Day-Brief

J21 – La mode du threesome

Everton pulvérise Manchester City. (crédit : premierleague.com)

Chelsea, Tottenham, Everton, Hull City, West Ham… ce sont les équipes qui ont gagné ce weekend en jouant à trois défenseurs. L’esthétique de Conte devient désormais la norme en Angleterre, à croire que le ménage à trois est devenu une chose commune dans le pays de Sid Vicious… Bref voilà ce qu’il s’est passé.

Everton à trois

Tom Davies trompe Claudio Bravo, un gardien sans grillages. (crédit : premierleague.com)

Après le 5-0 encaissé à Chelsea, Ronald Koeman n’avait pas tenté la défense à 3 mais Everton avait retenu la leçon. Face au hommes de Guardiola qui alignaient un 4-1-2-1-2, les Toffees se déployaient en 3-5-2. Kevin Mirallas et Romelu Lukaku sont à la pointe de l’attaque et Tom Davies est titularisé pour la deuxième fois de la saison, chose qui risquée quand on affronte une équipe du Top Four. Mais c’est bien ce minot qui donne l’avantage à son équipe suite à une interception d’une mauvaise passe de Gaël Clichy et lance Mirallas qui n’est pressé à un aucun moment et trouve Lukaku seul au centre et ouvre le score du plat du pied en prenant Bravo à contre-pied. City essaye de revenir au score mais rien ne va, les Citizens subissent le pressing des Toffees et n’arrivent pas à se montrer dangereux face au but, Everton prend son temps et fait le dos rond face aux offensives peu tranchantes des Mancuniens. Le deuxième but est encore une perte de balle au milieu de terrain, Lukaku essaye de trouver Mirallas, le ballon est renvoyé par John Stones et Ross Barkley se démène pour trouver Mirallas à nouveau qui croise le ballon, deux buts d’avance, City est largué. Rien ne va, les erreurs individuelles s’accumulent quand ce n’est pas Tom Davies qui s’amuse à dribbler deux adversaires avant d’inscrire le troisième. Pourtant le trio Touré-Silva-De Bruyne combine bien et donne le tempo, mais ce n’est pas suffisant pour rattraper Everton qui, dans les arrêts de jeu met le quatrième et dernier but par l’intermédiaire d’Ademola Lookman, 19 ans premier match pour Everton et premier but, qui profite de cette dernière erreur de Stones pour la placer entre les jambes de Bravo. C’est une très belle victoire d’Everton qui se place 7ème au classement alors que City descend à la 5ème place à 2 petits points de Manchester United et à 10 derrière Chelsea, leur course au titre est finie ?

Le tarif face aux Londoniens

Encore lui. (crédit : premierleague.com)

Après sa période des fêtes réussie (12 points sur 12 possibles) et la leçon tactique infligée à Antonio Conte sur la manière de jouer à 3 défenseurs, Tottenham continue avec ce système face à une équipe de West Brom qui venait d’enchaîner 2 victoires d’affilées. Comme d’habitude depuis quelques semaines, le milieu des Spurs domine son adversaire (Darren Fletcher a énormément eu de mal dans ce match) et ne lui laisse aucun répit avec un pressing à la gorge qui empêche les relances propres et cela se fera ressentir sur les tirs concédés (3 dans tout le match, toutes non-cadrées et en seconde mi-temps). Harry Kane a, au passage, été l’auteur de son 3ème triplé en Premier League avec les Spurs, Le premier but est sur un service parfait de Christian Eriksen, l’Ouragan la place sous la barre. Eriksen aurait même pu marquer son but mais son tir est dévié et attribué par Gareth McAuley (contre son camp). Le troisième est le fruit d’un bel effort de Walker qui récupère un ballon perdu par ce même McAuley et délivre sa 5ème passe décisive de la saison en championnat sur une reprise de volée de Kane. Quand Dele Alli ne marque pas, il assiste ses coéquipiers, notamment sur le dernier but avec un une-deux avec Kane pour conclure une jolie action. Démonstration (encore) de Tottenham qui prend l’habitude de distribuer des valises à leurs adversaires, 2ème ex-æquo de Liverpool et à 7 points de Chelsea, ils peuvent creuser l’écart dans la course à la Ligue des Champions (et pourquoi pas au titre) en cas de victoire face à City lors de la prochaine journée. Quant à West Brom, Tony Pullis démontre qu’il est un perfectionniste, mais manque énormément de qualité technique dans l’entre-jeu lorsqu’il faut jouer contre les gros (1 point en 8 matchs pris lors confrontations avec le top 7).

