Day-Brief

Colombie 1-1 Angleterre [TAB 3-4] : Au bout du calvaire !

Dans un match interminable et haché, l’Angleterre parvient au bout de la séance de tirs au but à se qualifier pour les 1/4 de finale de la Coupe du Monde. Heureux après un match assez sale et des difficultés d’ordres techniques et physiques, les Anglais ont fait face à une Colombie coriace. Analyse.

Du hachis parmentier à la cantine

Il est 11h, ton professeur est absent exceptionnellement, toi et tes copains vous vous dites que vous ne pourrez pas manquer le steak-frites de ce midi à la cantine. Arrivés à destination, désillusion : c’est du hachis parmentier. Ce match est une déception à tout point de vue, mais l’Angleterre sera l’heureuse victorieuse de ce qu’on appellera une bataille de quatrième division universitaire.

45 premières minutes où on a eu le temps de faire un morpion, un scrabble et une belote. Beaucoup de déchet malgré la volonté des Anglais de jouer depuis la défense. Le verrou colombien au milieu bloquait les velléités britanniques et il y avait peu de créativité et de liant chez ces derniers. Des individualités décevantes avec un Dele Alli absent et perdu, un Henderson esseulé, un no man’s land derrière une attaque sans idées.

La deuxième période est une toute autre histoire, mais on ne s’attendait pas vraiment à ce spectacle. Une tension palpable qui éclate à plusieurs reprises entre les Colombiens et les Anglais, c’était moche à voir. Des simulations, des gestes qu’on ne veut pas voir sur les terrains de football de nos enfants le samedi, du déchet technique qui laisse place à des scènes pitoyables. L’orage passé, retour au football ? Biensûr que non. Encore du déchet, un manque de liant dans l’équipe d’Angleterre, des Colombiens qui quadrillent bien le terrain. Un match fermé donc.

57ème minute, délivrance : penalty justifié sifflé par l’arbitre après une faute sur Kane. Ce dernier, plein de sang froid, transforme et emmène son équipe en tête au tableau d’affichage. Scène de joie, mais chez nous on serre le fessier aussi fort que possible. À raison …

Au bout du bout, à la 94ème minute, après un temps fort des Colombiens, Mina place un coup de tête sur le premier corner de la rencontre pour les sud-américains. 1-1, place aux prolongations après un match décevant et haché.

Prolonger le suspens et plonger du bon côté

Scène de joie des Anglais après une séance de TAB remportée dans la douleur ! (crédit : @England)

Les Colombiens, revigorés, reprennent le contrôle de la rencontre lors de cette première période des prolongations, face à des Anglais essoufflés. La deuxième période est tout autre, puisque ce sont ces derniers qui se procurent les plus grosses occasions. En vain. Place à une redoutée et redoutable séance de tirs au but.

On ne vous refait pas le film en détail, mais c’était attendu : Henderson, troisième tireur, rate son penalty. Pickford sauve les siens en plongeant du bon côté et Dier, auteur d’un match calamiteux, envoie ses coéquipiers en 1/4 de finale de Coupe du Monde. Scènes de joie, de bonheur, de soulagement, après une rencontre désastreuse et une souffrance dangereuse pour notre coeur. Southgate peut souffler, l’Angleterre bat sa malédiction historique et rencontrera la Suède pour le tour suivant, en espérant un match plus ouvert et plus alléchant.

Un niveau de jeu inquiétant ?

https://twitter.com/GodSaveTheFoot/status/1014221889106010112

Le XI aligné présentait un 5-3-2 assez inquiétant en termes de créativité, mais avec une solidité défensive satisfaisante. Les joueurs anglais paraissaient quelque peu perdus dans leur positionnement, à l’image d’un Walker placé défenseur central droit qui dézonnait souvent, un Alli à l’ouest et un Henderson esseulé au milieu. Face à un bloc solide au milieu, les Anglais ne sont pas parvenus à créer des occasions franches, montrant des failles dans le système mis en place par Southgate.

La défense rassure, mais les phases offensives ont été pleinement ratées dans la majeure partie de la rencontre. L’Angleterre ne fût pas en mesure de créer des espaces et donner de la vitesse dans les transmissions, ces dernières n’étant peu tranchantes. Les phases arrêtées ont été nombreuses mais souvent mal jouées, Trippier étant le tireur, c’est dire la qualité des tireurs.

Des individualités décevantes, un collectif solide mais peu créatif, le système de Southgate n’est-il pas contre-productif ? Des idées émergent dans nos têtes pour savoir si le sélectionneur doit passer à une défense à quatre, un milieu plus dense avec plus de créateurs, des joueurs conscients et à l’aise dans des postes plus adéquats à un jeu offensif. Bref, beaucoup de déception dans ce match, où il faut tout de même avouer que l’adversité de l’adversaire a réussi à déjouer les plans des Anglais. Mais on y est, it’s coming home comme diraient les Anglais.

L’auteur

Benjamin

Benjamin

Fan inconditionnel d'Arsenal depuis la douloureuse finale européenne au stade de France en 2006. Attend impatiemment la gloire retrouvée d'un club forgé par la légende Arsène, enfin parvenu à tourner la page. À la fois procrastinateur et salarié de l'Education Nationale, fan de séries et musicien à ses heures perdues.