Day-Brief

J29 – On est de retour !

 

« Wesh Harry Kane t’es où ? » (crédit : premierleague.com)

A cause un calendrier de la Premier League chamboulé à cause de la Cup et des compétitions européennes mais aussi de nos misérables vies d’étudiants overbookés on peut revenir à l’essentiel : le championnat. Certains sont en pleine ascension (Chelsea, Tottenham, Man Utd, Everton) d’autres se reprennent (Liverpool, Palace, Bournemouth, West Brom et surtout Leicester) pendant que les plus malheureux sombrent (Arsenal, West Ham, Sunderland). Bref tous les ingrédients sont là pour un sprint final détonnant.

Le top 6 ? Pas si sûr…

La valse pour la Ligue des Champions continue… (crédit : premierleague.com)

Le choc de cette journée c’était Man City qui accueillait Liverpool. Les Citizens devaient impérativement se reprendre face à Liverpool après s’être fait « Mbapped » en Ligue des Champions, les Reds eux, sont vraiment de retour après un début de l’année 2017 difficile. Un très bon match nul (1-1) avec des occasions vendangées des deux côtés et une énorme intensité. Même que Pep a dit que c’était le meilleur match de sa carrière quand Klopp le qualifiait « d’émotionnel espagnol » face à sa rationalité allemande, pas sûr quand on voit comment notre Jürgen célèbre ses buts.

Chelsea continue son petit chemin vers le titre après sa victoire à Stoke (1-2). Une victoire remportée sur le fil avec les cojones par Gary Cahill en fin de partie après avoir provoqué un penalty sur Jonathan Walters. L’ouverture du score est venue de Willian sur un coup franc pleine de malice au premier poteau grâce au boulevard offert par le mur de Lee Grant. En bref Chelsea continue à survoler la Premier League et a tuer le suspens, ou presque.

Du coup on peut dire qu’ils sont champions ou on attend que la calvitie ait raison de Cesc ? (crédit : premierleague.com)

Il y a une seule équipe qui parvient à maintenir le suspens (ou plutôt l’illusion) c’est Tottenham. L’équipe de Poch accueillait son ancienne équipe de Southampton, sans Harry Kane. C’est Son qui le remplace à la pointe de l’attaque et Tottenham parvient quand même à gagner et à marquer (Christian Eriksen, Dele Alli) mieux, Dele est désormais le 6ème meilleur buteur du championnat, so koman ? Les Spurs ont tout de même été moins bon en seconde période avec une réduction du score de James Ward-Prowse et grâce au divin chauve Oriol Romeu qui a bu Wanyama. Tottenham est toujours 2ème à 10 points de Chelsea, attention à ne pas sombrer en fin de saison comme l’année dernière.

Il y a Manchester United qui est entrain de se propulser vers le Big Four et une place en Ligue des Champions (en plus d’être toujours en lice en Ligue Europa). Un but de Maroune « Zizou avec les cheveux » Fellaini, un magnifique but de Jesse Lingard et un but d’Antonio Valencia sur une bourde de Victor Valdès. C’était le menu proposé par Mourinho, Man Utd restaurant étoilé 5 étoiles, on vous mettra l’adresse sur Trip Advisor. Boro a quand même marqué un but par Rudy Gestede sur un cafouillage de la défense (juste après l’entrée de Marcos Rojo, coïncidence ?) Pour résumé, United continue de pousser et est entrain de chambouler le Top 6 au détriment des équipes dans le mal, le darwinisme footballistique.

Craig Dawson, seul et démarqué, jolie défense Arsène ! (crédit : premierleague.com)

Quand on parle d’équipe déclassée, on pense à Arsenal en ce moment. Face à une formidable équipe des Baggies et un Tony Pullis perfectionniste (toujours avec sa jolie casquette). Le match a tourné à la démonstration tactique mais aussi de l’attitude, bien qu’Alexis Sanchez a répondu directement à l’ouverture de Craig Dawson, mais avec la sortie sur blessure de Petr Cech la défense d’Arsenal s’est retrouvée découverte à l’image de Koscielny battu dans les airs la plupart du temps. Le 2ème but, controversé, est l’oeuvre d’Hal Robson-Kanu sur un cafouillage de la défense. D’ailleurs Arsenal a paru désorganisé en défense comme ta chambre après avoir fait l’amour. Craig Dawson marquera même un doublé de la tête sur un corner, on a même pas pensé à le marquer, quelle blague. Arsenal est entrain de continuer sa très mauvaise série avec seulement 3 victoires (contre Hull City, Sutton United et Lincoln City..) et 5 défaites lors des 8 derniers matchs toutes compétitions confondues, sale temps pour les Gooners qui devraient se coltiner Arsène Wenger encore une année… Enfin c’est ce qu’aurait murmuré Tonton à l’oreille de Tony Pullis qui en a perdu sa casquette. Arsenal est désormais 6ème à 6 points du 4ème Liverpool et à égalité avec Everton (avec 2 matchs en moins que les clubs de Liverpool).

