Day-Brief

Premier League – Épisode 1 : Le football anglais de retour !

Après un été ponctué par la plus belle des compétitions internationales et un mercato désormais clôt en Angleterre, la Premier League reprenait enfin ses droits ce weekend, pour le plus grand plaisir de ses observateurs avisés et amoureux. Commençons donc par le premier Day-Brief de l’exercice 2018/19. La Premier League est de retour !

Manchester United, Tottenham et Chelsea font le job 

Manchester United – Leicester à Old Trafford comme match d’ouverture. Le cadre de la reprise du championnat anglais étant trouvé, la saison pouvait enfin commencer. Aux théâtres des rêves, entre excitation de reprise et interrogations autour des deux équipes, on a pu vivre un match plutôt agréable. Après une entame intéressante ponctuée par le but sur penalty d’un Paul Pogba capitaine et déterminé, les Reds Devils sont très rapidement retombés dans leur routine devenue habituelle et soporifique. Le temps pour le Leicester de Claude Puel de développer son football, parfois d’une façon très construite et attirante, sous l’impulsion d’un James Maddison chef d’orchestre, mais sans jamais aboutir. Leicester a la maîtrise du ballon, ressort bien, mais reste assez inoffensif dans les trente derniers mètres malgré une belle parade de David De Gea en fin de première mi-temps sur une grosse occasion des Foxes.

A Old Trafford, on retiendra surtout les trois points pour MU
À Old Trafford, on retiendra surtout les trois points pour MU. (Crédits : Getty Images)

En effet, Manchester défend bien, à l’image d’une charnière centrale Bailly – Lindelof très solide, et évolue en contres, souvent gâchés par un Alexis Sanchez plus que moyen, voire carrément mauvais. La deuxième mi-temps est plus calme, l’intensité physique baissant. Manchester United gère, avant d’inscrire un deuxième but, en contre évidemment. Leicester ne reviendra pas. Trop tard, malgré une réduction de l’écart de Vardy dans le temps additionnel. Score final : 2-1 pour un United peu emballant mais plutôt sérieux. On commence à en avoir l’habitude. Est-ce que cela changera la saison avançant ? Rien n’est moins sûr. Mais dans un moment de tourmente médiatique pour José Mourinho et avec beaucoup d’absents, les trois points essentiels sont évidemment les bienvenus et certainement la chose principale à retenir, les enseignements étant difficiles à tirer après seulement une journée.

Même son de cloche pour Tottenham qui a aussi gagné, sur une pelouse où il n’est jamais facile de s’imposer. Et c’était bien là l’essentiel. En effet, face à Newcastle les Spurs n’ont pas été brillants. Parfois même un peu chanceux et sauvés par un excellent Hugo Lloris. Mais avec un onze de départ composé majoritairement de Belges et d’Anglais, avec seulement une petite semaine d’entraînements dans les jambes, difficile de demander du grand football aux pensionnaires du Nord de Londres. Score final, 1-2. Le « job » est fait, l’objectif est réalisé. Les trois points empochés, les Spurs de Mauricio Pochettino retrouveront certainement leur style d’ici quelques semaines. On ne s’inquiète pas vraiment.

Débuts réussis en Premier League pour Sarri et ses joueurs
Débuts réussis en Premier League pour Sarri et ses joueurs (Crédits : Getty Images)

Cette première journée de Premier League sonnait aussi le baptême du feu du nouveau Chelsea de Maurizio Sarri, sur la pelouse d’Huddersfield. Après trente premières minutes moyennes dans l’utilisation du ballon et une grosse occasion concédée (frappe sur le poteau), les Blues concrétisent leur énorme (mais stérile) possession du ballon (près de 70%), grâce à un but un peu chanceux d’un Kanté placé très haut dans le nouveau système Sarri.

Un Jorginho chef d’orchestre lors de ce match double la mise sur un pénalty plein de sang froid. Le break est fait juste avant la mi-temps. Chelsea développe ensuite, et d’une façon plus qu’intéressante par moment, son nouveau football, sans jamais être mis en danger. Score final : 0-3. Une performance plutôt encourageante mais à mettre en relief par rapport à l’adversité très faible. Le Chelsea de Sarri continue sa progression mais aura besoin de temps. La victoire étant essentielle pour continuer à travailler dans la sérénité. La réception d’Arsenal samedi prochain s’annonce être un test plus consistant.

