Day-Brief

J4 – Du spectacle, du sang, des surprises : la Premier League est bel et bien de retour !

Ces trois-là ont régalé l’Ethiad samedi (Crédits : L’Equipe.fr)
Enfin ! Après une trêve internationale qui nous parait toujours interminable, la Premier League était de retour ce week-end…. Et on n’a pas été déçus ! Retour sur une 4e journée marquée par la déroute des Reds, le retour en forme des Gunners ou encore le premier faux pas de United. 

City s’est amusé, Liverpool en a fait les frais

« Oh j’ai oublié d’acheter un défenseur central… La boulette ! » (crédits : The Independent)
On avait quitté les Reds sur une démonstration face à Arsenal à domicile (4-0), ce samedi le score au tableau d’affichage était encore plus lourd (5-0), mais en faveur des Citizens de Pep Guardiola. Et pourtant Liverpool avait entamé cette rencontre avec les bonnes intentions. Emmenés par un duo Mané-Salah déjà très complices, les Reds dominent les 20 premières minutes de cette rencontre, mais sont pénalisés une fois encore par leurs errements en défense centrale. D’une passe, De Bruyne perfore la charnière des Reds et trouve Aguero qui n’a plus qu’à éliminer Mignolet et pousser la balle au fond, 1-0 au bout de 25 minutes.
Malgré une belle occasion superbement sauvée par Ederson, jamais Liverpool n’a semblé en mesure de revenir dans cette rencontre, et cette tendance s’est confirmée quand, à la 36e minute, Mané percute de plein fouet le gardien mancunien d’un coup de crampon au visage et laisse ses partenaires à 10. Carton rouge ou non ? Certes Mané joue le ballon (encore heureux) mais le geste qu’il tente est extrêmement dangereux, et la sanction appliquée paraît justifiée, d’autant plus quand on voit l’état dans lequel Ederson a dû quitter le terrain.

THIS…IS…SPARTA ! (crédits : Goal.com)
Quelques minutes plus tard, De Bruyne trouve Gabriel Jesus, étonnamment libre de tout marquage aux 6 mètres qui reprend victorieusement le centre du maestro belge d’une tête puissante, 2-0. Malgré l’entrée d’Oxlade Chamberlain en 2e période, les hommes de Jurgen Klopp ne relèvent pas la tête et se retrouvent menés par 3 puis 4 buts après que Gabriel Jesus puis Leroy Sané, respectivement servis par Aguero et Mendy, viennent mettre en lumière une fois de plus les absences défensives des Reds. Le bijou de Leroy Sané à la 91e, une frappe limpide du gauche, semble finalement anecdotique, tant Liverpool semblait avoir baissé les bras bien avant.

Arsenal, Tottenham et Chelsea : Londres à la fête

Arsenal s’est remis la tête à l’endroit ce week-end (Crédits : Metro.com)
Les Gunners en avaient bien besoin. Corrigé 4-0 à Anfield il y a quelques semaines, Arsenal a réagi avec la manière face à, il est vrai, une bien faible équipe de Bournemouth. Il n’y aura jamais vraiment eu de suspens dans cette rencontre : dès la 6e minute, Kolosinac transperce la défense des Cherries et trouve Welbeck qui reprend de la tête et trouve avec (beaucoup) de réussite le petit filet. Arsenal ne relâche pas pour autant la pression et cette bonne entame de match se confirme à la 28e minute quand Lacazette, bien servi par un Welbeck omniprésent cet après-midi, fusille Begovic d’une frappe pleine lucarne. En seconde période, Welbeck creuse l’écart à l’issue d’un beau mouvement offensif des londoniens et inscrit (déjà) son 3e but de la saison, lui qui n’avait jamais marqué plus de 4 buts avec les Gunners jusqu’à cette année. Oui, les hommes de Wenger ont parfois été légèrement brouillons devant le but, oui Bournemouth n’a pas offert une très grande opposition, mais l’essentiel est ailleurs, Arsenal gagne à nouveau et avec la manière.

Les Spurs de Pochettino se déplaçaient eux à Goodison Park ce samedi pour l’une des belles affiches de cette 4e journée…. finalement à sens unique.
Comme face à Chelsea, cet Everton « new-look » n’a pas semblé suffisamment armé pour inquiéter un club du Top 6. Dominé au milieu de terrain, les Toffees ont passé l’essentiel de la rencontre à courir après le ballon, et face à Tottenham cela ne pardonne pas. L’ouverture est venue d’Harry Kane à la 28e minute qui manque son centre, mais voit finalement le ballon atterrir au fond des filets, avec un gros brin de réussite. L’action reste spectaculaire et permet à l’anglais d’inscrire son 100e but sous les couleurs de Tottenham. Eriksen avait inscrit le but du break peu avant la pause à la suite d’un cafouillage dans la surface, mais c’est à nouveau Kane qui vient tuer le match en début de seconde période, parfaitement placé à la réception d’un centre de Ben Davies. Le mois d’août est bel et bien fini : Kane lance la machine ! On notera également les belles performances de Davinson Sanchez, le Colombien qui disputait son premier match en Premier League, mais aussi de Moussa Sissoko, replacé en milieu central, le Français a semblé particulièrement à son aise et aurait même pu inscrire un but en seconde période. À l’image de son équipe : encourageant.