Everton ! Et si c’était eux la surprise de cette fin de championnat ? Les Toffees continuent leur marche en avant même s’ils menaient seulement 1-0 jusqu’à l’exclusion de Tom Huddlestone (72ème minute). Ce premier but est l’oeuvre de la jeunesse d’Everton : Dominic Calvert-Lewin (20 ans, 2ème titularisation) marque sur une passe de Tom Davies lancé en profondeur par Ross Barkley. Le deuxième but est celui d’Enner Valencia sur un bijou de passe de ROMELUUUUU LUKAKUUUU qui a marqué son doublé en fin de match. 4-0, « le suppositoire et au lit »  c’est ce qu’a dit Ronald Koeman à Marcos Silva après le coup de sifflet final, le tigre est dompté. Everton est désormais 7ème à hauteur d’Arsenal (mais avec 2 matchs de moins) et si c’était eux qui chamboulaient le haut du tableau ?

La jeunesse d’Everton ou l’avenir bleu. (crédit : premierleague.com)

 

Le remue-ménage du bas de tableau.

Dilly ding dilly dong Leicester City are back ! Qualifiés pour les Quarts de la Ligue des Champions, le champion en titre est sur une pente ascendante, avec cette 3ème victoire d’affilée les Foxes sont à 6 points du premier relégable (Hull City). 3 buts inscrits en première période (Mahrez, HUTH !!!! et Vardy) et 2 buts encaissés (Manuel Lanzini sur un superbe coup-franc et André Ayew grâce à une bourde de Kasper Schmeichel qui se rattrapera en fin de match). Mahrez, Vardy, Albrighton et Drinkwater ont réalisé une grosse performance digne de la saison dernière. Il y a également l’adaptation de Wilfred Ndidi acheté lors du mercato hivernal qui semble avoir remplacé -au moins dans la contribution défensive- le grand N’Golo. C’est pas trop tard quand tu vois Nampalys Mendy pas au niveau à cause de sa blessure et Daniel Amartey pas assez consistant pour un poste de milieu axial. Les Hammers bien que défaits, n’ont pas été au niveau, trop moyens, ils n’ont été que dans la réaction, on est bien loin des standards de la saison dernière.

Comme quoi même Shakespeare arrive à écrire des pièces de théâtre qui ont un happy ending. (crédit : premierleague.com)

On ne vous cache plus que Bournemouth sont nos chouchous, surtout leur entraîneur Eddie Howe. Les Cherries accueillaient les Swans qui allaient mieux depuis la nomination de Paul Clement à la tête de l’équipe mais qui voient les résultats se tasser au fil de la saison. Le milieu de terrain composé d’Andrew Surman et de Dan Gosling se sont montrés très réactifs par leur pressing qui a empêché le Swansea de pratiquer son jeu. Les deux buts viennent d’ailleurs de deux récupérations au milieu de terrain avec Benik Afobe à la conclusion par deux fois, même si le premier but est attribué à Alfie Mawson qui a détourné le ballon dans ses propres cages. Les Cherries, bien qu’irréguliers même dans un match, sont 11èmes avec 33 points et leur maintien est presque assuré alors que Swansea est premier non-relégable avec 27 points et continue de se faire peur. Est-ce que le Pays de Galles sera indépendant ?

Une équipe qui semble aller mieux c’est celle de Crystal Palace, grâce à ça victoire face à Watford (1-0) les Eagles enregistrent leur 3ème victoire d’affilée et autant de clean sheets. Bien que dominants dans le jeu, les Hornets n’ont pas réussi à inquiéter Wayne Henessey, c’est même le buteur de l’équipe Troy Deeney qui offre le seul but du match en marquant contre-son-camp sur un coup franc de Yohan Cabaye. Le plus étonnant c’est que Palace remporte le match sans avoir cadré une seule frappe, symptomatique d’une équipe qui a aussi du mal à se trouver en attaque. Andros Townsend et surtout Wilfried Zaha ont été très remuant en attaque mais n’ont à aucun moment trouvé Christian Benteke qui semble définitivement avoir perdu de sa superbe… C’est malheureux. Palace pointe à la 16ème place avec 27 points alors que Watford est à 31 points 2 places plus haut, on peut que souligner l’importance de cette victoire dans la lutte pour le maintien.

Même l’arbitre a essayé de faire quelque chose pour voir un but. (crédit : premierleague.com)

Une autre rencontre pour le maintien c’est Burnley qui se déplaçait à Sunderland. Difficile pour les Clarets qui n’ont pris que 2 point à l’extérieur et des Black Cats derniers, on pouvait tout de même s’attendre à une belle rencontre. C’était un 0-0 en demi-teinte, il y avait de l’intensité et du jeu, mais trop d’occasions vendangées à l’image de la tête de Billy Jones qui manque tout juste le cadre sur un très bon centre de Sebastian Larsson. 3ème point pris par Burnley à l’extérieur qui se place à la 13ème place et qui semble bien parti pour se maintenir alors que Sunderland est à la dernière place à 7 points de Swansea, ça sent mauvais pour David Moyes. A noter dans ce match la bonne prestation de Jeff Hendrick qui continue d’enchaîner les bonnes performances.

Article précédent

1/8 Ligue des Champions / Ligue Europa - Ne jamais vendre la peau du Renard avant de l'avoir tué

Article suivant

J30/J31 - Un duo s'échappe, les quatre poursuivants s'éloignent

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.