Day-Brief

J2 – Gloire aux promus

stuani-goal-sunderland-christian_3769415

Tu n’es pas chez SFR ou tu as eu un repas de famille ce week-end ? Pas de soucis, God Save The Foot te fait une séance de rattrapage. Des favoris droits dans leurs baskets, des promus chauds comme la braise, coup d’oeil aiguisé sur cette deuxième journée de Premier League.

La perf’ du week-end

CqVAT8HWEAQU_qW
Les couilles de Burnley

Liverpool était notre perf’ du week-end dernier, en cette deuxième journée ils en sont les victimes. Certes très décevants, les hommes de Klopp ont perdu 2-0 sur la pelouse de Burnley, jeune promu qui, dès la deuxième minute, refroidit les ardeurs des Reds. Le jeune Gray, déjà passeur sur le but, enfonce le clou avant la mi-temps. Liverpool, malgré une domination outrageuse (80% de possession, 26 tirs mais seulement 5 cadrés), reste stérile au fil du match et offre la victoire à Burnley, qui ont eu les burnes de calmer la folie de Liverpool après le match contre les Gunners (4-3).

Des promus qui étonnent

Il n’y a pas que Burnley qui assume sa place en Premier League. Les deux autres nouveaux, Hull City et Middlesbrough, répondent pour l’instant présents. Oui, Hull City, vous avez bien entendu. On avait écrit sur la gestion désastreuse du club cet été avec un mercato peu ronflant et un manager pas remplacé. Alors, tous les feux étaient au rouge, mais c’était sans compter sur des joueurs morts de faim. Après avoir battu le champion d’Angleterre, Hull récidive en crucifiant les filets de Fabianski à deux reprises à Swansea et ne concédant aucun but. Il fallait attendre les 10 dernières minutes pour assister à cette seconde surprise et voir Hull City 3ème du championnat avec 6pts.

Middlesbrough, quant à eux, affichaient leur objectif avec un mercato très intéressant. Aitor Karanka, l’ex merengue, gère plutôt bien et piège le Sunderland de David Moyes au terme d’une rencontre pourtant dominée en terme d’occasions par les Black Cats. Mais c’est sans compter sur Stuani, 29ans, qui nous fait croire qu’on joue à FIFA 17 avant l’heure. Un missile qui détruit la toile d’araignée de la lucarne de Vito Mannone, notre but du week-end, avant d’inscrire le doublé sur une assist de Negredo. 2-1, c’est le score final de cette rencontre déjà importante pour le maintien, voire plus pour Middlesbrough.

Des favoris qui gèrent, sans peur, ou presque

CqQDoqFVUAMiz71.jpg-large
Ibra, déjà, encore

Manchester United remplit sa tâche de battre le Southampton de Claude Puel, qui a pour le moment du mal à rendre l’équipe efficace. Ibrahimovic fait chavirer le théâtre des rêves avec un doublé propre pour une victoire propre, marquée par la performance exceptionnelle de Paul Pogba, pour sa première. Soirée parfaite, mais pas une domination évidente pour les Reds Devils qui ont quelques ajustements à régler (possession, jeu rapide et efficace).

Merci Zlatan, et merci Aguero pour Manchester City. Auteur d’un doublé, il met à l’abri les Sky Blues à Stoke City avant la mi-temps. Là non plus, la domination n’est pas évidente, mais on sent néanmoins plus de certitudes ; visiblement, la patte Guardiola est déjà bien imprégnée chez les joueurs (possession, jeu court, appels des latéraux …). Malgré le penalty de Bojan, Nolito enfonce le clou deux fois à la fin du match pour porter le score à 4-1 pour les grands favoris de la Premier League.

Egalement, Chelsea fait le job mais bien plus difficilement que les deux Manchester. C’est le Conte Time. Déjà à West Ham ils arrachent la victoire, ici, à Watford, après un but somptueux d’Etienne Capoue à la 55ème, les Blues attendent les dix dernières minutes pour dégoûter Walter Mazzarri et mettre ces deux buts qui scellent la victoire (Batshuayi 80’ et Diego Costa 87’). Dommage pour Watford qui a tenu longtemps et qui a même, dirons-nous, dominé Hazard et consorts pendant un temps. L’autre club de Londres, Tottenham, bat également de justesse Crystal Palace grâce à … Wanyama, la nouvelle recrue des Spurs (83’). La rentrée d’Alli a changé la physionomie du match et l’efficacité offensive des hommes de Pochettino.

Arsenal, West Ham et Everton, entre déception et bonheur

CqZg1v8WYAAdzhQ
La première de West Ham à l’Olympic Stadium

C’était le choc de cette deuxième journée, mais il a déçu. Chez le champion en titre Leicester, Arsenal avait pour ambition de gagner et mettre un terme aux doutes qui pèsent au dessus des têtes des Gunners. Les supporters sont mécontents de leur manager qui n’affiche pas assez d’ambition sur le marché des transferts et qui prépare moyennement son équipe. Le match confirme ces doutes. Les deux équipes se neutralisent sur un score  vierge, malgré un penalty qui aurait dû être sifflé pour Musa dans la surface de Cech. Le monde des bisounours va-t-il cesser à Arsenal ?

Des bulles, environ 57 000 supporters, une hymne frissonnante et des sourires pour masquer l’infirmerie des Hammers. C’était la première de West Ham à l’Olympic Stadium de Londres contre Bournemouth. La fête est réussie, 1-0 grâce à Antonio, tardivement (85’). Slaven Bilic est heureux, tout comme Ronald Koeman qui enregistre sa première victoire dans son nouveau club Everton à West Brom (2-1).

///

///

Résultats et Classement

Article précédent

Interview - Antoine Morin, journaliste et fan

Article suivant

Le best of de Joey Barton, cet apôtre de la non-violence

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.