Day-Brief

J23 – La tête de course se ravitaille, le gruppetto bataille

Gabriel Jésus, le prophète des Citizens ? (crédit : premierleague.com)

La Premier League, c’est comme le tour de France. C’est une longue course avec des étapes plus difficiles que d’autres, où chaque coureur doit être en mesure d’être régulier pour prétendre à la victoire finale. La seule différence c’est qu’à chaque étape, chacun ne part pas en même temps sur la ligne de départ ; comme à la poursuite en Biathlon où chaque coureur part avec le retard de la course précédente. Chelsea leader tranquille, les poursuivants se bousculent et le gruppetto bataille. Retour sur les tendances de la 23ème journée du plus merveilleux championnat de football au monde.

Musette, chute et attaque

Coup franc somptueux de David Luiz, qui ferme des bouches avec son retour à Chelsea. (crédit : premierleague.com)

C’était le choc de la 23ème journée entre le leader incontesté et l’outsider en crise en 2017. Liverpool recevait Chelsea, la première attaque est réalisée par l’équipe d’Antonio Conte qui prend l’avantage, avant d’être rattrapée au score par les Reds. Score final 1-1, Liverpool reste à distance et ne parvient pas à faire dérailler le vélo bleu.

D’autres pouvaient profiter de la confrontation directe pour gagner du terrain. D’abord Tottenham qui se déplaçait à Sunderland mais qui n’a pas su en profiter dans un match largement à leur portée. De même pour Manchester United qui, à domicile, n’a pas inscrit de but pour l’emporter contre Hull City. Les deux équipes n’ont pas changé de braquet, les organismes sont fatigués et le ravitaillement n’a pas (encore) fait effet.

Pour les fans de vélo, vous vous souvenez peut-être du coureur français il y a quelques années qui chute grièvement à cause de sa musette emmêlée dans sa roue avant. Arsenal, c’est l’équipe qui avait un calendrier favorable pour se ravitailler mais qui s’emmêle les pinceaux. Comme d’habitude. Chuter contre Watford à domicile est un coup dur, d’autant plus que Ramsey se blesse et que Wenger va devoir aligner Oxlade Chamberlain dans l’axe contre Kanté, Matic et consorts. Alerte « chute d’un coureur », peut-être l’abandon des ambitions de titre ?

La seule équipe qui ramène les 3 points parmi le top 6 de la Premier League, c’est Manchester City. West Ham ne se sent pas à domicile dans le Stade Olympique, et Man City a un potentiel offensif assez dingue. Se permettre de ne pas aligner Aguero titulaire et d’en mettre quatre au portier des Hammers, c’est assez dingue. Après une série très difficile pour les Citizens, Pep Guardiola et ses hommes ont rattrapé leur retard sur le wagon de poursuivant, laissant leur collègue de route Manchester United en 2ème poursuivant.

La bataille pour rentrer dans les temps

Bravo Clement. (crédit : premierleague.com)

L’an passé, Leicester était champion. Mais quand on se ravitaille mal, la fringale fait rage. Ranieri et ses hommes sont certes en 1/8ème de finale de la Ligue des Champions, mais 17ème de Premier League. Le jour et la nuit. Se déplacer à Burnley n’est pas une tâche facile, mais quand même. Comment passer de champion à la zone proche de la relégation en une saison ? Les Foxes ont perdu à Burnley 1 à 0, 3 défaites et un nul sur les 4 derniers matchs. Riyad Mahrez dépendance, ou contre-coup de la sensationnelle saison dernière ?

On vous l’avait prédit dans un article super génial sur Swansea. On pense toujours que Paul Clement est l’homme de la situation. Entré en fonction tout début janvier, il a gagné contre Crystal Palace, pris une branlée contre Arsenal, gagné contre Liverpool à Anfield et ramené les 3 points contre Southampton mardi. Pour une équipe en totale perdition, c’est incroyable non ? Tactiquement, techniquement, psychologiquement, un vent nouveau s’abat sur les Swans, mais un vent dans le dos qui les poussent à rattraper le retard en Premier League et à sortir de la zone de relégation.

Dans une course, le peloton est toujours dans les temps, groupé et homogène. De Everton, 7ème, à Bournemouth, 14ème, 11 points les séparent et un groupe d’équipe laisse la tête filer et abandonne le gruppetto.  West Ham, auparavant dans ce dernier groupe, se retrouve dans le peloton, certainement dû à une crevaison, malgré une claque contre Man City. Watford crée la sensation à l’Emirates et en finit de traîner dans les dernière place du groupe. Burnley impressionne à domicile, et les équipes de Stoke et de West Brom continuent, comme chaque année, à rester dans le ventre mou du classement.

Article précédent

Pas un Hazard si Chelsea est le grand favori

Article suivant

J24 - Le jeu des chaises musicales

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.