En ce moment il y a un refrain qui se répète souvent lorsqu’Arsenal joue un match, vous voyez cet hymne des Beatles “Hey Jude” reprise pour Giroud et c’est normal. Il a encore brillé (11ème but en 10 matchs) mais s’est blessé dans le match, ce qui n’est pas de bonne augure pour Arsenal qui se prive d’un véritable atout même si Alexis Sanchez a également marqué en fin de match. Encore une grosse prestation de la part d’Arsenal en 4-2-3-1 qui a même vu Mesut Özil délivrer une passe décisive. Les Gunners qui ont remporté une belle victoire n’ont cependant pas géré le match et se sont fait peur pendant les offensives des Swans qui se montrés combatifs mais Arsenal était bien supérieur. Il faut noter qu’ils ont mis du temps avant de mettre le but du 2-0 ce qui a permis au Swans d’espérer pendant longtemps. Au milieu de terrain Granit Xhaka a fait énormément de mal dans l’entrejeu en prenant le ballon et en allant de l’avant, il a même eu quelques occasions qui lui aurait donné une chance de marquer. L’autre danger constant c’était Alex Iwobi, très remuant et à l’origine des deux buts inscrits par Cork puis Naughton contre leur camp. Le moment réjouissant pour les fans d’Arsenal est l’entrée de Danny Welbeck à la fin du match ce qui contraste avec la sortie de Giroud sur blessure. Arsenal continue donc sa course pour le titre et se place à 3 points de Tottenham et Liverpool et à 8 de Chelsea ! De son côté, Swansea toujours dernier ne joue pas d’une mauvaise manière (focus sur les Swans que vous pouvez retrouver ici) et devraient recruter un joueur sur chaque ligne pour espérer le maintien.

Filbert Fox, la mascotte de Leicester, pourrait prétendre à une place de titulaire dans l’équipe de Ranieri. (crédit : premierleague.com)

Match entre le champion en titre et celui qui est le mieux placé pour le devenir cette saison. Leicester semble aller mieux alors que Chelsea doit encore digérer sa défaite face aux Spurs, on pouvait imaginer voir une rencontre serrée. Les Foxes ont décidé d’aligner un 3-5-2 pour contrer le 3-4-3 de Chelsea qu’on ne présente plus. Chilwell à gauche et Albrighton à droite pour remplacer Riyad Mahrez actuellement avec sa sélection pour disputer la CAN 2017. Le duel qu’on attendait également c’était celui au milieu de terrain entre N’Golo Kanté et celui qui doit le remplacer à Leicester, Nampalys Mendy. Certes le premier a fait un meilleur match grâce au soutien de Matic qui a encore été monstrueux (81 passes réussies sur 97 tentées et 2 tacles réussis sur 3) alors que Wilfried Ndidi a bu la tasse pendant tout le match et laissait Danny Drinkwater trop seul pour protéger sa défense. Cette défense des Foxes a notamment péché sur sa rigueur et son placement comme on peut le voir sur les 3 buts. Les deux premiers sont l’oeuvre de Marcos Alonso, sur un mauvais renvoi d’Albrighton et le second de Drinkwater. C’est trop facile pour Alonso qui sur les deux buts se trouve tout seul avec au moins deux mètres devant lui. Le dernier est l’oeuvre de Pedro face à une défense de Leicester encore apathique avec un magnifique une-deux entre l’espagnol et Willian, 3-0, trop facile. A aucun moment de la partie Leicester n’a montré la volonté de remporter le match en haussant son niveau de jeu, cependant, les rares occasions notamment menées par Ahmed Musa ou encore Christian Fuchs ont laissé des points positifs de ce match face à Chelsea. Les Blues quant à eux, continuent leur marche en avant en se plaçant à 7 points devant les Spurs et les Reds.

