Day-Brief

J15 – Il n’est pas bon de voyager

gettyimages-629138872
Le ciel est rouge du côté d’Old Trafford ! (crédit : premierleague.com)

Si tu avais fait un pari sportif sur la Premier League, il fallait cocher « 1 » ou « N » pour tous les matchs. 8 victoires à domicile, 2 matchs nuls, les visiteurs ne sont pas parvenus à s’imposer. Un bas de tableau très serré, des favoris qui calent, retour sur la 15ème journée de folie !

Le match du week-end

628942832
Hat-trick, no Vardy no Party ! (crédit : premierleague.com)

Flash back de la saison dernière à Leicester. On a cru revoir le champion d’Angleterre avec son efficacité incroyable et son attaquant, Jamie Vardy, au sommet de son art. Pep Guardiola est d’accord avec nous : « J’ai revu le Leicester de la saison passée ». Dès la 3ème minute, la contre attaque est lancée, Slimani à la passe et Vardy qui trompe Bravo. Deux minutes plus tard, encore Slimani, passe en retrait et frappe monumentale de King. 20ème minute, Mahrez lance parfaitement Vardy en profondeur qui dribble le gardien et pousse le ballon au fond. 3 à 0 à la mi-temps, l’an passé ce serait banal, mais cette année non tu ne rêves pas. Manchester City tente de réagir après 45 premières minutes à la rue, des occasions se présentent mais le manque de réussite et la solidité des Foxes rendent le match cauchemardesque. Et ce n’est pas fini … Perte de balle sur le côté de la défense Citizen, une passe au gardien mal jaugée et Vardy, renard des surfaces, envoie admirablement le ballon de l’autre côté de la ligne de but. 4 à 0, c’est incroyable. Les deux buts en fin de match de Manchester City par Kolarov et Nolito ne changeront pas la mine de Guardiola. 4-2, City chute et Leicester est de retour vers le futur.

Chelsea et Arsenal au rendez-vous

629096836
Diego Costa est incroyable cette saison ! (crédit : premierleague.com)

Dans le Top Four, Liverpool devait profiter de la défaite de Manchester City pour prendre de l’avance. Mais à Anfield, la réception de West Ham n’était pas chose facile. L’ouverture du score de Lallana dès le début du match n’a pas détruit les ambitions de Slaven Bilic. Grâce à Dimitri Payet sur coup franc (27’) et Antonio (39’), West Ham entre même aux vestiaires avec l’avantage au tableau d’affichage. Klopp n’était certainement pas content et les joueurs ont réagi, Origi égalise dès le retour des vestiaires. Mais malgré des occasions du côté Reds et un match de plus en plus intense, West Ham tient le score. Liverpool cale et ne se relance pas après la défaite à Bournemouth.

Arsenal en a profité ce week-end pour enchaîner une 14ème rencontre sans défaite cette année face à Stoke City avec cette victoire 3-1, grâce à Walcott, Ozil (magistralement) et Iwobi. Non, Sanchez n’a pas marqué mais il est le serviteur du dernier but. Les Gunners enchaînent et se montrent véritablement comme des favoris pour le titre avec une telle régularité. Cette même régularité est encore plus frappante du côté de Chelsea qui face à West Brom a eu du mal à ramener la victoire à Stamford Bridge. Mais c’était sans compter sur le meilleur joueur de l’équipe, Diego Costa, qui récupère le ballon au défenseur adverse et libère Chelsea avec une frappe pleine lucarne. Encore un clean sheet pour les grands favoris pour le titre.

Manchester United se reprend

mikh
Mkhitaryan, de l’ombre à la lumière ! (crédit : premierleague.com)

C’était certainement la grosse affiche du week-end. Tottenham rendait visite à Manchester United pour distancer un peu plus encore Mourinho et ses hommes. Le match faisait place à une grosse bagarre au milieu de terrain, deux 4-2-3-1 s’affrontaient. Celui qui a contrôlé le milieu c’est Herrera et il a rendu silencieux Dele Alli. Pourtant,  Tottenham domine le match, multiplie les passes mais c’est trop lent pour faire bouger les lignes et faire la différence. Manchester United a paradoxalement les meilleures occasions procurées après des contres, et c’est sur une action individuelle que Mkhitaryan ouvre le score. Retour gagnant pour l’Arménien qui gagne le coeur des supporters et la confiance de Mourinho. Ensuite, Tottenham ne réussi pas à se procurer des occasions nettes en dehors des coups de pied arrêtés. La seconde période est similaire à la première, United laisse le ballon, procède en contre, et profite de l’engagement des Spurs pour avoir des coups francs. Exemple, la poteau trouvé par Paul Pogba sur un magnifique coup franc. Lloris a été très fort, contrairement à Harry Kane qui était transparent, il n’a jamais fait ma différence (et n’a jamais marqué contre Man Utd en 6 matchs). United tient une belle victoire à domicile et recolle à 3 points de Tottenham et du Top Four. Au final, c’est une grosse déception pour Tottenham et Manchester n’a pas encaissé de but, enfin.

La bataille de la zone rouge

gettyimages-628930850
Les Swans explosent de joie face à Sunderland ! (crédit : premierleague.com)

Il y avait un match au sommet tout en bas du classement : Swansea recevait Sunderland, une équipe qui restait sur 3 victoires sur ses 4 derniers matchs. Swansea avait de l’espoir après le match incroyable contre Crystal Palace (5-4), mais la défaite White Hart Lane (5-0) nous fait douter sur le réel niveau des Swans. Contre Sunderland, l’enjeu était énorme, deux clubs dans la zone rouge. Ce sont bien les locaux qui réussissent le bon coup avec un 3-0 net et sans bavures grâce notamment à un doublé de Llorente.

Dans le même temps, Hull City recevait Crystal Palace, autre confrontation directe entre deux équipes qui se retrouvent dans le Bad Five cette saison. Palace, c’est le club des matchs de folie. 1-0, 1-1, 1-2, 2-2, 3-2, 3-3. Mais ce match nul n’arrange aucunes des deux équipes, encore moins Hull City qui reste dans la zone rouge. Au final, c’est Swansea qui fait la bonne opération dans la zone rouge.

Résultats et Classement

classement

Article précédent

Day 6 - Bittersweet

Article suivant

J16 - Chelsea vole, la concurrence s'affole

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.