Liverpool et Manchester City déjà lancés 

Salah, Mané et Keita célèbrent l'ouverture du score de l'Égyptien.
Salah, Mané et Keita ont marqué les esprits d’entrée de jeu contre West Ham (Crédits : Metro).

Après les matchs des concurrents au top 4, les deux principaux favoris pour le titre faisaient leur entrée en lice, ce dimanche. Liverpool, considéré par la plupart des bookmakers comme le principal challenger des Cityzens, a déroulé pour sa rentrée. Tout en maîtrise, les Reds ont pris à la gorge West Ham d’entrée de jeu avec un pressing haut et efficace qui a empêché les Hammers de se montrer dangereux. Et qui d’autre pour lancer la saison de Liverpool que Mohamed Salah. Premier buteur de la partie aux termes d’une partie qu’il n’a pas survolé, l’Égyptien prend déjà rendez-vous pour une saison qu’il espère aussi prolifique que la précédente. Excellent et très mobile, Sadio Mané doublait lui la mise avant la pause, avant d’inscrire un doublé en deuxième période. À noter également les bons débuts de Naby Keita, intéressant dans les phases de transition avec sa conduite de balle et sa vitesse. Daniel Sturridge aggravait le score à 4-0 en toute fin de match trente secondes après son entrée en jeu. Les hommes de Jurgen Klopp commencent fort et prennent anecdotiquement, ou non, la tête de la Premier League dès la première journée.

Comme pour répondre aux Reds, Manchester City s’est imposé sur la pelouse de l’Emirates Stadium avec une victoire 2-0. Après une entame assez ouverte , les Skyblues ont posé leur jeu avant d’accélérer progressivement. L’ouverture du score de Sterling au quart d’heure de jeu venait déjà concrétiser le début d’un temps fort. En face, les Gunners se sont avérés empruntés et semblent encore à la recherche de repères. Ils étaient à l’image de leur jeune étoile Matteo Guendouzi, 19 ans : joueurs mais parfois auteur de belles bévues à la relance. Des erreurs qui ne pardonnent pas face au champion en titre. Si Agüero a oublié De Bruyne seul face aux cages vides peu après l’heure de jeu, c’était sans compter sur la “Monaco connection” entre Benjamin Mendy et Bernardo Silva. La passe du premier pour la reprise en lucarne de l’international portugais a scellé le sort d’une rencontre globalement maîtrisée par les Cityzens. Seules une reprise de Lacazette, rentré en début de seconde période, et une frappe de Bellerin auront fait passer quelques frissons sur les cages d’un Ederson pas toujours inspiré dans son jeu au pied. Devant lui, Laporte aura été intraitable tant dans les duels que dans la relance, tandis que Mendy aura soufflé le chaud et le froid entre ses deux passes décisives et ses errements défensifs.

Côté Gunners, il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives au vu de l’opposition. Même si City n’est pas encore au top (en témoignent certains mauvais choix, des erreurs de positionnement, et des approximations techniques), jouer un champion en titre pétri de talent et déjà bien préparé, n’est pas mince affaire . Les hommes de Unai Emery ont parfois eu des temps de jeu intéressants mais ont pêché dans le domaine offensif. Le head coach des Gunners, au fil des journées tentera d’imposer son style de jeu, après celui d’Arsène Wenger, dont certains défauts prendront du temps à être gommés. Un pressing (avec pour but de bloquer la première relance) a été exercé par les canonniers sur certaines phases. Pressing qui fut déjoué par l’intelligence de jeu des citizens, leur talent intrinsèque, leurs combinaisons et prises de décision. À l’inverse, le pressing initié par les Skyblues a posé bien plus de problèmes à la défense du nord de Londres. Cech et sa défense, malgré des prestations défensives satisfaisantes, ont montré leurs lacunes à la relance, alors qu’un Granit Xhaka a peiné à exister au milieu. D’ailleurs, certaines périodes intéressantes d’Arsenal ont coïncidé avec un relâchement du pressing et une forme de gestion des adversaires. Ce match montre la marche à suivre, pointe l’importance des profils de Lacazette et Torreira, et laisse suggérer que pour mettre en place des relances courtes, le choix de Leno au poste de gardien serait mieux adapté.