Oui on est d’accord, il ne fallait pas jouer face aux grosses écuries londoniennes ce week-end !

Derby of England !

Déception pour Liverpool qui est passé proche de l’exploit. (crédit : premierleague.com)

Ce derby authentique qui est surement le plus suivi en Angleterre, Manchester United et Liverpool, les deux clubs les plus titrés du pays. Les Reds voulaient continuer leur belle série de 9 victoires d’affilée et se rapprocher du Big Four alors que Liverpool voulait rattraper Arsenal et Tottenham au classement, la victoire était une obligation pour les deux équipes. Le début de match se caractérise par une véritable domination des Red Devils mais pas d’occasion tranchante même si Liverpool a énormément de mal à ressortir le ballon proprement et à se créer des occasions. Jusqu’à ce penalty sifflé pour Liverpool pour une main de Pogba dans la surface qui est transformé par Milner (ce mec n’a jamais perdu un match de Premier League lorsqu’il a marqué en 46 rencontres), bien payé parce que c’est véritablement contre le sens du jeu que les visiteurs marquent. Pogba aurait pu également écoper d’un carton pour avoir accrocher Henderson au cou mais l’arbitre ne l’a pas vu, heureusement pour lui. En seconde mi-temps c’est United qui impose son tempo, ce qui est intéressant à voir c’est la liberté que Mkhitaryan a dans son positionnement, positionné sur l’aile droite de l’attaque, il se retrouve souvent dans l’axe pour laisser le champ libre à Valencia pour monter. Cela permet à Ibrahimovic et à Herrera de combiner avec lui et de profiter de sa technique. Lorsque Mata va entrer, Manchester United va prendre ce véritable ascendant sur le plan technique et c’est bien Ibrahimovic qui va égaliser pour les Red Devils sur un centre de Valencia. Fin de match sou tension, Roberto Firmino baffe Ander Herrera qui lui a arraché son t-shirt et Wijnaldum aurait même pu marquer le deuxième but pour son équipe en fin de match. Ce nul ne profite à personne, Liverpool se voit à égalité aves Tottenham et rattrapé par Arsenal alors que Manchester United est à 4 points d’Arsenal. Le point positif pour les Reds est la capacité à accélérer subitement et à se créer des occasions dangereuses, on pourra saluer la première titularisation de l’arrière droit Trent Alexander-Arnolrd qui a livré une belle prestation alors que débuter lors du derby d’Angleterre n’est jamais un cadeau. Manchester United peut encore revenir dans la course à la Ligue des Champions à ce rythme, Mourinho a enfin réussi à donner son ADN à cette belle équipe mancunienne.

 

 

Article précédent

Swansea, mauvais cygne ?

Article suivant

Pas un Hazard si Chelsea est le grand favori

L’auteur

Ilhan

Ilhan

Ilhan, c’est avant tout un mélange. Le prince de sang-mêlé anglo-turc. Ses parents ont fait un featuring avec Hagrid et Sandro pour le procréer. Sa barbe, c’est Marouane Fellaini. Ne jure que par Tottenham. Apporte sa voix quand il s’agit de parler de foot, et nostalgique de Gary Lineker, Paul Scholes et Mido. C’est aussi un fêtard 5 étoiles. Footballistiquement, son foie est un condensé de George Best et de Paul Gascoigne. Il aimerait mourir dans le rond central de White Hart Lane en jouant à FM.