Day-Brief

J30/J31 – Un duo s’échappe, les quatre poursuivants s’éloignent

Dépité José. (crédit : premierleague.com)

La Premier League est à un rythme effréné, et nous, étudiants, on a du mal à suivre ce magnifique championnat et en même temps nos cours. On revient tout de même sur les deux dernières journées pour le Top Six, un groupe de prétendants à plusieurs vitesses : Tottenham et Chelsea s’échappent, Arsenal sort de la crise, Man City et Man Utd trottinent, Liverpool silencieux mais dans le rythme.

Chelsea droit au titre, Tottenham dans la cadence

Irrésistibles Spurs. (crédit : premierleague.com)

Qui peut arrêter Chelsea ? Crystal Palace. Ce n’est pas une blague. Lors de la 30ème journée à Stamford Bridge, Chelsea s’est fait surprendre, après une ennuyante trêve, contre Sam Allardyce et Benteke. À ce moment là, tu te dis « et si Chelsea connaissait un coup de moins bien ? » Bien sûr que non, Pep Guardiola et Man City sont là pour redonner tout de suite confiance à Antonio Conte et ses hommes. Chelsea s’est imposé 2 à 1 à domicile lors de la 31ème journée grâce à un Eden Hazard des grands soirs. Finalement, les Blues sont plus que jamais proches du titre avec 7 points d’avance sur le second, Tottenham.

Les Spurs sont impressionnants de régularité, enchaînant 5 victoires sur les 5 derniers matchs. La victoire à Burnley n’est pas un poisson d’avril en ce 1er du moi, dans un stade où les locaux sont 6ème au classement des équipes à domicile. Mais Tottenham, dépourvu de coupe européenne et encore en lice pour une possible victoire en Fa Cup, est irrésistible en ce moment. Hier, les Spurs ont enchaîné malgré un mauvais début de match contre des Swans réalistes. Mais c’était sans compter sur un Dele Alli impressionnant de maturité et de talent, qui donne la victoire (3-1) aux visiteurs. Bref, Tottenham paraît être le concurrent le plus sérieux pour Chelsea. Il reste 8 journées et quelques matchs de retard, mais la tendance est en faveur de ces deux clubs de Londres.

Bienvenu en Premier League Pep !

Des Sky Blues trop courtois devant le but. (crédit : premierleague.com)

Il y aura toujours ce débat pour se demander « quel est le meilleur championnat du monde ? ». Chaque championnat a sa spécificité, et se repérer par rapport aux résultats en Champions League n’est pas forcément une mauvaise idée. Mais Pep Guardiola, considéré comme le meilleur coach en activité du XXIe siècle, peine pour sa première année avec Man City. Laissons lui le temps, mais force est de constater qu’il connaît beaucoup de difficultés. Après 3 matchs nuls consécutifs dont un contre l’homme malade Arsenal, Man City se déplaçait à Stamford Bridge pour un match très important. Flop. Trop de déchets devant et les Blues en ont profité. Au final, Man City se retrouve très (trop ?) loin du titre avec 14 points de retard sur le leader à 10 matchs de la fin. Les critiques vont fuser, les transferts vont exploser cet été. Pep Guardiola n’a jamais eu une équipe avec autant de faiblesses, enfin un vrai challenge pour véritablement prouver son talent.

Manchester United invaincu mais ne vainc pas, Liverpool discret mais présent

Mourinho connaît la Premier League et connaît les difficultés de ce championnat. Avec Manchester United, il ne perd pas mais ne gagne pas. Lors des 5 dernières journées, 2 victoires et 3 nuls. Toujours 6ème, c’est la vanne qu’on peut voir sur le net h24. Mais il est vrai que les Red Devils déçoivent, avec un tel effectif, de tels moyens. Deux matchs à domicile pour le compte de la 30ème et la 31ème journée, recevoir WBA et Everton n’est pas insurmontable, surtout pour Manchester United. Deux matchs nuls (0-0, 1-1), une machine qui tourne au ralentit, comme si ton petit jouet avait des piles premiers prix. Certes, c’est régulier, mais ça n’avance pas.

Liverpool n’a perdu aucun gros match cette saison, sauce Jurgen Klopp. Mais cette sauce ne prend pas dans des matchs à leur portée. Quelques matchs sans, un manque de régularité cette saison. Le dernier match, hier, contre Bournemouth, en est un exemple. Liverpool fait le « taff » mais se fait surprendre dans les dernières minutes contre des Cherries toujours aussi séduisants. Il manque ce palier à franchir. Malgré tout, Liverpool reste dans le top 3 avec aucune défaite depuis le 27 février (défaite 3-1 vs. Leicester). Objectif : Champions League. Et il semblerait qu’il soit plus que jamais atteignable face à des concurrents qui trottinent ou qui coulent.

Arsenal, porte-avion obsolète

Giroud, supersub, qui redonne le sourire à l’Emirates. (crédit : premierleague.com)

Ce club où tout est réuni pour réussir, ce club où tout est prévisible. Same old Story ? Pas tout à fait. Cette année c’est particulier, cette année jamais Wenger n’a été aussi décrié dans la presse et auprès des supporters. Le suspens qu’il entretient au sujet de son avenir à Arsenal fait finalement des ravages dans la confiance des joueurs et des supporters. Comment surmonter la crise ? La trêve internationale est la bienvenue, permettant de souffler après une pression médiatique et sportive insoutenable. Mais la réception de Manchester City ne vient pas au bon moment. Faiblesse tactique, technique, psychologique, Arsenal avait toutes les cartes en main pour perdre. Mais dans une partie de poker, ça ne dépend pas forcément de ton jeu, et Pep Guardiola a bluffé. Il n’avait pas forcément de meilleures cartes dans son jeu. Un match nul qui ne satisfait aucune des deux équipes d’un point de vu comptable, mais qui calme l’ambiance délétère à l’Emirates. Puis, la réception de West Ham hier a permis aux hommes de Wenger de réaffirmer leur soutien à Wenger, face à des Hammers catastrophiques. 3-0, du beau jeu, enfin, dirons nous. Mais c’est trop tard, le retard est conséquent et la Champions League n’est pas du tout garantie. Peut-être pas la « same old story » finalement …

Article précédent

J29 - On est de retour !

Article suivant

J-32 - Bientôt le sprint final

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.