Débuts mitigés pour les promus 

Rúben Neves, rageur après son coup franc en pleine lucarne.
Rúben Neves n’aura pas attendu longtemps avant de se faire un prénom en Premier League (Crédits : JOE).

Les promus ont quant à eux réalisé des débuts plutôt mitigés. Commençons par le meilleur pour aller jusqu’au moins bon. Wolverhampton a livré une très bonne performance d’entrée face à Everton avec un match nul 2-2, dans ce qui fut certainement le match le plus agréable à suivre de cette première journée. Face à un adversaire rapidement réduit à dix, en rodage après l’arrivée d’un nouvel entraîneur et de nombreuses recrues lors du dernier jour du mercato, les Wolves ont réalisé une performance complète, pleine de répondant, d’envie et de pugnacité. Pleine de talent aussi, avec un jeu attrayant et ses deux buteurs Neves et Jiménez. Le retour en Premier League est sans contestation réussi pour les hommes de Nuno Espírito Santo qui ont su se mesurer à une équipe d’Everton destinée à finir dans le haut de tableau et qui promet elle aussi. Richarlison, auteur d’un doublé, s’impose déjà comme un joueur à suivre très attentivement cette saison.

Débuts plus difficiles pour Fulham et Cardiff qui ont tous les deux concédé une défaite 2-0. Fulham a plutôt bien joué, surtout en première mi-temps. Mais Fulham a manqué d’opportunisme et de réalisme, face à un très bon Wayne Hennessey, avant de se faire contrer par deux fois par une équipe de Crystal Palace, déjà quant à elle habituée aux rouages de l’élite anglaise et à son sang froid nécessaire et avec un Zaha concerné. Il faudra certainement du temps pour les Cottagers, eux qui ont enregistré un nombre important de recrues cet été. Cardiff inquiète lui beaucoup plus, après une performance plus que moyenne ayant pour conséquence une logique défaite sur la pelouse d’une équipe de Bournemouth comme à son habitude très joueuse. Comme souligné dans notre preview, la saison pourrait être longue pour la formation galloise.

L’homme de la journée

Il avait déjà enchanté les pelouses de Championship la saison dernière. Il a remis le couvert pour sa première à l’échelon supérieur ce samedi. Rúben Neves a déjà marqué les esprits et étalé toute sa classe avec son pied droit magique. En plus d’ouvrir le score sur un magnifique coup franc logé en lucarne, il dépose un caviar sur la tête de Jiménez qui permet aux Wolves d’accrocher un point précieux.

Le but de la journée

Si le coup franc de Rúben Neves est admirable, il faut toutefois rendre hommage à la reprise de volée canon de Roberto Pereyra, auteur d’un doublé qui offre la victoire à Watford face à Brighton.

La décla de la journée

“Nous ne pouvons être autre chose que le challenger car nous n’avons rien gagné depuis je ne sais pas quand, certainement depuis que je suis ici”. Jurgen Klopp n’a pas manqué de réalisme et d’autodérision au moment d’évoquer cette saison, cruciale pour Liverpool dans la quête d’un premier titre depuis vingt-neuf ans.

Les résultats

Voici ici les résultats de cette première journée de Premier League
Voici ici les résultats de cette première journée de Premier League (Source : premierleague.com)
Et ici les rencontres de la seconde journée !
Et ici les rencontres de la deuxième journée ! (Source : premierleague.com)

L’auteur

Célestin

Célestin

Célestin pour les uns, Hazpi pour les siens. Par filiation paternelle, fan d'un club bleu de l'ouest londonien instable (donc drôle et attachant) en conflit avec le gouvernement anglais. Habitué du Bridge depuis l'adolescence et bercé par les Lampard, Terry et Drogba, je cherche désormais à ne pas faire d'AVC à chaque contrôle de Bakayoko.