir en beauté et lui offrir un trophée qui lui manque, les Gunners sont prêts à en découdre et tout donner. Avant le choc en Europa League contre l’Atletico Madrid, l’Emirates accueillait West Ham. Le public était au rendez-vous, les caméras fixées pour accueillir Wenger. “Only One Arsène Wenger” dans les tribunes, hommage de nouveau. Mais sur le terrain, malgré les bonnes volontés des joueurs, les lacunes sont toujours perceptibles. Imprécis face à une défense de fer, les Gunners ouvrent tout de même le score après la mi-temps par l’intermédiaire de Nacho Monreal. Mais la décevante défense d’Arsenal permet à Arnautovic d’égaliser quelques minutes plus tard. Puis Aubameyang entre en jeu aux côtés de Lacazette et la physionomie du match change complètement. Au final, doublé du français, but de Ramsey, score final (4-1) qui ne reflète pas vraiment le niveau d’Arsenal. Mais la victoire est là, sécuriser l’Europa League accompagne l’objectif de la remporter cette année, pour finir en beauté le cycle Wenger.

Homme de la semaine : Mohamed Salah

https://twitter.com/PFA/status/988179952418938881

Again, encore lui. Mohamed Salah est l’homme de la semaine. Il est seulement le 5e joueur dans l’histoire de la Premier League à être impliqué sur au moins 40 buts lors d’une saison (31 buts, 9 assists). Une saison d’enfer qui lui offre le titre de meilleur joueur de l’année par le syndicat des joueurs (PFA). Epic season.

Décla’ de la semaine : José Mourinho

Mourinho et ses déclarations nous surprendront toujours. Après le match contre Tottenham en FA CUp (voir ci-après), le manager mancunien ironise déjà concernant une potentielle défaite de son équipe face aux Blues.

« Quand je ne gagne pas, vous me tuez, résume-t-il. Parce que je gagne pratiquement à chaque fois, vous me tuez quand ce n’est pas le cas. Et c’est ce que vous êtes prêts à faire si je ne gagne pas la finale. » (propos traduits par SFR Sport)

FA Cup

Tottenham 1-2 Manchester United

Un match qui restera l’un des plus clichés de cette saisons pour les deux équipes entre un Tottenham de Mauricio Pochettino qui se fait éliminer après avoir mené au score par un Manchester United de José Mourinho. Enième refrain d’une équipe qui n’arrive pas à remporter un match de coupe, à l’image de la finale de League Cup en 2015, de la demi-finale de FA Cup la saison dernière toutes deux perdues face à Chelsea ou de ce huitième de finale de la Ligue des Champions face à la Juventus il y a quelques mois. Tottenham n’a pas encore trouvé ce qui lui manque pour parvenir à remporter un trophée et continue d’endosser cette image d’équipe qui se saborde. À l’opposé il y a José Mourinho, spécialiste des coupes et des matchs à élimination directes et cela se remarque lorsqu’on compare cette confrontation à la dernière en championnat en janvier dernier où les londoniens l’avaient emporté avec la manière (2-0). Dans cette rencontre, les joueurs de Manchester United nous ont montré l’étendue de leur sagacité, à l’image d’un Paul Pogba qui a réussi à lire le dribble de Mousa Dembele pour servir Alexis Sanchez. Manchester United n’a pas fait le meilleur match mais a fait ce qu’il fallait faire, un travail de professionnel, digne d’un potentiel vainqueur d’une FA Cup.

Chelsea 2-0 Southampton

Et si on avait enterré Chelsea un peu trop tôt ? Alors qu’on voyait les Blues ne jamais revenir dans la course à la Ligue des Champions, ils sont revenus à 5 longueurs du 4ème Tottenham et sont désormais finalistes pour la victoire en FA Cup. Face à un Southampton en position de relégable en championnat et qui n’avait peut-être pas l’envie de jeter toutes ses forces dans cette rencontre, les londoniens ont tout de même peiné à contrôler le match et à concrétiser leurs occasions. C’était sans compter Olivier Giroud titulaire qui, quelques secondes après être revenu des vestiaires, s’est transformé en Lionel Messi le temps d’ouvrir le score suite à une passe lumineuse du quaterback Fabregas remisé par Eden Hazard. De la magie, c’était sans doute ce qu’il fallait à Chelsea pour passer, loin du marasme qui entoure Antonio Conte depuis quelques mois et qui a même mené à un but d’Alvaro Morata sur un centre de César Azpilicueta, chose davantage commune que l’ouverture du buteur français. Cette victoire des Blues sur les Saints, beaucoup moins éclatante que celle de la semaine précédente au St Mary’s Stadium (2-3 après avoir été menés 2-0) mais beaucoup plus importante. Peut-être que c’est par ce biais qu’Antonio Conte peut sauver sa saison et de partir de Chelsea en se targuant d’avoir remporté un titre malgré une saison difficile.

But des demies : Olivier Giroud

Oui, vous ne rêvez pas, Olivier Giroud et Lionel Messi dans la même phrase sur le net. Quel but de l’international français contre Southampton !

Article précédent

Premier League - Episode 34 : Manchester City champion

Article suivant

Ligue des Champions : Acte 3 - Scène 1 : Un concert presque parfait

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.