Très belle performance collective des Spurs en déplacement à Everton samedi (Crédits : Mirror.com)
La claque infligée par Burnley lors de la première journée semble déjà bien loin pour les hommes d’Antonio Conte. Chelsea s’offre un troisième succès de rang en s’imposant 2-1 à Leicester et se replacent à la 3e place du classement. La différence était tout d’abord venue d’Alvaro Morata, auteur de son 3e but sous ses nouvelles couleurs, à la réception d’un centre d’Azpilicueta, avant que N’Golo Kanté n’ajuste Kasper Schmeichel d’une frappe lointaine du droit. Kanté qui avait récemment déclaré devoir progresser dans sa prise de décision à l’approche du but a cette fois fait un excellent choix…
Les Blues pourront également se réjouir de voir à nouveau Eden Hazard sur une pelouse de Premier League, le belge a fait son retour à la 78e minute de jeu, et  fera à n’en pas douter beaucoup de bien à son équipe alors que la Ligue des Champions pointe le bout de son nez. La réduction de l’écart par Jamie Vardy sur penalty ne changera rien à l’issue de la rencontre, les Foxes s’inclinent pour la troisième fois de la saison, et le prochain déplacement à Huddersfield suivi de la réception de Liverpool ne devraient pas arranger les choses…

Dans le même style que Mané, mais en jouant UNIQUEMENT le ballon cette fois… (crédits : premierleague.com)

Là où Stoke passe, le Top 6 trépasse

Après Arsenal, c’est au tour de Manchester United d’être accroché au Bet365 stadium de Stoke City. Là où les Gunners s’étaient inclinés, Manchester repart malgré tout avec un point mais concède ses deux premiers buts de la saison par l’intermédiaire d’Eric Choupo-Moting. Les Potters pourront remercier leur Camerounais, mais également Eric Bailly, très « gentil » au marquage sur le buteur de Stoke à la 43e minute de jeu. Cet avantage ne tiendra que 3 minutes, le temps que Pogba envoie une tête puissante…. sur le crâne de Marcus Rashford qui découvre en se retournant qu’il vient d’inscrire le but le plus improbable de sa carrière.
Emmené par un Jack Butland de grande classe, Stoke a continué à croire en ses chances même après le 4e but de Lukaku cette saison à la 57e minute. Le Belge n’a pas rendu sa meilleure copie de la saison, mais marque un but important qui permet à son équipe de garder la tête du championnat.
Après Eric Bailly sur le premier but, c’est Phil Jones qui est fautif sur le second, battu au duel par Choup-Moting qui ajuste De Gea d’un puissant coup de tête.
Les ultimes tentatives de Lukaku et de Pogba n’y changeront rien, United reste en tête mais voit son voisin City recoller à égalité de points.

« Une équipe voulait gagner, une autre voulait faire match nul. Celle qui voulait le nul s’est battue pour ça. »  – Mourinho, à l’issue de la rencontre

 

Sans cette belle parade de Butland, United aurait pu poursuivre son sans-faute cette saison (Credits : premierleague.com)

Brighton, la belle histoire

Les fans de Brighton se souviendront longtemps de ce match face à West Brom. Après 3 matchs sans victoire ni but inscrit lors des 3 premières journées, la réception des hommes de Tony Pulis n’avait rien d’un cadeau. L’Amex Stadium n’avait plus célébré un but en première division depuis 1983, ce jeudi il en a vu 3, dont 2 juste avant et après la pause. Chris Hughton avait décidé de reconduire le même onze que celui ayant obtenu un point face à Watford et son choix s’avéra payant. L’histoire retiendra que Pascal Gross fut le premier buteur de l’histoire du club en Premier League, d’une frappe contrée peu avant la mi-temps. Son second but en revanche est d’une propreté technique exemplaire : frappe ras de terre croisée aux abords de la surface, le gardien est battu, et le break est fait. Les Seagulls se payant même le luxe de porter la marque à 3-0 avant de voir James Morrison sauver l’honneur des siens en fin de match. La saison sera longue pour Brighton qui doit avant tout penser à son maintien, mais cette victoire avec la manière face à une équipe solide pourrait bien les lancer.

34 ans après, Brighton marque à nouveau en première division (Crédits : premierleague.com)

Le classement à l’issue de la 4e journée

L’auteur

Sami

Sami

Une résistance à la douleur hors pair après avoir vu son club humilié chaque semaine sous la direction de l'incroyable Tim Sherwood. Tombé amoureux des Spurs après avoir découvert l'ambiance du regretté White Hart Lane, il rêve aujourd'hui de voir le reflet du trophée de champion d'Angleterre briller sur le crane lisse de Daniel Levy.

Aucun commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *